La Belgariade, David et Leigh Eddings

Polgara

Polgara, par Keith Parkinson

La Belgariade est une série de 5 tomes publiés en VO entre 1982 et 1984, à partir de 1990 en français (Editions Pocket). Cette série est suivie par la Mallorée, en 5 tomes également ( à partir de 1987 en VO), puis des Préquelles, formées de deux diptyques ( à partir de 1995 en VO). Ces trois séries forment le cycle de High Fantasy La Grande Guerre des Dieux, (titre donné sur l’édition française) écrit par David Eddings et son épouse Leigh Eddings.

Garion regarda le vieil homme dont les cheveux et la barbe blanche semblaient briller d’une lumière intérieure sous le soleil du matin.

— Comment ça fait de vivre éternellement, grand-père ? demanda-t-il.

— Je ne sais pas, répondit sire Loup. Je n’ai encore jamais vécu éternellement.

La Belgariade, tome 1

 

L’univers

 

Un univers de High Fantasy comme on en a vu des dizaines (mais sans elfes ni nains ! :p), avec ses dieux, ses prophéties et son élu, quelques bestioles… Rien de nouveau sous le soleil, donc les amateurs d’originalité risqueraient bien d’être déçus.

Cependant, l’univers reste efficace et cohérent. (Il faut savoir que Eddings n’était pas écrivain de Fantasy à la base, mais il avait entendu dire que c’était la mode… Donc de ce côté là, j’avoue qu’il ne s’est pas trop foulé, même pour un récit de cette époque^^).

J’ai l’impression que le cycle ne se prend pas au sérieux. Il s’agit presque d’une Light-High Fantasy^^

L’intrigue

 

Là encore, pas de surprise. Un jeune garçon orphelin élevé par sa tante se découvre l’élu d’une prophétie (au sens littéral, c’est la Prophétie qui l’a choisi… vous comprendrez en le lisant^^), l’héritier d’un trône, et doit aller occire Torak, un dieu maléfique.

La Mallorée suit à peu près le même principe si ce n’est que l’enfant  a grandi et qu’il ne doit plus tuer un dieu, mais empêcher la destruction du monde.

Les Préquelles reviennent sur le passé de deux personnages importants du cycle, Belgarath et sa fille Polgara, racontées à la première personne.

 

Les personnages

 

Les personnages sont tous des archétypes (du moins en apparence, ils sont plus profonds qu’on ne pourrait croire en premier lieu). Cela peut faire peur, mais c’est en réalité complètement assumé par les auteurs, ce qui entraîne des scènes et des situations vraiment truculentes (mention spéciale à Silk, Beldin et Mandorallen. Qu’est-ce que j’adore ces personnages :D). Toutefois, si vous ne rentrez pas dans le récit… vous risquez juste de les trouvez soulants, j’imagine^^

Le personnage principal, Garion, pourra énerver par ses « Pourquoi moi ? » plus que récurrents. Mais, très franchement, si à 14 ans on m’avait annoncé que j’étais recherchée pour me tuer et que je devais tuer un dieu… euh… moi aussi j’aurais chouiné.

Certains personnages secondaires sont plutôt intéressants, notamment Zakath et Urgit dans la Mallorée, ainsi que Beldin dès la Belgariade. J’aime aussi beaucoup l’histoire de Polgara et Belgarath ainsi que leurs relations parfois tumultueuses. Ainsi, le récit est plus « centré » sur les personnages que sur l’univers et l’intrigue.

 

Le style

 

Bien écrit, sans que ce soit extraordinaire. Par contre, qu’est-ce que je peux rire chaque fois que je lis ces romans ! Normalement, ce n’est pas ce que je privilégie dans un livre, mais je crois que c’est surtout à cause de son style que je les aime autant. Les dialogues sont vraiment très drôles (à condition d’adhérer à ce type d’humour, évidemment), parfois un peu cyniques, et c’est l’un des rares cycles que je lis très régulièrement sans jamais me lasser. L’univers et l’intrigue étant presque secondaires ici, l’absence de surprise à la relecture n’est pas gênante à mon sens.

 

Bilan

Soyons honnête, ce cycle est bourré de défauts. Et pourtant, il figure parmi mon top 6. JE vous avoue volontiers que la nostalgie joue sans doute un certain rôle. La Belgariade a une grande importance à mes yeux, puisque c’est THE cycle qui a révélé ma passion pour la Fantasy ( j’avais lu entre autres Le Seigneur des Anneaux, La Tapisserie de Fionavar et Harry Potter, mais aucun de ces trois cycles ne m’avait autant marquée).

Et pourtant… Encore aujourd’hui, des années après l’avoir découvert, je lis et relis ce cycle avec autant de plaisir. Comme je l’ai dit, l’intérêt de ce cycle repose dans son humour : personnages, dialogues, situations… Humour particulier, qui deviendra vite insupportable si vous n’accrochez pas. Et si vous privilégiez les vastes univers ou les intrigues complexes… pas sûre non plus que ce cycle vous intéresse (quoique… des fois, ça fait du bien de lire quelque chose de plus léger^^).

Je pense qu’il est particulièrement intéressants pour les jeunes lecteurs, surtout qu’il n’est pas très compliqué à lire (je devais avoir dans les 10-11 ans quand j’ai lu le premier tome).

10 réflexions sur “La Belgariade, David et Leigh Eddings

  1. La Belgariade, c’est la glace à la vanille de la fantasy: c’est agréable, mais c’est ordinaire. Difficile de haïr ces livres, mais selon moi il est presque impossible de s’enflammer à leur sujet.

    Aimé par 1 personne

  2. Et pourtant je le fais 😉 Tu n’imagines pas le nombre de fois que je les ai relus, toujours avec autant de plaisir. J’ai créé un forum de rpg sur la belgariade, je les ai prêtes a plusieurs personnes, qui ont adoré et ont continue à lire. Justement parce que c’est frais et léger, que ça ne se prend pas au serieux, ce qui agacera d’autres lecteurs, et fera dire aux autres « sympa sans plus ». De la même façon qu’un livre objectivement bon pourra sortir par les yeux.
    Les critères objectifs influencent notre perception évidement. Mais il n’y a pas que ça, loin de la. Du coup (et c’est comme tout), certaines personnes détesteront (et concernant la Belgariade, je t’assure qu’il y en a^^), d’autres adoreront, et la plupart se situeront quelque part entre les deux. L’extra-ordinaire, c’est bien. Mais l’ordinaire aussi, et on peut tout à fait « s’enflammer » pour les deux.

    Aimé par 1 personne

  3. S’il est cconsidéré comme un Must Have de la Fantasty, c’est qu’il y a une raison, une véritable accroche à ce cycle qui le place parmi les plus grands. Je l’ai en bibliothèque depuis quelques mois, je verrai si je le démarre cette année ou l’an prochain.
    Merci pour cette critique 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Pour ce que j’ai pu voir dans différents forums, soit on adhère et on aime beaucoup (c’est presque de la High-Light Fantasy, en fait^^), soit ça soule plus qu’autre chose. Le premier tome est, je trouve, assez long à démarrer par contre.

    Aimé par 1 personne

  5. Pingback: Liste des œuvres chroniquées : Fantasy | L'Imaginaerum de Symphonie

  6. Pingback: Index : Oeuvres étrangères | L'Imaginaerum de Symphonie

  7. Pingback: 50 nuances d’Imaginaire : La High Fantasy – oeuvres | L'Imaginaerum de Symphonie

  8. Pingback: La rédemption d’Althalus, David et Leigh Eddings | L'Imaginaerum de Symphonie

  9. « J’ai créé un forum de rpg sur la belgariade, je les ai prêtes a plusieurs personnes, qui ont adoré »
    Bonjour, je cherche un JDR sur l’univers de la Belgariade, même fait maison, parce que j’adore cette saga. Au moins un système de règles et de création de personnages, pour le scénario, je peux me débrouiller car je connaît assez bien l’univers du récit.

    Aimé par 1 personne

  10. Bonjour, Je ne peux pas trop t’aider pour le coup, je n’ai jamais fait de jdr papier ^^ le forum n’avait pas de scénario particulier, les gens le créaient au fil des postes

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s