Fullmetal Alchemist, l’adaptation live par Netflix

Fullmetal alchemist est incontestablement mon manga préféré, toutes catégories confondues. Tout est bon dans ce manga, et l’anime brotherhood n’a rien à envier à la version originale (je n’ai toujours pas vu la première adaptation en anime). Donc, quand j’ai appris que Netflix prévoyait d’en faire une adaptation live, j’appréhendais le résultat tout autant que je l’attendais. Et ça y est, c’est fait, c’est vu.

L’article va un peu spoiler à partir de maintenant, à la fois le manga et le film, donc je vais vous résumer mon avis : pas catastrophique, mais largement dispensable.

FullMetal-Alchemist-660x330

 

L’univers

L’univers est globalement respecté, même s’il manque pas mal de choses (le Nord, Xerxes, Ishval…). Les décors et les costumes sont respectés, même si la transposition ne fonctionne pas toujours très bien (l’apparence de Ed, par exemple…).

 

Les personnages

Globalement, les personnages sont assez conformes, que ce soit dans leur caractère ou dans leur visuel (d’ailleurs… Ed, c’est quoi ces cheveux ?). Bon, évidemment, certains sont pas…

L’armure a le mérite de rester fidèle tout en fonctionnant bien, tandis que Ed est fidèle… mais fonctionne moyen. M’enfin, ça passe.

J’aime beaucoup Hugues (peut-être le seul personnage que j’aurais voulu qu’ils ratent…), la Vérité, ainsi que Lust et Glutonny. Par contre, Envy, mon homonculus préféré, est plutôt raté. Là, on dirait un ado rebelle un peu dépressif, alors qu’il est à la fois effrayant et fun dans le manga et l’anime ! ( en plus, il n’intervient quasiment pas, c’est surtout Lust l’antagoniste). Dommage…

Par contre, mon principal reproche réside dans l’absence d’un grand nombre de personnages (oui, je sais, en deux heures ils peuvent pas tout mettre, mais quand même !). La fille de Hugues, celle dont il rebat les oreilles de tout le monde à longueur de journée, n’existe pas. Scar a dû se paumer (Ishval est juste mentionné), Ling, May-Chang et consorts on dû s’entretuer dans le désert. King Bradley, jamais entendu parler (de toute façon, on ne verra que Lust, Envy et Glutonny… Et puis ils sont quand même bien faibles pour des homonculus >< ), tout comme le Petit Etre de la Fiole ou Hoeinheim, Kimblee… A noter aussi l’absence d’Armstrong, de sa soeur, de l’équipe de Mustang, d’Izumi etc… Hawkeye est juste un soldat lambda, le Dr Marcoh fait une apparition éclair…

Par contre, Tucker est là ! Vous savez, le spécialiste en chimères ! Avec sa fille Nina et son… Et… Mais ! Attendez ! J’ai rien dit, pourquoi vous vous roulez en boule sous la couette ! Revenez !

Compte tenu de tous ces personnages manquants, vous vous doutez bien qu’on va avoir un léger problème au niveau de l’intrigue…

 

L’intrigue

Le début commence bien. On nous montre brièvement le « crime » commis par les frères Elric pendant leur enfance, suivi d’une scène d’ouverture plutôt pas mal qui fait écho avec le manga sans tout à fait adapter l’arc auquel elle se rapporte, présentant la pierre philosophale et ses pouvoirs, la quête des deux frères, la puissance d’Ed etc… Non, vraiment, je me suis dit que ça pourrait fonctionner.

Alors… Je sais bien qu’en deux heures ce n’est pas possible d’adapter un manga de 28 tomes en entier… alors pourquoi avoir essayé de le faire ?

Alors, évidemment, ce n’est pas possible, donc beaucoup, beaucoup de choses sautent. On se retrouve donc avec une intrigue absolument banale, dépouillée de ses sous-textes et de sa substance. Le pardon, la rédemption, Dieu, l’Humanité, la guerre, l’envie, la politique, le pouvoir, les ravages de la haine, l’immortalité et la solitude… Ces thèmes sont soit absents, soit sont si peu traités qu’ils en perdent toute portée. Aucun parallèle avec la Seconde Guerre Mondiale non plus. On a surtout l’histoire classique d’un gars qui veut contrôler le monde, quant aux homonculus, on ne saura jamais ce qu’ils font là. Supeeeeeeer…

Pourquoi ne pas avoir adapter le manga jusqu’au moment ou les frères Elric comprennent qu’il leur faudra trouver un autre moyen pour regagner leur apparence ?

A leur décharge, on retrouve un certain nombre de scènes emblématiques du manga, qui sont d’ailleurs pas mal foutu : la transmutation humaine, « Ed… ward, viens jouer avec moi » (mais ! revenez je vous dis !), le conflit entre Ed et Al concernant la condition de ce dernier, Hugues dans la cabine téléphonique, les mannequins… plus quelques petites choses qui font écho avec l’histoire de base. (Oui, on passe presque directement de Hugues aux mannequins… c’est du rapide…).

Bon, en réalité, j’exagère. La fin du film laisse présager d’une suite, puisque l’un des homonculus s’enfuit et que Al n’a toujours pas récupéré son corps. Lust mentionne aussi leur « Créateur ». Mais vu tout ce qui manque dans ce film, je ne vois pas trop comment ils pourront raccrocher les wagons dans une suite éventuelle…

 

La forme

La bande son est sympa, même si elle ne vaut pas celle de l’anime. Visuellement, c’est sympa, les effets spéciaux ne cassent pas trois pattes à un homonculus mais ça reste pas mal. Il y a même quelques plans plutôt jolis, comme celui au début où les frères Elric sont devant la tombe de leur mère.

 

Bilan

C’est pas formidable, vous l’aurez compris, mais j’ai réussi à le regarder sans m’arracher les cheveux (je regrette surtout leur version de Envy, qui ne sert pas à grand chose…), et j’ose espérer que les points négatifs seront atténués dans la suite (oui, y’a un deuxième film de prévu, a priori). Ce qui est transposé fonctionne assez bien, mais ils ont eu les yeux plus gros que le ventre de Glutonny en essayant d’adapter autant de matière du manga. Si vous ne connaissez pas cet univers, je vous conseille de vous diriger vers le manga ou l’anime. Sinon, vous apprécierez peut-être de voir Nina et Alexander en direct li…

Euh… Veuillez excuser l’interruption, il semblerait que la chronique doive s’interrompre prématurément pour cause de running gag de mauvais goût. N’hésitez pas à discuter du film dans les commentaires (attention, spoils autorisés) !

Edit : si vous décidez de regarder ce film, regardez jusqu’au bout pour la scène post-générique !

Publicité

22 réflexions sur “Fullmetal Alchemist, l’adaptation live par Netflix

  1. Pingback: Liste des œuvres chroniquées sur le blog | L'Imaginaerum de Symphonie

    • Vi, c’est celle qui est à côté de lui. Elle est pas géniale, mais comparée au reste… disons que ça passe. Et la perruque d’Ed… c’est pas le pire non plus^^
      Nina et Alexander avant et après, évidemment :p (bon, c’est un peu la blague de l’article, mais autant je pleure systématiquement quand j’arrive à ce passage, que ce soit en manga ou dans l’anime, autant là… un vague pincement au coeur mais c’est tout. Pourtant c’est pas trop mal réalisé, mais on n’a pas passé assez de temps avec les persos pour que ça marche, je pense).

      J’aime

  2. Pingback: Fullmetal Alchemist, Hiromu Arakawa | L'Imaginaerum de Symphonie

  3. Pingback: Index : Mangas et Anime | L'Imaginaerum de Symphonie

  4. Pingback: Index : Mangas, Anime, Drama | L'Imaginaerum de Symphonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s