Les genres de l’imaginaire

Comment différencier les genres de l’imaginaire ?

La question pourrait paraître évidente à toute personne informée, pourtant elle s’avère plus complexe qu’il n’y paraît (et encore, nous n’aborderons pas ici les différents sous-genres, qui feront l’objet d’un prochain article). Même pour les connaisseurs, il n’est parfois pas si évident de classer une œuvre dans l’une ou l’autre des catégories (surtout quand elle se situe à la frontière de plusieurs genres…).

 

Le Merveilleux

merveilleux

Des différents genres, c’est probablement celui qu’on associera le plus facilement à l’imaginaire. Le merveilleux donne la part belle aux fées, aux princesses gardées par les dragons et aux méchantes sorcières. Vous l’aurez probablement compris : je veux notamment parler des contes.

Ainsi, les personnages sont souvent stéréotypés (le beau et noble prince charmant), l’intrigue est simple, éventuellement pourvue d’une morale (ne faites pas confiance au « loup » dans les bois !), et l’époque n’est guère précise (le fameux « il était une fois… »). De par la magie qui imprègne le merveilleux, il n’est pas toujours aisé de le distinguer de la fantasy.

La Fantasy

Le_Seigneur_des_Anneaux

Puisqu’on parle des dragons… Incontestablement le genre que j’aime (et donc connais), le plus.

Pour autant, n’allez pas penser que les dragons et autres chimères définissent la fantasy, car ses déclinaisons (nombreuses, avec des frontières souvent floues) peuvent s’avérer très différentes les unes des autres.

Pour rester dans une définition générale, la fantasy est caractérisée par la présence plus ou moins importante d’éléments qui paraîtraient surnaturels dans notre monde (magie, créatures, dieux etc.), mais qui sont complètement naturels et admis dans cet univers. Celui-ci peut être assez proche du nôtre, y être entièrement ou en partie inclus (Harry Potter, Narnia, Artémis Fowl… ), ou bien complètement différent (Le Seigneur des Anneaux, la Roue du Temps… ). Le surnaturel peut en constituer une partie intégrante (La Belgariade), ou bien se révéler peu présente dans le quotidien (Kushiel). 

De part la méconnaissance qui l’afflige auprès du grand public, ce genre souffre malheureusement de nombreuses idées reçues qui entachent sa réputation… Mon Plaidoyer pour la Fantasy.

 

La Science-Fiction

les-androides-revent-ils-de-moutons-electriques---140288

Pour Sir Terry Pratchett, illustre auteur des Annales du Disque-Monde, la science-fiction c’est « de la fantasy avec des boulons ». Nous allons toutefois tenter une description un peu plus terre-à-terre, bien que je connaisse un peu moins ce genre.

La science-fiction, qui se pare elle aussi d’un certain nombre de sous-genres, ne parle pas toujours de robots et de boulons. Elle se veut rationnelle et repose sur des sciences déjà existantes, ou bien sur la possibilité de technologies futures, comme les voyages dans le temps ou dans l’espace, ou les intelligences artificielles. Elle peut réfléchir également au devenir de notre monde, dans des dystopies plus ou moins proches de l’époque de l’œuvre, ou bien imaginer la rencontre avec des entités extra-terrestres.

La science-fiction entre parfois en connexion avec les autres genres de l’imaginaire, notamment avec la fantasy (Star Wars, La Ballade de Pern).

Pour aller plus loin : peut-être n’avez-vous jamais sauté le pas en raison de quelques a priori et clichés qui accompagnent le genre ? N’hésitez pas à aller faire un tour sur la Bulle d’Eleyna et son article : [Clichés Litté] La Science-Fiction.

 

Le Fantastique

Shining

Pour une raison qui m’échappe, on parle souvent de « films fantastiques », alors qu’un certain nombre de ces films appartiennent en réalité à la fantasy (je pense notamment aux trilogies du Seigneur des Anneaux et du Hobbit). Il arrive parfois que le fantastique se mêle en effet à la fantasy (typiquement les œuvres de vampires et autres démons qui vont au lycée avec les humains), mais il possède pourtant une définition bien distincte.

En effet, il existe une différence fondamentale entre le fantastique et la fantasy, comme je l’expliquais en début d’article. Le surnaturel n’y est pas admis, il est perturbateur, illogique, voire effrayant. Il peut se mêler avec l’horreur, mais ce n’est pas toujours le cas.

L’intrigue se déroule généralement dans un décor qui nous est familier, comme une maison de famille. Contrairement à la fantasy, le personnage qui subit les évènements surnaturel peut refuser leur réalité, lui et le lecteur pourront suspecter l’état mental du personnage de lui jouer des tours, l’atmosphère pourra se révéler pesante (je pense notamment aux pauvres personnages de Lovecraft ou de Stephen King, qui sombrent bien souvent dans la folie…).

 

Différencier le fantastique et la fantasy : en bref

Différencier ces deux genres donne pas mal de fil à retordre, surtout à cause d’un problème de définitions. Ainsi, même si Harry Potter se déroule dans notre monde, il s’agit bel et bien de Fantasy, comme je le disais plus haut (la différence avec le Seigneur des Anneaux, par exemple, se fera avec les nombreuses déclinaisons de la fantasy).

En gros, dans le fantastique, le surnaturel s’immisce dans le réel de façon inattendue, voire angoissante. Le surnaturel n’y est PAS admis comme normal. (Par exemple, dans les récits de Lovecraft, on ne sait jamais si le narrateur est cinglé ou si ce qu’il nous décrit existe vraiment dans le cadre du récit).

A l’inverse, dans la fantasy, le surnaturel y est admis comme normal, sa réalité n’est pas remise en question. (Par exemple, le temps de la lecture de Harry Potter, on n’a aucun doute sur le fait que Poudlard existe et que des sorciers se baladent parmi les Moldus).

 

En résumé, ce ne sont pas les éléments surnaturels qui comptent, mais leur contexte. Exemple, assez connu, avec la parabole du Chat.

Element : un chat vous dit (avec des mots) que sa gamelle est vide. Nous sommes sur la Terre.

Fantastique : Au secours ! Un chat qui parle, ce n’est pas normal ! Fuyons !

Science-fiction : Ben oui, c’est normal, vu que c’est un robot/alien/chat modifié génétiquement.

Fantasy : Ben oui, c’est normal, tous les chats parlent ! c’est dans leur nature.

3 réflexions sur “Les genres de l’imaginaire

  1. Pingback: [Clichés litté] La Science-Fiction – La Bulle d'Eleyna

  2. Pingback: Représentation schématique des genres de l’imaginaire | L'Imaginaerum de Symphonie

  3. Pingback: Questions de vocabulaire | L'Imaginaerum de Symphonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s