Se lancer dans l’écriture : quel format ?

Si vous traînez un peu sur les autres blogs ou sur les sites d’éditeurs, on conseillera souvent de faire ses armes sur des formats courts. En effet, s’entraîner sur des nouvelles ou de courts romans uniques a plusieurs avantages, mais tout le monde n’y trouvera pas son compte. Faisons donc un peu le point sur les principaux formats (ne connaissant ni l’écriture de la poésie, ni du théâtre, ni de la BD ou des mangas… je n’en parlerai pas ici).

Commencer par….

La Nouvelle :

  • Avantages :

Pour rappel, la nouvelle correspond à un très court format de récit, qui se termine normalement par une chute (Edit : comme me l’a fait remarquer Eleyna, ce n’est plus tout à fait vrai, on a de plus en plus de nouvelles « tranches de vie », sans chutes »). Comme l’intrigue doit tenir en un nombre de mots limités, cela permet de travailler sur un style concis et efficace, sans fioritures et sans se perdre dans des intrigues secondaires. L’écriture d’une nouvelle étant en théorie rapide, le jeune auteur pourra se décourager moins facilement. Pour finir, le fait de participer à un appel à textes peut parfois permettre de vous sortir de la page blanche, puisque l’on vous guide dans votre réflexion.

  • Inconvénients :

Comme le format est court, l’histoire est plus concentrée et il peut donc être plus difficile de structurer son intrigue. L’histoire et les enjeux doivent rester clairs, les personnages bien brossés, mais sans que l’auteur ait le temps de mettre en place son univers. Ce qui peut aussi avoir un côté frustrant…

  • Conclusion

Je pense que l’écriture de nouvelles est un très bon exercice, que ce soit mettre un pied dans l’écriture ou pour les auteurs un peu plus chevronnés (je vous renvoie vers mon article sur les Appels à textes), mais il n’est pas facile pour autant (personnellement, j’ai beaucoup plus de mal à écrire une nouvelle qu’à avancer sur mes romans…). Souvent, un auteur aura plus d’affinités avec la nouvelle ou avec le roman.

Le One-shot

  • Avantages

Quand on parle de one-shots, on évoque en fait des romans uniques qui se suffisent à eux-mêmes. C’est le format préconisé par les éditeurs, qui préfèrent généralement des one-shots plutôt courts. Pourquoi ?

Au niveau de l’auteur, il est en effet plus rapide et facile de concevoir un one shot qu’une série de 15 tomes. Par ailleurs, le fait de terminer l’écriture d’un livre est beaucoup plus satisfaisant que terminer le premier tome d’une saga (surtout que l’écriture des tomes suivants pourront conduire à des ajustements du premier… c’est sans fin… 😥 ). Il est donc plus facile de garder sa motivation.

Au niveau de l’éditeur, c’est une sécurité financière. Si l’éditeur sélectionne le one-shot pour une publication et qu’il ne trouve pas son public, la perte sera moins importante que pour une série. En plus, imaginez que le premier tome fasse un carton, mais que l’auteur n’a pas vraiment pensé à la suite ou qu’il se soit découragé entre temps… l’éditeur fait comment ?

  • Inconvénients

Tout dépend en réalité de ce que l’on veut écrire, et de ce qui nous pousse à l’écriture. Certaines histoires sont trop ambitieuses pour se contenter d’un one-shot.

  • Conclusion :

Ce format est celui que l’on vous conseillera, et celui que les éditeurs sont plus susceptibles de publier. Vous aimeriez vraiment publier un roman, c’est votre but ultime ? Alors il vaudrait peut-être mieux commencer par les one-shots. Par comme moi, en fait^^ Cela étant, tous les auteurs n’écrivent pas en espérant atteindre cet objectif.

La Saga

  • Avantages

Euh… Le plaisir de concevoir un vaste univers ?

  • Inconvénients

C’est comme ça que j’ai commencé l’écriture, mais c’est ce que tout le monde vous conseillera de ne pas faire. Objectivement, il est vrai que commencer l’écriture par une saga, c’est un peu se couper l’herbe sous le pied. Les éditeurs français sont très frileux à l’idée de publier de jeunes auteurs francophones, alors en plus s’ils se lancent dans une saga de 15 tomes… Pire encore, l’écriture d’une saga va vous demander des années de travail, voire peut-être des dizaines d’années. Il se peut même que ce soit  l’œuvre (inachevée) de toute une vie…

  • Conclusion

Clairement, ce format a tout contre lui quand on est un auteur débutant. La conception de l’univers demande un temps et une énergie considérables, il faut faire attention au moindre détail, naviguer sans cesse entre les tomes…

Sauf que.

Parfois, ça ne se commande pas. Quand j’ai commencé l’écriture de la Symphonie des Cieux, c’était censé être un one shot très court. Malheureusement, Inspiration s’en est mêlée, et je me retrouve avec un cycle de 6 tomes (et encore, pendant longtemps, 9 tomes étaient prévus…).

J’aurais pu mettre ce cycle de côté, écrire un one-shot, tenter de le publier pour me faire un nom dans le domaine, afin de placer le cycle un peu plus tard. Seulement, c’est cette histoire-là que je souhaite raconter. Quand le cycle sera terminé, il est fort probable que j’arrête l’écriture. Et ça ne fait rien. Car je n’écris pas pour être publiée, je veux juste raconter une histoire.

Heureusement, certaines maisons d’éditions acceptent les séries. Par contre, elles exigent bien souvent (et c’est bien normal) un synopsis complet de toute la saga, afin de s’assurer que l’auteur sait où il va avec son histoire. Parfois, elles pourront également demander à ce que le premier jet de plusieurs tomes soit écrit (voire le premier jet de tous les tomes), histoire de prendre de l’avance si l’auteur a des baisses de régime.

 

En fait, si vous voulez écrire, peu importe le format pour débuter. Juste… lancez-vous, et vous verrez après quel format demande votre histoire. Il sera toujours temps d’aviser ensuite. De plus, si vous voulez juste écrire sans vous sentir capable de créer un univers de A à Z, pourquoi ne pas vous essayer à la fanfiction histoire de faire vos armes ?

 

A vos claviers/plumes/stylos/burins !

 

7 réflexions sur “Se lancer dans l’écriture : quel format ?

  1. Contrairement à ce qu’on peut penser, la nouvelle est de moins en moins souvent à chute dans les recueils et anthologies de SFFF. L’époque fait qu’il y a une préférence de plus en plus marquée pour ce que j’appellerais « l’instant de vie » d’un personnage hors normes dans un paysage banal ou d’un personnage banal dans un paysage hors normes (pour simplifier). Donc, ne pas penser qu’il faut obligatoirement une chute pour réussir une nouvelle, bien au contraire. En vérité, si l’objectif est d’être publié, il faut surtout savoir s’adapter aux tendances (on pourrait croire que c’est un conseil valable principalement pour les romans, mais pas du tout).

    Ce qui est drôle, c’est qu’on dit que pour l’auteur, la nouvelle est plus facile, puis le one-shot, puis la saga. De même, pour l’éditeur (petit) qui publiera plus facilement les one-shot, puis les nouvelles, puis les sagas. Pourtant, le lecteur préfère souvent lire les sagas, puis les one-shot, puis les nouvelles. Je fais volontairement des généralités, mais ça prouve bien que ce qui se dit sur la voie à emprunter en écriture n’est pas toujours représentatif de ce qui se fait en littérature, surtout si on parle en termes financiers.

    Aimé par 1 personne

  2. Oui, c’est vrai pour les nouvelles, je pense que les deux types cohabitent largement maintenant. Après, j’avoue que les nouvelles « tranches de vie » m’intéressent moins, mais c’est bien que ça évolue aussi.
    Personnellement, je trouve l’exercice de la nouvelle très compliqué, j’ai beaucoup moins de mal à écrire des chapitres de romans qu’à écrire des nouvelles, mais ça, c’est surtout parce que je fais des histoires trop denses pour des formats courts^^Et tout à fait d’accord pour le reste. Je pense que les sagas entraînent plus de risques financiers, (pas de public, arrêt de la saga par l’auteur, tomes qui tardent à venir) d’où la frilosité des éditeurs même si en principe, c’est recherché par les amateurs du genre.

    Aimé par 1 personne

  3. Je suis bien d’accord pour dire que la nouvelle n’est pas plus simple à écrire que le roman. Les exigences ne sont pas les mêmes tout simplement, notamment sur le rythme, les effets de style, la narration… Tout doit être plus efficace sur un court laps de temps. L’inconvénient étant pour moi qu’il est bien plus difficile de s’attacher au personnage (qui d’ailleurs est souvent seul, environné d’un entourage limité ou d’une foule anonyme). J’éprouve, à titre personnel, un attachement sur le long terme, un texte court ne me permet pas de ressentir des émotions avec autant d’intensité qu’un texte qui donne le temps de comprendre les personnages (ce pluriel donnant aussi une meilleure idée des interactions, et donc du comportement de chacun).

    Aimé par 1 personne

  4. Tout pareil^^ En tant que lectrice, j’ai du mal avec les formats courts (nouvelles ou courts romans). Soit je n’ai pas le temps de m’investir émotionnellement, soit j’ai à peine le temps de m’attacher, de m’intéresser à leurs aventures que… pouf ! fini !

    J'aime

  5. Je trouve ça hyper intéressant parce que je me suis toujours lancée dans l’écriture sans forcément réfléchir au format alors que tu nous démontres combien ça a sans importance 😉 Même si comme tu le soulignes à juste titre ça ne se commande pas souvent le choix d’un format !

    Aimé par 1 personne

  6. En fait, j’ai été assez… impressionnée de voir que c’est une question qui revient sans arrêt sur les groupes d’écriture, et on m’a plusieurs fois tapé sur les doigts quand j’avouais que j’avais eu l’audace de commencer par un cycle (ce qui n’était pas prévu au départ…). En fait, une histoire doit faire la longueur qu’elle doit faire. Chaque format a ses inconvénients et ses avantages, mais au fond, ce n’est pas l’auteur qui décide, mais ses histoires^^

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s