Transmission T1 : Quand la pluie viendra, Ghaan Ima

51mqgn62h+L._SX195_

Couverture par Matthieu Biasotto

Quand la pluie viendra est le premier tome de la  série « Transmission »  initiée par Ghaan Ima (du blog l’Ecrivain alchimiste, dédié à l’imaginaire). Il s’agit d’un roman de Science-fiction  (post-apo/Anticipation) publié en 2018 (éditions Mettre en Mots).

Pourriez-vous affronter la fin du monde avec un homme en qui vous n’avez aucune confiance ?Thomas est un garçon gentil. Trop, peut-être. Lorsque le brouillard se révèle corrosif et empoisonné, le jeune homme perd pied. Son seul espoir de survie repose entre les mains d’un collègue qu’il déteste : Marc-Olivier, un manipulateur et un voleur. Sauf que « Marco » est aussi un parano suréquipé qui fantasme sur l’apocalypse. Pour survivre, Thomas est prêt à tout accepter. Mais il y a une limite qu’il ne franchira pas car il doit la protéger, elle. Cassie est trop jeune pour cet enfer chimique.Et quand la pluie viendra ?

Résumé

 

(J’en profite au passage pour remercier l’autrice, à la fois pour son blog qui a des articles très intéressants sur l’écriture, et pour m’avoir envoyé ce livre, sans demande de chronique^^).

L’univers

Le récit prend place à Paris, un Paris légèrement futuriste puisque la population semble avoir accès à des technologies que nous ne possédons pas encore.

L’atmosphère est vite plutôt sombre (voire glauque), oppressante et dérangeante.

Concernant la catastrophe en elle-même, je ne m’y connais pas assez en chimie pour juger de la vraisemblance d’un tel scénario. L’origine est le déroulement de cette catastrophe chimique est néanmoins intéressant et plutôt originale, et surtout efficace sur les nerfs (vous ne regarderez plus la pluie de la même façon…). Son introduction se sert également d’une peur particulièrement contemporaine.

Par contre, l’aspect « technologie avancée » est assez peu présente. Ceci dit, nous ne sommes que dans le tome 1.

 

Les personnages

 

Un aspect que j’ai particulièrement apprécié : la catastrophe n’est pas une fin en soi. L’intérêt de ce livre, c’est de voir les personnages y réagir, et quels effets psychologiques cette horreur engendre en eux.

Je ne vais pas pouvoir détailler plus que ça, je risquerais de spoiler. Tout ce que je peux dire, c’est que je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages : ils sont intéressants, avec une évolution assez crédible, mais ils ne sont pas toujours sympathiques (ce qui est clairement voulu). On se « plaît » quand même à suivre leurs mésaventures, nous demandant quel est le prochain truc qui va leur tomber sur le coin du nez…

L’intrigue

Thomas et Marc-Olivier, deux collègues de travail qui ne s’apprécient pas, sont coincés dans un embouteillage alors qu’ils se rendent à un rendez-vous. Or, il apparaît bientôt que l’air est devenu mortellement toxique.

Sur le principe, c’est un peu le pitch typique du scénario catastrophe (avec quelques originalités, ceci dit), mais la vraie force de ce roman, la véritable intrigue, tourne autour des personnages, de leur façon de réagir aux évènements. Ce roman est un vrai « page-turner » impossible à lâcher tant qu’on n’est pas arrivé à la fin (imaginez ma frustration après avoir compris qu’il y avait une suite 😥 ).

En tout cas, il y a plusieurs choses que je n’avais pas vues venir, ce qui est assez rare^^

 

Le style

Le récit est raconté à la première personne par deux personnages différents, aux personnalités diamétralement opposé. La narration au présent, nerveuse, que j’aime moyennement d’habitude, est ici bien indiquée, puisque le lecteur vit cette catastrophe en même temps que les personnages. Sans être recherché ni simpliste, le style sert parfaitement le récit.

 

Bilan

 J’ai lu ce livre sans attente particulière, aussi en suis-je ressortie très agréablement surprise. Le scénario est relativement simple, mais assez crédible, les personnages intéressants avec une vraie évolution… Et je pense que son début classique est très bien vu : cela amène le lecteur à imaginer la suite par rapport à ce qu’il a déjà vu/lu, pour mieux le prendre à revers et le surprendre.

C’est bien simple, je ne devais pas lire ce livre à la base. Je voulais juste lire les premières lignes, pour voir. Au final, impossible de le lâcher tant j’ai été surprise par certains retournements, tant j’ai été captivée par les mésaventures des personnages. Je l’ai littéralement lu d’une traite ! (et quelle frustration devant la fin ! je pensais que c’était un one-shot, quand je l’ai lu^^)

Si vous aimez les récits catastrophe, foncez !

Et si vous sortez sous la pluie… pensez à votre ciré. En plastique.

Lecture dans le cadre du PIF 2018.

5 réflexions sur “Transmission T1 : Quand la pluie viendra, Ghaan Ima

  1. Pingback: Liste des œuvres chroniquées : Science-fiction | L'Imaginaerum de Symphonie

  2. Pingback: Le printemps de l’imaginaire francophone, édition 2018 : BILAN | L'Imaginaerum de Symphonie

  3. Pingback: [Chronique Littéraire] Quand la pluie viendra – T1 : Transmission, Ghaan Ima – La Bulle d'Eleyna

  4. Pingback: Index : Oeuvres francophones | L'Imaginaerum de Symphonie

  5. Pingback: Transmission Spin-off 1 : L’enfer est pavé de bonnes intentions, Ghaan Ima | L'Imaginaerum de Symphonie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s