Les annales du Disque-Monde T6 : Trois soeurcières (Sorcières T2), Terry Pratchett

Trois soeurcières ! est le 6e tome du cycle Les Annales du Disque-Monde, de l’auteur britannique Terry Pratchett, et le 2er tome du cycle des Sorcières de Lancre. Il est sorti en 1988 en Vo, puis en 1995 en France aux éditions Atalante, pour ressortir en poche en 1999.

Le vent, l’orage, les éclairs… Tout cela dans l’horreur d’une profonde nuit. Une de ces nuits, peut-être, où les dieux manipulent les hommes comme des pions sur l’échiquier du destin.
Au coeur des éléments déchaînés luisait un feu, telle la folie dans l’oeil d’une fouine. Il éclairait trois silhouettes voûtées. Tandis que bouillonnait le chaudron, une voix effrayante criailla:
« Quand nous rovoyons-nous, toutes les trois? »
Une autre voix, plus naturelle, répondit :
« Ben, moi j’peux mardi prochain. »
Rois, nains, bandits, démons, héritiers du trône, bouffons, trolls, usurpateurs, fantômes, tous sont au rendez-vous. Shakespeare n’en aurait pas rêvé autant. Ou peut-être que si ?

Prérequis

 

Aucun en particulier. Il n’est même pas nécessaire de lire le 1er tome du cycle des Sorcières, ce volume peut donc tout à fait constituer une porte d’entrée au Disque-Monde.

 

Thèmes abordés

 

Le théâtre, Shakespeare (d’ailleurs, le titre VO « Wyrd Sisters » en est une référence, puisqu’une de ses pièces s’intitule « Weird sisters' »), le conte, le remord, la folie, la sorcellerie…

 

Mon avis

L’intrigue de Trois Soeurcières rappelle fortement certains contes et pièces de théâtre : le roi de Lancre est tragiquement assassiné, et son usurpateur siège désormais sur le trône sans que personne ne se doute de la vérité (les morts naturelles à coups de dagues dans le dos, ça arrive tout le temps, voyons !). Mais le prince, encore bébé, a non seulement survécu, mais des hommes loyaux au roi l’ont fait s’échapper. Après avoir été béni par trois sorcières (dans une scène qui rappelle celle de La Belle au Bois Dormant^^), il sera mis à l’abri dans le dernier endroit où l’on penserait le trouver : une troupe de théâtre. Si sa vie est potentiellement en danger, le vrai problème c’est que le royaume entier se rebelle contre son nouveau maître. Et puis le fantôme de l’ancien roi voudrait bien pouvoir partir !

 

L’intrigue, simple, est rendue très sympathique et amusante par les références qui s’y glissent, et les retournements de codes. Avec des scènes vraiment top, comme celle on l’on assiste à la première représentation du livre (l’attitude des protagonistes ne sera pas sans rappeler certains spectateurs au cinéma, si vous voyez ce que je veux dire…).

J’ai un peu de mal avec la résolution de l’intrigue, qui arrive un peu de nulle part (et en même temps… on ne sait pas trop si la « révélation » est vraie ou pas^^ Avec cette roublarde de Mémé, difficile d’être sûrs^^), et aussi avec la  romance, qui est quand même très vite traitée. Mais en même temps, ça va avec les thématiques, donc bon, j’ai un peu de mal à le voir comme de vrais défauts.

 

Mais le véritable point fort de ce roman, ce sont ses personnages, avec l’un des meilleurs personnages de tout le Disque-Monde : Esmeralda « Mémé » Ciredutemps. Une vieille sorcière revêche, arrogante, fière, méprisante envers les façons de penser différentes de la sienne, refusant d’avoir tort… mais en même temps profondément bienveillante (mais chut, faut pas lui dire, elle risquerait de se vexer !). Et pourtant sous cette bienveillance, on sent bien cette colère et cette frustrations qui pourraient la changer en sorcière maléfique si elle relâchait un temps soit peu sa vigilance. Elle est aussi très, très sage, et a compris depuis longtemps que la puissance n’avait rien à voir avec les pouvoirs magique, mais avec l’intelligence, les mots, et la compréhension du monde et de l’âme humaine. Elle n’a pas besoin d’éclairs ou de boules de feu pour inspirer le respect !

Cela dit, si Mémé est géniale, son amie Gytha « Nounou » Ogg n’est pas loin derrière. Cette vieille sorcière est aussi bien en chair que Mémé est bien en os. Bonne vivante, toujours à plaisanter, aimant la bonne chair et les hommes, complètement gaga pour son horrible monstre de chat Gredin… Elle a aussi toute une ribambelle de fils et une armée de belles-filles qu’elle exploite sans aucun remord. Même si Mémé et Nounou se chamaillent sans arrêt, heureusement que Nounou est là pour l’empêcher de détruire le monde.

Et puis il y a la troisième. La jeune, nouvelle de la bande, Magrat Goussedaille, affligée d’un cruel manque de confiance en elle, et ce n’est pas le mépris de Mémé qui va l’aider à se révéler (quand même, ces jeunes qui ne veulent pas s’habiller en noir, tsss !). Surtout que Magrat est persuadée que les artifices, les charmes et les pattes de corbeaux sont essentiels au métier de sorcière. Et faut pas compter sur les deux autres pour faire preuve de pédagogie…

Quoi qu’il en soit, les sorcières pourront compter sur Le Fou, bouffon de l’ancien (et du nouveau roi), seul personnage vivant à avoir assisté au meurtre ; mais aussi sur Tomjan, acteur de théâtre capable de prendre n’importe quel timbre de voix, et qui porte la couronne de façon tout à fait satisfaisante 😉

L’antagoniste est aussi plutôt intéressant. Il est complètement rongé par la culpabilité et par la présence plus qu’étouffante de son épouse, et il se dirige lentement mais sûrement vers la folie. Comme quoi, la réussite ne fait pas toujours le bonheur.

Pour finir, je vais le dire à chaque fois, mais l’écriture est géniale, mélange d’humour, de références, mais aussi de réflexion, avec des métaphores très sympa (j’aime beaucoup celle de la couronne. Vous comprendrez en lisant :p ).

 

6 réflexions sur “Les annales du Disque-Monde T6 : Trois soeurcières (Sorcières T2), Terry Pratchett

  1. Aaaah ! J’adore toujours lire des articles aussi enthousiasme sur les livres du Disque-Monde ❤ Tu m'as redonné envie de plonger dans le cycle des sorcières !
    PS : tu as un peu mélangé les titres en tout début d'article, avec "Au Guet !" ^^

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Les annales du Disque-Monde, Sir Terry Pratchett (2/2) | L'Imaginaerum de Symphonie

  3. Tout à fait d’accord avec toi : l’écriture est géniale !!!! J’ai moyen acroché a l’ntrigue que j’ai trouvé un peu lente à dérouler mais j’ai malgré tout pris beaucoup de plaisir à ma lecture grâce a l’écriture de Terry Pratchett, son humour, son ironie mordante.
    Si ça t’interesse tu peux jetter un oeil à ma chronique 😉
    https://theteapotlibrary.wordpress.com/2018/11/28/trois-soeurcieres-terry-pratchett/

    Aimé par 1 personne

  4. Pingback: Les annales du Disque-Monde T12 : Mécomptes de fées (Sorcières T3) | L'Imaginaerum de Symphonie

  5. Pingback: [Challenge] Bilan 2019 Challenge Littérature de l’Imaginaire | L'Imaginaerum de Symphonie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s