Les Portes d’Athion, Anne-Sophie Kindraich

 

CVT_Les-portes-dAthion_3274

Couverture de Michel Borderie

Les Portes d’Athion est un one-shot de Dark Fantasy, écrit par l’autrice française Anne-Sophie Kindraich, publié en 2016 aux éditions Armada.

Dans le royaume d’Allorie, Selden, jeune esclave de douze ans, sert loyalement ses maîtres et se contente avec philosophie de cette vie simple et humble. Mais lorsqu’il croise la route de puissants Inquisiteurs venus de Calmédra, tout son univers va s’effondrer, et sa vie s’en trouve à jamais bouleversée.

À tort ou à raison, tous pensent qu’il est le seul à pouvoir encore ouvrir les Portes d’Athion, et libérer ainsi le terrible pouvoir qui s’y cache.

Résumé

L’univers

Ce roman prend place sur le Continent, un ensemble de 24 royaumes plus ou moins importants. Si les pays que l’on traverse se révèlent intéressants, j’aurais bien aimé en savoir plus sur les différentes cultures, la faune la flore… Mais bon, ce n’est pas la première fois que je le dis, et sans doute pas la dernière (eh oui, on ne se refait pas, quand on aime les sagas de 10 tomes ❤ ;), car en vérité, on en sait suffisamment pour bien apprécier l’histoire.

La magie est relativement peu présente, puisque les créatures qui peuvent la manier sont très rares. En contrepartie, son principe est simple mais bien conçu, avec des effets potentiellement dévastateurs et une véritable aura.

Côté ambiance, cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti ça… De la Dark Fantasy bien, bien Dark, du genre qui oppresse et qui vous fait grincer des dents (celui qui prétend que je suis sadique avec mes personnages n’a jamais lu ce roman ;)). Plus sérieusement, je déconseille ce roman aux lecteurs non avertis qui ont un estomac sensible. Vraiment.

 

Les personnages

Le personnage principal est Selden, un esclave au service d’Emilie, une jeune fille aveugle enfant d’un duc. Malgré son statut, cette famille le traite comme un membre à part entière, autant dire que ça va rapidement se gâter pour lui… (mais nous y reviendrons après).

Selden a toujours vécu au service des autres, aussi affiche-t-il au début un caractère méfiant, docile, voire lâche, mais ces « défauts » cachent en fait une véritable capacité à survivre. Au fil du récit, il va devoir s’affirmer, et prendre des décisions pour le moins… difficiles. Et le fait qu’il n’ait jamais rien eu à décider de va pas arranger les choses. J’imagine que son caractère au début du livre risque de donner envie à certain.es lecteur.ices de le baffer… Moi, je l’ai bien aimé pour ça. 1/ ça change des personnages badass qui sont forts dès le début ; 2/ à sa place, je pense que je me serais liquéfiée depuis longtemps… Son évolution est d’ailleurs très intéressante, cohérente, ni trop lente, ni trop rapide.

Du côté des personnages secondaires, il n’y en a aucun auquel je me suis vraiment attachée, même si j’ai fini par éprouver un peu (voire beaucoup) de… disons de compassion envers certains. De toute façon, mieux vaut ne pas trop s’attacher, si vous voyez ce que je veux dire… Cela étant, l’écriture et les situations font qu’on ne peut pas rester insensible à leur sort. Je regrette toutefois que les personnages féminins soient finalement toutes réduites au même « rôle ».

Du côté des antagonistes, on a d’un côté l’Inquisition (la bande de… !), de l’autre Sarkor, tyran qui règne sur Athion. L’inquisition fait grincer des dents, mais reste plus ou moins en retrait, faute de vrai leader. Sarkor, en revanche, est le principal antagoniste de l’histoire, prêt à toutes les horreurs pour accomplir son but… Je n’ai pas été surprise par la révélation de ses motivations, et je n’ai pas éprouvé de pitié (faut voir ce qu’il fait aussi, dans le bouquin). Par contre,  il a vraiment des raisons d’agir comme il le fait, conquérir le monde ne figurant pas dans la liste.

 

L’intrigue

Comme je le disais, Selden vivait dans une famille assez « cool », mais à la suite d’un malheur, il va devoir changer de maître. Celui-ci est beaucoup moins laxiste que le précédent, mais il reste correct.

Selden va par la suite faire deux rencontres qui vont changer sa vie : tout d’abord, un duo d’inquisiteurs pas forcément sympathiques, de l’autre, l’un des bras droits de Sarkor, qui tient Athion dans le creux de sa main depuis 10 ans, infligeant à ce peuple les pires des tortures.

Les deux camps voient en lui le moyen d’achever la guerre, et vont commencer à se le disputer comme deux chiens se battant pour le même morceau de viande. Car, en effet, il pourrait bien être le seul à pouvoir ouvrir les Portes d’Athion…

L’intrigue va donc reposer sur la résolution de plusieurs questions : qui est Selden ? Que protègent les Portes d’Athion ? Pourquoi Sarkor agit-il ainsi ? Comment résoudre le conflit qui dure depuis 10 ans ? Comment sauver Athion ?

A l’exception de la fin, j’avoue ne pas avoir été surprise par les révélations ou les retournements de situation. Mais ce n’est pas grave, parce que ça fonctionne quand même ^^

Le style

J’ai lu ce livre d’une traite, donc j’avoue ne pas avoir fait beaucoup attention au style (qui sert bien l’histoire, pour le coup). Bien rythmé, on ne s’ennuie pas une seconde, mais je n’ai pas eu l’occasion de me trouver dans un TGV non plus.

Le récit est raconté par Selden, à la première personne, ce qui le rend peut-être encore plus poignant (et oppressant, par moments).

 

Bilan

Honnêtement, à voir la 4ème de couv, je ne me serais pas forcément dirigée vers ce livre. Je remercie donc l’autrice de m’avoir si bien présenté son oeuvre au festival ImaJn’ère (très sympathique au passage, vraiment une agréable rencontre^^). J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre, avec ce personnage à la fois profondément gentil, et profondément torturé, qui se retrouve avec un destin vraiment pourri. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de la Dark aussi « pesante ». J’aurais cependant bien aimé un peu plus de présence des personnages secondaires, et surtout des personnages féminins qui ne soient pas que des victimes.

J’aimerais bien connaître la suite, mais en fin de compte… il vaut peut-être mieux pas qu’elle soit écrite, pour le bien des personnages 😉 (si les miens se plaignent, je les envoie en vacances en Athion ! ils la ramèneront moins^^).

Une autrice que je suivrai, désormais 🙂

 

Lecture dans le cadre du PIF 2018

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

La Bulle d’Eleyna

 

5 réflexions sur “Les Portes d’Athion, Anne-Sophie Kindraich

  1. Pingback: Liste des œuvres chroniquées sur le blog | L'Imaginaerum de Symphonie

  2. Pingback: Le printemps de l’imaginaire francophone, édition 2018 : BILAN | L'Imaginaerum de Symphonie

  3. Pingback: 50 nuances de Fantasy : Dark Fantasy – oeuvres | L'Imaginaerum de Symphonie

  4. Pingback: [Chronique Littéraire] Les portes d’Athion, Anne-Sophie Kindraich – La Bulle d'Eleyna

  5. Pingback: Focus sur… Armada | L'Imaginaerum de Symphonie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s