Les larmes d’Ipacheta, Aurélie Genêt

Cover-Ipacheta-Web-Full

Les larmes d’Ipacheta est un roman de fantasy proche du merveilleux, publié en 2017 par Nats Edition, écrit par l’autrice française Aurélie Genêt.  

Née sous une pluie sanglante, les larmes d’Ipacheta, la princesse Setun est vouée à une destinée hors du commun. Son père, le grand prêtre de la cité-pyramide Atasuyo, en est certain : son sacrifice mettra fin à la terrible malédiction qui s’abat sur le pays.

Quatrième de couverture

 

L’univers

LE point fort de ce livre à mon avis. C’est suffisamment rare pour être précisé, ce roman se déroule dans un milieu inspiré de civilisations précolombiennes et de l’Amérique du Sud. A voir certaines descriptions, impossible de ne pas penser aux Aztèques ou aux Mayas. Ici, pas de chats ou d’écureuils, place aux agoutis et aux tayras !

Le roman est très imprégné de mythes et de légendes, réunissant animaux parlants, esprits, nymphes et dieux, ce qui confère une nette aura de conte au récit.

L’intrigue

Des pluies écarlates, mortelles pour hommes et animaux, ne cessent de pleuvoir sur la région, fruit du chagrin de l’esprit Ipacheta. Alors que la princesse Setun doit être sacrifiée dans l’espoir de mettre fin à la malédiction, une nouvelle voie s’offre à elle. Elle part donc en quête avec trois compagnons afin de raisonner l’esprit.

L’histoire est assez simple, puisqu’il s’agit surtout d’une quête pour mettre fin à une malédiction dont on connait l’origine dès le début, l’occasion surtout de dispenser quelques légendes sorties de l’imagination de l’autrice, mais qui ne détonneraient pas dans les mythologies précolombiennes.

Les thèmes sont plutôt intéressants en revanche, malgré leur accent de morale (conte oblige) : la place de la femme, les superstitions, la tradition contre la modernité, la nature contre l’homme, la place des légendes etc… pour n’en citer que quelques uns.

J’aurais aimé plus de difficultés pour les personnages, mais ça fait aussi partie de l’aspect conte et légende. Je ne suis pas non plus trop fan de l’épilogue, un peu « simple » à mon goût.

Les personnages

Là encore, ils relèvent du conte, mais j’ai eu un peu plus de mal avec cet aspect, habituée aux personnages plus complexes. Non qu’ils soient mal écrits, mais j’aurais apprécié un peu plus de profondeur dans leur psychologie et dans leurs relations, ainsi que des émotions et une évolution plus marquées. J’ai bien apprécié le personnage de la tayra par contre.

Le style

Je vais tout d’abord parler du vocabulaire. L’histoire se déroulant  dans un contexte parfois méconnu des lecteurs, on pourra se trouver désarçonné devant un lexique propre à la région. Néanmoins, le contexte permet aisément de comprendre de quoi on parle, même si une petite recherche permettra d’enrichir sa culture générale ;).

Concernant le style lui-même, eh bien, c’est bien écrit, même si j’ai trouvé l’écriture un peu « froide » à mon goût (pas assez d’émotions de la part des personnages, en fait, je pense, j’ai tendance à privilégier cet aspect au reste). Par contre, un peu plus de mal avec les dialogues. Trop bien écrits, surtout quand il s’agit de faire intervenir les animaux, j’ai trouvé qu’ils manquaient un peu de naturel. Là encore, cela va avec le conte, mais en ce qui me concerne cela m’a un peu gênée.

Bilan :

Une lecture sympathique bien que je n’aie pas adhéré sur tous les points, rapide à lire et dépaysante. J’ai beaucoup apprécié l’univers et les scènes qui relèvent de la légende et du mythe, avec un cadre dont on n’a pas l’habitude, un peu moins l’intrigue et les personnages, qui ne correspondent tout simplement pas à mes goûts habituels^^.

J’ai toutefois une petite interrogation concernant la limitation d’âge.

L’éditeur déconseille la lecture aux moins de 12 ans, pourtant à la lecture j’ai sincèrement pensé que le roman pouvait particulièrement plaire à de « jeunes » lecteurs, bien qu’il soit évidemment appréciable par un adulte. A cause de l’exotisme de certains termes ? Des rares scènes où les effets de la pluie sont décrits ? J’imagine que cela dépend des sensibilités^^

Si vous l’avez lu, n’hésitez pas à en discuter (en évitant les spoilers^^) !

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

La bulle d’Eleyna

Publicités

5 réflexions sur “Les larmes d’Ipacheta, Aurélie Genêt

  1. Pingback: Liste des œuvres chroniquées sur le blog | L'Imaginaerum de Symphonie

  2. Pingback: Rechingen, Aurélie Genêt | L'Imaginaerum de Symphonie

  3. Pingback: [Chronique Littéraire] Les larmes d’Ipacheta, Aurélie Genêt – La Bulle d'Eleyna

  4. Pingback: Focus sur… Nats Editions | L'Imaginaerum de Symphonie

  5. Pingback: Index : Représentation de la diversité en SFFF | L'Imaginaerum de Symphonie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s