Légendes Faës T1 : La Chienne de l’Ombre, Manon Elisabeth d’Ombremont

chienne

Je trouve la couv’ plutôt jolie, et pour le coup elle correspond bien au roman

La Chienne de l’Ombre est le premier tome de Légendes Faës, de l’autrice belge Manon Elisabeth d’Ombremont, un cycle de Dark Fantasy inspiré du folklore celtique. Les éditions L’ivre-Book l’ont publié en 2017.

Remarque : le folklore celtique ne m’attire pas plus que ça, du coup sans les chroniques de la Bulle d’Eleyna et d’Evasion Imaginaire, je pense que je serais passée à côté… Merci à eux, du coup^^

Faëry, sous le règne de l’Empereur Fenrír.
Melyan est une bâtarde. Mi-fomoire mi-fée, elle a pour unique ambition de devenir une grande guerrière, digne de son héritage.
Elyalë est une banshee. Magicienne aux pouvoirs terrifiants, elle est aussi la martyre de l’Empereur.
Tout les oppose, et elles se connaissent à peine.
Pourtant, elles sont demi-sœurs.
Un coup du sort les rapprochera, mêlé à un même désir : celui de survivre dans les ténèbres.
Et de ne surtout pas succomber aux promesses du dieu-dragon Déchu…

L’univers

En premier lieu, il me semble important de rappeler quelque chose. La Fantasy n’est pas forcément pour les enfants, et ce n’est pas parce qu’il y a des fées que le récit contient des arcs-en-ciel dans tous les coins. On est vraiment dans de la Dark, avec des viols, des passages à tabac, des meurtres plus ou moins gratuits etc… sans lumière ni lueur d’espoir.

L’univers est fortement inspiré du folklore celtique : on y rencontre fées et banshees, unseelies et seelies. Les deux premiers termes vous parlent peut-être, les deux autres peut-être moins. Je ne me suis pas sentie perdue, car il me restait quelques souvenirs de ma lecture de « Le Sèvre et le Givre » de Léa Silhol (que je vous conseille fortement si vous appréciez ce folklore). Pour les autres, l’autrice a mis un petit lexique qui définit ces termes et expose un peu de background (peut-être un peut trop d’ailleurs, puisque j’ai trouvé que ça spoilait quand même certains points du livre…).

Beaucoup apprécié le fait que l’autrice se soit réellement réapproprié ce folklore, sans se contenter d’une adaptation.

Si l’univers dépeint et annoncé par le lexique semble vraiment intéressant, j’ai trouvé ce premier tome plutôt avare. Il reste plutôt centré sur l’intrigue, et on a qu’un léger aperçu de cet univers. Mais bon, c’est un premier tome, je croise les doigts pour en voir un peu plus dans les prochains^^

 

Les personnages

Ce n’est pas toujours le cas en Dark, mais ici on peut dire qu’on est du côté des « méchants ». Les personnages ont une moralité plus que douteuse, et ne reculent pas devant grand chose pour parvenir à leurs objectifs.

Quatre personnages ressortent particulièrement de ce tome.

Tout d’abord Melyan, le personnage principal, mi-fée mi-fomoire, ce qui lui vaut rejet et humiliations, jugée trop faible pour faire partie des fomoires, qui sont de redoutables guerriers de la cour de l’ombre. Malgré sa personnalité, malgré les actes qu’elle commet ou qu’elle endure, je me suis vite attachée à elle.

Ensuite sa demi-soeur, Elyalë, que j’ai trouvé très intéressante, mais qui est peut-être un peu trop en retrait dans ce tome (d’un autre côté, ça entretient le mystère inhérent au personnage). Mi banshee mi fomoire, sa fragilité physique en fait le souffre douleur de son empereur de père demain que sa demi-soeur Melyan a quitté le palais. Mais ce serait sous-estimer sa puissance magique… et ses secrets.

Fenrir, leur père, est l’empereur de la Cour de Nuit, les unseelies. Despotique, cruel, aussi bien envers ses ennemis qu’envers son peuple et sa famille.

Elcmar, le Dieu-Dragon, n’est pas en reste. Déchu avant que ne commence cette histoire, il est prêt à tout pour retrouver son ancienne puissance et sa liberté. S’il est intéressant, je l’ai trouvé un peu en deçà de ce que nous « vendent » les personnages. (A propos, pas trop compris la fin du résumé sur la 4e de couverture, du coup, à propos des promesses du Dieu Dragon…).

La majorité des personnages secondaires sont des fomoires, on a qu’un très bref aperçu des seelies.

 

L’intrigue

La première partie du roman se concentre sur l’adolescence de Melyan et d’Elyalë, jusqu’à leurs retrouvailles. Le reste est plus tourné sur l’intrigue proprement dite : le Dieu Dragon Déchu souhaite retrouver son influence et sa puissance, et les deux demi-fomoires pourraient bien faire partie de son plan.

Rien de spécial à dire sur l’intrigue, en fait. Elle est simple, mais bien traitée. Ce premier peut presque se lire comme un one-shot, mais l’épilogue est très ouvert. Voire frustrant^^

 

Le Style

Le roman est très rythmé, vif, pas le temps de s’ennuyer, ce qui devrait bien plaire aux amateurs d’action. Personnellement, j’aurais aimé passer plus de temps à découvrir l’univers et à explorer la psyché des personnages, mais ça, c’est subjectif.

La plume est très agréable à suivre, et j’ai apprécie le fait que l’autrice ne renchérisse pas sur la violence de certains évènements, en racontant ces passages d’une écriture « neutre ».

Par contre… J’avoue avoir un peu grincé des dents à cause de la ponctuation, en particulier des virgules : parfois bizarrement placées, surnuméraires ou manquantes… Ce n’est pas hyper gênant mais j’ai trouvé ça dommage. Il y a aussi quelques répétitions d’idées. Sur un livre de 800 pages, c’est normal, là ce n’était pas forcément nécessaire^^

 

Bilan

L’univers est traitée de façon un peu trop rapide à mon goût (il faut dire que le livre est très court, moins de 230 pages) ce premier tome est davantage centré sur l’action que sur l’univers ou les émotions. J’ai néanmoins beaucoup apprécié ma lecture, et du coup j’attaquerai bien évidemment le tome 2 quand ma PAL aura un peu diminué, en espérant en découvrir un peu plus 😉

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

5 réflexions sur “Légendes Faës T1 : La Chienne de l’Ombre, Manon Elisabeth d’Ombremont

  1. Je vois que pour la majorité des points nous sommes en accord 😀 Content que nous ayons pu te faire découvrir le livre à travers nos critiques et que tu ais apprécié l’aventure ^^
    Pour ma part, je vais essayer de me plonger dans le tome 2 courant du mois de septembre (car je vais sans doute me procurer le tome 3 lors des Halliennales début octobre).

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Légendes Faës, vol. 1 : La Chienne de l’Ombre, une ode à la Dark Fantasy francophone – Évasion Imaginaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s