Les légions de poussière, Brandon Sanderson

512YJ3hPQ8L._SX195_

Les légions de poussière est un roman de Fantasy Steampunk de l’auteur américain Brandon Sanderson, paru en 2013 en VO et en 2016 en France, chez Fleuve Edition.

Dans les Iles-Unies d’Amérique, la célèbre académie Armedius forme les meilleurs rithmaticiens, des stratèges capables de créer en un coup de craie des armées de créatures prêtes à l’attaque aussi bien que des lignes de défense infranchissables. Fils d’un fabricant de craie, le jeune Joel est passionné par ce savoir. Quand des élèves disparaissent mystérieusement, il ne peut rester indifférent.

Univers

L’intrigue prend place dans une espèce d’Etats-Unis parallèle, composée d’îles plutôt que d’états avec des frontières. Le cadre est ainsi très proche de nous, le campus universitaire plutôt familier. A noter aussi des technologies propres au steampunk (train, chevaux mécaniques), qui restent cependant plutôt discrètes.

Mais le principal point fort de ce roman, c’est son système de magie. Reposant sur une idée très simple, il n’en est pas moins très créatif, bien pensé, et presque « scientifique ».

A l’âge de 8 ans, les enfants passent une sorte d’initiation très mystérieuse, suite à laquelle certains, choisis par « Le Maître », deviennent des Rithmaticiens. Ces derniers doivent ensuite étudier de longues années afin de maîtriser leur art, qui consiste à utiliser des lignes tracées à la craie pour se battre et se défendre, puisque les Rithmaticiens sont capables d’animer ces lignes. Celles-ci permettent aussi bien de donner vie à des créatures en craie que d’engendrer des lignes infranchissables.

Le processus, plus compliqué qu’il n’y paraît car faisant appel à une géométrie et une stratégie très précises, est bien détaillé dans le livre, expliqué grâce à des schémas qui viennent s’intercaler entre les chapitres.

Une fois leurs études terminées, ces Rithmaticiens doivent servir au front durant 10 ans, pour défendre la population contre des crayolins sauvages, créatures en 2D mais véritablement dangereuses.

Bien que l’intrigue se termine à la fin de ce livre, l’univers est loin d’avoir livré tous ses secrets. Beaucoup de questions restent sans réponses, tandis que de nouvelles se posent. Normalement, une suite est bel et bien prévue, mais aucune date n’a vraiment été annoncée ( 😥 ).

 

Personnages

On suit principalement deux adolescents, Joel et Melody (nope, pas de romance dans ce tome, juste une amitié bien menée).

Joel étant le fils d’un fabriquant de craie (décédé avant le début de l’histoire), il est autorisé à étudier et vivre sur le campus, plutôt réservé aux gens fortunés. Passionné par la Rithmatique bien que pas Rithmatitien lui-même, très intelligent mais un peu paresseux, il est mis à l’écart par ses camarades.

Melody, quant à elle, est Rithmatitienne… mais ne montre ni affinité ni intérêt pour son art. Qu’elle doit pourtant maîtriser, puisque comme les autres elle devra partir se battre à Nebrask. Elle est cependant très douée pour dessiner des crayolins, des lignes particulières en forme de créatures. Elle est plutôt agaçante, mais sans excès, et demeure donc attachante.

Du côté des profs, ça va du gentil vieux professeur qui se fait éclipser par plus jeune que lui, à l’arriviste désagréable, en passant par le principal compréhensif (ne vous étonnez pas si vous avez l’impression de revenir à Poudlard, il y a un peu de ça^^).

 

Intrigue

Tandis que Joel fait des pieds et des mains pour prendre des cours de Rithmatique bien qu’il n’ait pas la possibilité d’animer ses lignes, et que Melody essaie de tracer des cercles corrects, des étudiants Rithmaticiens commencent à disparaître sur le campus, attaqués par des crayolins.  Joel sera donc amené à aider le professeur Fitch et l’inspecteur Harding dans leurs recherches pour découvrir le « Gribouilleur ».

L’intrigue, si elle est bien menée, est sans surprise, la révélation ne suscitera pas d’émotion particulière. Il s’agit plus d’une lecture « pop-corn » qui détendra votre cerveau… à moins que vous n’essayiez de comprendre la stratégie des différentes figures défensives proposées en schémas.

 

Style

Le style n’a rien de particulier, les pages tournent toutes seules sans qu’il n’y ait de « prouesse « stylistique.

 

Bilan

Les légions n’est pas le roman le plus ambitieux de l’auteur, loin de là, d’ailleurs il le dit lui-même, il l’a écrit pour se reposer le cerveau tandis qu’il écrivait les tomes finaux de la Roue du Temps (ouais, y’a des gens qui écrivent pour se reposer le cerveau alors que certains galèrent à écrire leurs chapitres 😥 ).  Néanmoins, le résultat est inventif et très divertissant, nickel pour souffle un peu entre… disons entre deux tomes du Livre des Martyrs^^ Si les adolescents sont les lecteurs cibles, cela fait trois fois que je lis ce livre, toujours avec le même plaisir.

 

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

11 réflexions sur “Les légions de poussière, Brandon Sanderson

  1. Pingback: Index : Oeuvres étrangères | L'Imaginaerum de Symphonie

  2. Pingback: 50 nuances d’Imaginaire : Le Steampunk – oeuvres | L'Imaginaerum de Symphonie

  3. Pingback: Littérature de l’Imaginaire – Bilan 1er trimestre – Ma Lecturothèque

  4. Pingback: Littérature de l’Imaginaire – Bilan 2ème trimestre – Ma Lecturothèque

  5. Pingback: Littérature de l’Imaginaire – Bilan 3ème trimestre – Ma Lecturothèque

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s