Rouge sang et noir corbeau T1 : L’apprentie faucheuse, Justine Robin

index

L’apprentie faucheuse est le premier tome du dyptique d‘Urban fantasy : Rouge sang et noir corbeau, écrit par l’autrice française Justine Robin, et publié en 2019 aux éditions le Héron d’Argent.

Etats-Unis, 1850.

« Aujourd’hui, je suis morte. »

De son vivant, Amélia Pratt était une simple domestique, pauvre et sans avenir. Mais le jour où un homme la précipite dans la mort, elle renaît sous les traits de Red Death, l’une des sept petites faucheuses.

Désormais, son rôle est de pourchasser les esprits errants et les fantômes. Et à ce petit jeu-là, elle est la meilleure !

Pourtant, elle n’a pas choisi l’Ankou le plus docile pour la seconder dans sa tâche. En effet, le beau Rain n’est autre que son propre meurtrier, désormais contraint de lui obéir pour l’éternité…

Entre complots, dangers et trahisons, parviendra t-elle à accomplir son rêve : devenir la prochaine Grande Faucheuse du Sanctuaire de la Mort ?

Univers

 

L’univers est l’un des points forts de ce roman, à la fois classique et original. L’autrice utilise en effet des figures et des principes « connus » (les quatre Cavaliers de l’Apocalypse, la Faucheuse, l’Ankou, la Santa Muerte, les esprits etc…), mais les adapte à sa sauce. Ce qui donne un résultat compréhensible de suite, tout en restant très sympa et intéressant.

Quand quelqu’un meurt, son âme est récupérée par des fossoyeuses, une foule de petites mains au service de la Grande Faucheuse (Faux, pour les intimes). Seulement, il arrive que des âmes ne se laissent pas faire et/ou bénéficient d’un traitement spécial. Victimes de meurtres, assassins, suicidés etc… doivent donc être récupérés par les Petites Faucheuses, dont la couleur symbolise la catégorie d’âmes qui lui est dévolue. Chacune de ces Petites Faucheuses, au nombre de sept, choisit un Ankou pour l’aider, un ancien humain désormais métamorphe.

Là où ça devient rigolo, c’est qu’il s’agit d’un travail comme un autre, avec ses rivalités, ses amitiés… et sa compétition. Car les Petites Faucheuses peuvent en effet devenir Grandes, si elles récupèrent plus d’âmes que les collègues trois bilans de suite (par contre, si elles ne sont pas assez productives, elles sont licenciées sans indemnités ni droits au chômage. Pas de bol.).

Autre point sympa : les Cavaliers de l’Apocalypse. Et plus particulièrement les nouveaux. Car si Guerre a moins de boulot qu’avant, les nouveaux Cavaliers ont de beaux jours devant eux, que ce soit Pollution, Déforestation etc…

 

Personnages

 

Amélia est Read Death, la Faucheuse Rouge, chargée de récupérer les âmes des meurtriers. Égoïste, orgueilleuse, compétitrice, mesquine, elle est tout sauf sympathique. D’ailleurs, l’autrice ne cherche pas à lui trouver des excuses, au contraire. D’ailleurs, son assassin et Ankou, Rain, en devient par contraste beaucoup plus sympa, même si son humour et son impulsivité mettent parfois les nerfs à rude épreuve^^ Pour autant, les personnages sont quand même très attachants malgré (grâce à ?) tous leurs défauts, et on comprend bien vite que leur évolution fait partie du cœur du diptyque.

On rencontre aussi quelques autres faucheuses, notamment Agathe (responsable des âmes des suicidés), et Alice (responsable des personnes mortes de maladies). La première, amie d’Amélia est très sympathique, tandis qu’Alice se pose plus comme rivale. Malgré l’abondance de personnages, l’histoire reste très facile à suivre (et c’est pas grave si vous retenez pas quelle faucheuse est laquelle, les sept n’ont pas la même présence dans le récit. Ce que je regrette un peu, j’aurais bien aimé avoir le temps d’apprendre à toutes les connaître^^).

Du côté des Cavaliers, Guerre est très présent, très proche des petites Faucheuses, à la fois charismatique et papy gâteau sur les bords. Mort est aux abonnés absents, mais de toute façon, La Mort restera pour moi un mâle nécessaire aux yeux luminescents qui parle en MAJUSCULES.

La Santa Muerte, a priori au coeur du deuxième tome, et son… euh… amie Faustine sont très intrigantes, et j’ai hâte de les revoir. Quant à Heaven, Semeuse de Vie, elle se fait la voix des antagonistes.

 

Intrigue

 

En 1850, Amélia est une servante dans la maison d’une riche veuve américaine. Sauf qu’une certaine nuit va se révéler décisive, puisqu’Amélia va… mourir. Faux lui propose alors un job, et lui donne un argument qui va la rendre incapable de refuser : quitte à avoir un serviteur qui ne pourra rien lui refuser, autant que ce soit son meurtrier !

Les années passent, bon gré mal gré, et Rain en a gros (référence inside), car Amélia n’est pas la plus sympa des maîtresses. La haine et la rancœur continuent en effet de la ronger, et il ne lui reste plus beaucoup de temps pour récupérer un maximum d’âmes afin de se classer première des petites faucheuses.

L’intrigue marque un tournant vers la moitié du tome, ce qui m’a bien plu^^ Car même si l’idée est sympa, la compétition, ce n’est pas quelque chose qui me parle, donc la motivation d’Amélia ne me parlait pas beaucoup au début. L’intrigue devient à ce moment là beaucoup plus intéressante à mon goût^^

 

Style

 

Le style de l’autrice, simple, convient parfaitement à l’histoire, dont les pages se lisent toutes seules. Peu de descriptions, une narration rythmée…. Le récit est raconté à la première personne par Amélia et Rain, puis par Heaven, qui arrive plus tard dans le récit. Ainsi, le récit est immersif tout en donnant plusieurs points de vue.

A noter aussi les illustrations en chaque début de chapitre, très jolies, qui accompagnent les préceptes des faucheuses, et plusieurs illustrations en couleur au milieu du livre, par l’autrice elle-même (tout comme la couverture), qui apportent un vrai plus.

 

Bilan

 

J’avais déjà bien aimé Gabigael, de la même autrice, mais je trouve celui-ci plus maîtrisé et ambitieux. Même si j’ai un attrait tout particulier pour les beaucoulogies complexes, j’aime bien aussi me détendre avec des romans plus légers, propices à la détente^^ Il est facile à lire sans être simpliste, addictif, divertissant  sans jamais oublier les personnages et l’émotion. C’est avec plaisir que j’accueillerai le tome 2^^

 

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

 

Duhg4oMXQAEKVMr

11 réflexions sur “Rouge sang et noir corbeau T1 : L’apprentie faucheuse, Justine Robin

  1. Ah bon ? Guerre a moins de travail en ce moment ? 😛
    Bon, le principe des concours de faucheuses ne m’intéresse pas vraiment, même si j’ai bien compris qu’on changeait d’intrigue en cours de route. J’ai pas mal de chose à lire surtout pour le PIF, donc pour l’instant, ça ne fait pas parti de mes envies (même si j’adore Faustine depuis que Justine l’a présentée ^^).

    Aimé par 1 personne

  2. Moins que Pollution, en tout cas 😉
    C’est ça, le concours c’est jusqu’à la première moitié, après ça part en cacahuètes. Mais effectivement, je pense que tu as déjà de quoi t’occuper^^

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: Index : Oeuvres francophones | L'Imaginaerum de Symphonie

  4. Pingback: Focus sur… Le Héron d’Argent | L'Imaginaerum de Symphonie

  5. Pingback: Printemps de l’imaginaire 2019 : Le Bilan | L'Imaginaerum de Symphonie

  6. Pingback: Littérature de l’Imaginaire – Bilan 2ème trimestre – Ma Lecturothèque

  7. Pingback: Littérature de l’Imaginaire – Bilan 3ème trimestre – Ma Lecturothèque

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s