L’intrigue de la Symphonie

Adyrones enveloppa l’étoile dans son essence et entreprit de la tirer jusqu’à sa mère, tout en espérant qu’Edressel assisterait à son arrivée triomphale. Comme ils se montreraient fiers de lui, quand…

Il avait serré trop fort.

Tome 1, Troisième Interlude

Je vous ai déjà parlé des enjeux dans un précédent article, donc normalement si je vous parle de fil rouge et de tiroirs, vous ne serez pas trop perdus.

La Symphonie des Cieux sera normalement un cycle de 6 pavés, donc les enjeux seront amenés à changer, à s’entrelacer. Certains enjeux qui pourront sembler essentiels s’avéreront en réalité secondaires, et vice versa. Je ne parlerai donc dans cet article que des enjeux au tout début de l’histoire, mais comme dirait le Dr House : « Tout le monde ment ». Y compris et surtout les auteurs 😉

Le fil rouge se déliera tout au long du cycle, émaillé d’un certain nombre de tiroirs plus ou moins importants, mais tous nécessaires. Un ou deux resteront ouverts à la fin du cycle pour que l’imagination du lecteur prenne la relève, mais rassurez-vous : il ne s’agira pas d’une Symphonie inachevée.

Le début du cycle correspond à de la High Fantasy relativement classique. Or, au fur et à mesure que les enjeux vont se développer, que les fils vont se nouer les uns aux autres, l’atmosphère et les thèmes deviendront de plus en plus sombres, jusqu’à la fin. Ainsi, le dernier arc flirtera clairement avec la Dark Fantasy (et un ou deux autres sous-genres, mais je ne vous en dis pas plus 😉 ). Ce sera aussi l’occasion pour moi d’évoquer des thèmes très actuels, tels que la xénophobie, la différence, le racisme, le respect (?) porté sur les animaux et la nature, la folie, certaines dérives scientifiques etc… Des thèmes bien joyeux, n’est-il pas ?^^

Fiaradrid, abandonnée par ses parents biologiques et recueillie par un couple de sorciers, s’interroge sur sa nature et son identité. Son apparence physique étrange et ses pouvoirs incontrôlables l’ont conduite à se réfugier dans la chaumière familiale, de laquelle elle ne s’est guère éloignée durant des années. Or, malgré sa peur du monde extérieur, certaines rencontres la poussent en quête de réponses dans l’une des plus grandes cités d’Aïtas Iras : Izafel, capitale des sorciers.

Asethis, lui, sait parfaitement qui il est. Du moins le croyait-il, car cette voix qui chuchote dans sa tête depuis sa naissance pourrait bien ne pas être la manifestation de ses propres pensées. A la suite d’une tragédie, il est obligé de fuir sa patrie, sa famille, afin de découvrir la vérité et peut-être prouver son innocence. Et la réponse pourrait bien se trouver à Izafel, peut-être aux griffes du mystérieux Cercle de la Louve…

Tandis que Fiaradrid et Asethis se dirigent à Izafel pour leurs quêtes personnelles, une menace bien plus grande se profile, ancienne et nouvelle tout à la fois. Esdayron et Ysdréona, les deux Esprits jumeaux, se vouent une guerre sans merci depuis des millénaires. Mais leur dernière Danse est sur le point de commencer, celle qui décidera de la victoire de l’un et de la mort de l’autre. Et par conséquent du sort du monde.

Publicité

2 réflexions sur “L’intrigue de la Symphonie

  1. Et bien, ça promet de nombreuses aventures si tu changes de tiroirs et d’atmosphères régulièrement. ^^
    En tout cas, je trouve ça bien de pouvoir effleurer, voire approfondir, des sujets de société en fantasy. ça prouve bien que ce n’est pas destiné qu’à la SF, quoi que certains puissent en dire. 😉

    Aimé par 1 personne

    • Oui, en fait plus qu’un cycle en 6 tomes, il s’agit plus de 3 diptyques qui sont liés, mais qui ont des atmosphères différentes. Pour les sujets de société, à la base, ce n’était pas ce que je voulais faire avec le cycle. A la base, je voulais vraiment « juste » raconter une histoire avec des dragons à plumes (qui ne sont plus des dragons). Ces thèmes se sont insinués un peu à l’insu de mon plein gré pour finir par vraiment s’imposer, et finalement je trouve ça bien, car je n’ai rien forcé.
      Et tout à fait d’accord : la fantasy, ce n’est pas juste de la magie, des dragons et du divertissement. Pratchett l’a bien prouvé, elle permet aussi de parler de notre monde.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s