Fantasy et clichés : ces clichés qui m’insupportent

suicune_s_crystal_lake_by_leashe_d463lkn-fullview

Suicune’s Crystal Lake, by Leashe

Comme vous devez vous en douter, j’adore la Fantasy. A vrai dire, ça fait 20 ans que l’essentiel de mes lectures relève de la Fantasy. Je dirai même plus que je l’aime sous toutes ses formes, même si j’ai une prédilection pour les romans. Je trouve que la Fantasy est extrêmement riche et offre des possibilités illimitées, aussi bien divertissante que propice à la réflexion, et bien souvent un mélange des deux. Et depuis 20 ans, donc, je ne m’en suis jamais lassée, car elle parvient toujours à m’éblouir, à m’impressionner. Pas étonnant que j’ai fini par en écrire aussi.

Et comme le mois d’octobre, c’est le mois de l’imaginaire, je vous ai préparé des articles un peu spéciaux que vous découvrirez jusqu’à la fin du mois, en plus des chroniques habituelles.

Car la Fantasy (et l’Imaginaire en général) souffre de quelques clichés, que je ne peux plus voir pour certains. Clichés que j’ai répartis en plusieurs catégories, qui se retrouvent dans la Fantasy mais pas que, du « c’est pas grave » au « Où est mon bazooka ? ».  C’est parti ? C’est parti !

(Et parce que c’est mon blog et que j’fais ce que j’veux, cet article sera illustré par des Pokémon :3).

Le manque d’appropriation 

ninetales_and_shellder_by_leashe_d2lw83s-fullview

Ninetails and the Shellder, Leashe

  • L’Elfe crétin qui coiffe des poneys (c’est cadeau)
  • L’Elfe grand, beau, intelligent, sage etc…
  • Le Nain balourd qui fait tout le temps des blagues entre deux bières et deux fauchages de genoux à la hache
  • Le dragon télépathe avec son dragonnier
  • etc…

Alors, profitez, parce que je reparlerai pas d’elfes, de nains et de dragons dans les autres clichés. Eh non.

Alors, qu’entends-je par manque d’appropriation ? Comprenons-nous bien : je n’ai aucun problème avec les elfes, les nains, les dragons etc dans la Fantasy. Au contraire. Là où ça m’ennuie, c’est quand à la lecture je ne peux pas m’empêcher de penser à une autre oeuvre parce qu’il n’y a pas eu de « personnalisation » de la part de l’auteur.ice. Si c’est un élément mineur, ce n’est pas bien gênant, mais si c’est un élément plus important, ça va un peu plus me chagriner, parce que je ne vais pas pouvoir m’empêcher de comparer avec l' »original ». Bon, ce n’est pas possible de faire 100% original, daccord. Mais si vous voulez mettre un Nain, je préférerais lire les aventures de VOTRE Nain, pas celui de Tolkien ou de Naheulbeuk. Bref, qu’il soit suffisamment « personnalisé », que vous vous soyez réapproprié le trope du Nain. Mais le Nain, l’Elfe, le Dragon… ne sont pas des clichés en tant que tels. Alors, évidemment qu’ils auront des caractéristiques communes, mais de là à en faire des copies carbone… Ils peuvent avoir des pouvoirs, des caractéristiques, des cultures, des histoires, des caractères etc… qui leur sont propres (d’ailleurs, au passage, les Nains du Seigneur des Anneaux, ce sont de grands artistes raffinés qui ont construit de réelles œuvres d’art. Oui, j’adore les films, mais faut avouer que ça saute pas forcément aux yeux quand on les regarde^^).

Alors, petite pose vocabulaire. J’ai mentionné le terme de « trope », mais j’aurais pu aussi parler de « code ». Ce peut être un code définissant un genre (le surnaturel dans le fantastique), voire un sous-genre (le « slasher » est un sous-genre de l’horreur, caractérisé par la présence d’un tueur qui va tuer beaucoup de monde avec des objets genre couteaux ou tronçonneuses, généralement masqués). Mais vous inquiétez pas, on va y revenir à la fin de l’article, vous allez comprendre.

Les facilités scénaristiques 

 

pink_eyed_fairy_by_chiakiro_daluil9-fullview

Pink eyed fairy, Chiakiro

  • l’armure infaillible qui, « comme par hasard », se brise au pire moment possible
  • l’archer au carquois illimité… qui tombe en panne de flèches au pire moment possible
  • la super technologie/magie qui ne sert plus à rien au pire moment possible
  • le personnage secondaire qui a pile poil la bonne information au bon moment
  • les personnages qui tombent pile sur la plante dont ils avaient besoin alors qu’elle est super rare
  • l’antagoniste intelligent/très fort etc… qui semble devenir une poupée de chiffon contre le protagoniste
  • la fille badass qui doit quand même se faire sauver par un mec
  • les personnages qui tombent éperdument amoureux en 1 regard/en 2 jours (qu’il y ait une attirance, je veux bien, mais sérieux… Oui, j’avoue, celui-ci tend à rapidement me soûler^^)
  • le monstre invincible qui se fait toucher sur son point vénérable alors qu’il n’y a qu’une chance sur un million que ça marche (lisez Pratchett, c’est bien. Big up aux personnes qui auront la référence^^)
  • Le personnage « naïf » qui devient un expert à l’épée/à la magie en deux jours
  • les personnages qui parlent la même langue que les colons/voyageurs de l’espace (coucou Stargate)
  • la planète réduite à une ville (recoucou Stargate)
  • etc…

Alors, ces clichés ne me dérangent pas forcément. Tout dépend de ce qu’il y a en autour. Si tout est intéressant, mais que l’auteur utilise une ou deux ficelles qui, sans être incohérentes, sont un peu faciles, bon je vais pas forcément lui en tenir rigueur. S’il y en a trop et que le but n’est pas parodique, ça peut éventuellement m’agacer, en revanche. A noter qu’il est possible de les rendre plus crédibles, et du coup ça passe mieux.

Je vous donne un exemple avec l’armure : Au début du roman, Machin combat le bras-droit du méchant, qui est quand même très fort. Il gagne, et de loin, mais l’armure (la meilleure qu’on ait jamais forgée, magique, toussa) a été un peu ébréchée. C’est pas bien grave, tout le monde fait la fête, et Machin n’a jamais le temps de la faire réparer. Et puis bon, elle est pas si abîmée. Sauf qu’à la fin du roman, match retour. Problème, au cours du roman, l’armure a continué à être utilisée, et donc est de plus en plus fragilisée à cause de la petite fissure du début. Donc au cours du second combat contre le méchant : paf, a plus d’armure, Machin est en mauvaise posture et permet de donner au combat un accent plus désespéré.

 

Les personnages qui font des trucs idiots

glaceon_by_chiakiro_dbicnen-fullview

Glaceon, Chiakiro

  • Les personnages qui courent en ligne droite alors que quelque chose arrive derrière (je suis sûre que vous en trouverez plusieurs :3)
  • Les « experts » qui font un truc idiot, genre le biologiste qui fait mumuse avec un serpent alien ou les astronautes qui enlèvent leur casque sur une planète inconnue
  • Le personnage qui écoute et croit le petit vieux bizarre (les petits vieux, c’est mystérieux après tout).
  • L’antagoniste qui déballe tout son plan au héro au lieu de le tuer
  • L’antagoniste qui tue gratuitement ses lieutenants parce qu’ils ont échoué sur un truc (alors que justement, ils feront sans doute plus gaffe la prochaine fois…)
  • Les personnages qui prennent la décision de se séparer alors qu’ils n’ont clairement aucune chance de s’en sortir tous seuls
  • Le personnage qui s’approche du truc bizarre qui bouge et qui est franchement suspect, alors qu’il ferait mieux de s’enfuir en courant…
  • etc

Je suis sûre que vous pouvez en trouver d’autres, et ils confinent souvent à la facilité scénaristique. MAIS, des fois, je les aime bien quand même, tout simplement parce que, les personnages qui font des trucs idiots, bah ça reste crédible. Qui n’a jamais fait/dit de truc idiot dans sa vie, hein ? Sans compter que les auteur.ices mettent souvent leurs personnages dans des situations qui… bon… comment savoir comment nous on réagirait face à un cube qui brille tombé de l’espace ?

 

En résumé, ces trois catégories de clichés ne me posent pas forcément problème. Aucune ne me donne envie de fermer le bouquin, surtout s’il y a des trucs intéressants à côté. Ces clichés ne sont pas très graves au final, et puis, parfois ils fonctionnent, voire peuvent tout à fait être expliqués par les caractères des personnages, les événements, le contexte etc…

La catégorie suivante est à part, puisque ces clichés là, je ne les supporte plus, vraiment. En plus, ils peuvent se trouver partout, pas seulement dans l’imaginaire. Pourquoi ? Parce qu’ils sont moisis, faux, voire carrément dangereux. Ils peuvent être vrais pour quelques personnes, mais globalement, ils entretiennent des préjugés qui concernent des personnes tout à fait réelles et qui en souffrent. Et comme ces personnages ne sont pas souvent présents, surtout dans d’autres représentations, ça donne l’impression inconsciente qu’ils ne peuvent pas être autre chose. Alors non, vraiment, ces clichés, il faut arrêter.

 

Les clichés dangereux

realistic_mewtwo_by_leashe_d2bnu5v-pre

Realistic Mewtwo,  Leashe

  • la grosse rigolote dont le seul rôle se résume à faire rire, mais qui elle-même est soit triste, soit trop naïve/idiote pour l’être
  • l’introverti malheureux et rabat-joie qui devient heureux en découvrant les joies de la fête et de l’amitié
  • l’asexuelle/aromantique qui ne l’est que parce qu’elle a été violée mais qui tombera éperdument amoureuse du beau mec ténébreux qui lui montrera que, quand même, tous les hommes ne sont pas des enfoirés (pfff…)
  • le bonheur qui passe obligatoirement par la vie de couple
  • la vie de couple qui ne peut être envisagée sans sexe
  • le side kick rigolo noir (soit il est rigolo, soit c’est le premier qui crève, voire les deux. Et dès le début, comme ça tout le reste des personnages reste bieeeeen blanc)
  • la fille forte qui est plus un garçon qu’autre chose (on peut botter des culs ET aimer les robes)
  • l’asiatique super fort aux jeux vidéos/aux arts martiaux
  • la fille amoureuse du mec ultra toxique (mais riche et beau) et qui arrivera à le sauver de lui-même (elle est où la bassine pour vomir ?)
  • l’autiste qui est forcément un génie ou un gamin qui se tape la tête contre les murs
  • la quadragénaire aigrie qui réalise qu’il n’y a rien de mieux que les enfants (pas forcément les siens) et le mariage
  • l’homophobe qui est en réalité un homo refoulé (non, y’a des chances pour que ce soit juste un connard)
  • l’homosexuel.le qui revient dans le droit chemin, c’est juste qu’il n’avait pas trouvé la bonne/ le bon.
  • le dépressif qui est soigné par l’amour (vous les voyez, mes yeux qui roulent ?)
  • l’handicapé très très riche (lol, je veux bien son secret)
  • l’handicapé qui est forcément malheureux (si si, même handicapés/malades chroniques, il est possible d’apprécier notre vie, ce n’est pas aux autres de décider pour nous ce qu’on doit ressentir^^)
  • l’handicapé qui est forcément gentil, humble, toussa (on est des gens normaux, hein, nous aussi on veut des rôles de méchants ! Nous aussi on veut le droit de ne pas être parfaits ! je crois que c’est pour ça que j’avais autant aimé Incassable…)
  • handicap = fauteuil roulant/paralysie (nope, pas toujours ! le handicap invisible, vous connaissez ? C’est largement le plus fréquent ! )
  • la femme ambitieuse qui exerce à haut poste mais qui écrase tout le monde tout en étant secrètement malheureuse
  • le personnage qui a un trouble dissociatif et qui est évidemment un assassin psychopathe (j’aime bien le film Split, hein, mais c’est pas DU TOUT réaliste. Et d’ailleurs, le TDI et la schizophrénie, c’pas la même chose)
  • la fille qui dit non mais qui en fait pense oui, voire qui apprécie de se faire violer (non, sérieux, je l’ai encore vu passer il n’y a pas longtemps, celui-là).
  • le personnage transgenre mais qui a une maladie mentale, donc iel est « soigné » et tout rentre dans l’ordre (*facepalm*)
  • le personnage intersexe qui découvre le bonheur en devenant « 100% » homme ou femme
  • le personnage bi qui saute sur tout ce qui bouge
  • le dépressif qui avait « juste » besoin de se bouger et de faire un effort
  • la couleur de peau, la sexualité, la santé, le genre etc… d’un personnage ne doit pas forcément avoir un impact sur l’histoire (ex : un personnage de couleur n’est pas « obligé » de subir du racisme/l’histoire peut ne pas aborder la question. Cela permet aussi de souffler).
  • etc…

(liste non exhaustive, il y en a plein d’autres…  Je vais vomir et je reviens.)

Alors, compte tenu de ce que j’ai déjà dit sur ce blog, cela peut sembler paradoxal que je critique l’insertion de tels personnages. Je suis pour que les auteurs et autrices fassent apparaître des personnages divers, y compris quand ils ne sont pas directement concernés. Et puis, les clichés que je vous ai cités existent très probablement dans la réalité. L’humanité est diverse, après tout.

Le problème, c’est qu’aucun dragon ne souffrira que vous le présentiez comme un cliché ambulant. Les personnes racisé.es, handicapé.es, neuro-atypiques, LGBTIAQ+, gros.ses etc… sont avant tout des humains, dans toute leur complexité et diversité. Diversité qui, à l’heure actuelle, n’est pas représentée à mon sens. Le problème de ces clichés, c’est donc que la représentation actuelle n’est pas suffisamment étendue pour que les utiliser n’alimente pas les préjugés et les méconnaissances, même de façon inconsciente.

Alors, comment faire si vous voulez insérer de tels personnages ? (sachant que ce n’est évidemment pas une case à cocher sur une checklist. Vous n’êtes absolument pas obligé.es de le faire). Eh bien, voyez cela comme un travail de recherche. Vous avez tous.tes fait un travail de recherche pour vos romans, que ce soit pour rendre la géographie cohérente, pour savoir comment on construisait un bateau au Moyen-Age, pour connaître la vitesse d’un cheval et son endurance sur terrain accidenté… Eh bien, là, c’est un peu la même chose. A l’heure d’internet, il est même très facile de trouver rapidement des tonnes de témoignages de personnes concerné.es. Et ça tombe bien, parce que les personnes concerné.es, tout en ayant des points communs, ne se ressemblent pas forcément (j’ai jamais dit que c’était facile, hein :3).

 

Bilan 

legendary_babies_by_chiakiro_daji1y5-fullview

Legendary babies, Chiakiro

Surpris ? Vous ne vous attendiez pas à ce genre de clichés, hein ? clichés qui ne sont en fait pas spécifiques à la Fantasy, d’ailleurs. Vous vous attendiez peut-être à ce que je râle sur le manque d’originalité de la Fantasy qui ressort ses nains, ses elfes et ses dragons à toutes les sauces ?

Eh bien non.

Alors, c’est quoi le but de cet article, en fait ? Quel rapport avec la Fantasy ?

1. Vous faire prendre conscience que les clichés, les personnages et situations simplistes,  sont partout.

2. Que ce n’est pas si grave de réutiliser des archétypes et des figures connues : qu’il y ait un dragon dans un roman ne présage en rien de l’originalité de ce dragon, ni de la qualité de l’œuvre ! En revanche, attention à la représentation des personnages. Il faut en faire, il faut de la variété, juste… attention à ne pas rendre vos personnages caricaturaux.

Vous vous rappelez, au début, quand je parlais de trope ? Alors, on y revient.

Parmi les tropes de la fantasy, il y a les créatures fantastiques. Vous pourriez imaginer les films d’horreurs sans tueurs masqués, sans animaux génétiquement modifiés ? Vous pourriez imaginer du fantastique sans maisons hantées et sans enfants possédés ? Vous pourriez imaginer les thrillers sans policiers (éventuellement cyniques et poivrots) ? Vous pourriez imaginer des romances sans beaux mecs ténébreux ? De la même façon, ce serait quand même franchement dommage de virer les créatures fantastiques de la Fantasy. Ces tropes ne sont pas obligatoires, vous pouvez très bien faire de l’horreur sans tueur masqué, vous pouvez très bien faire du fantastique sur une plage. Ils n’empêchent qu’ils font partie du genre.

Alors, je peux comprendre qu’on sature sur les dragons et tout. J’aime bien les films de zombies, mais parfois, j’ai envie de voir autre chose. Je ne remets pas en cause la présence des zombies dans l’horreur, pas plus qu’il ne me semble légitime de remettre en cause la présence des dragons dans la Fantasy. Peut-être que, comme moi, vous avez besoin d’un break. Ou peut-être que vous n’aimez pas les dragons. Moi, je ne suis pas fan des enfants possédés, et je déteste le sous genre de l’horreur qu’on appelle Torture Porn (n’allez pas chercher si vous avez le coeur ou l’estomac sensibles. Sérieux). Sauf qu’en fait, c’est pas bien grave ! Le genre de l’horreur est vaste et je peux tout à fait regarder des films tous les soirs sans jamais en voir. Ben pour les dragons en Fantasy, c’est un peu pareil.

Alors vous pourriez me dire qu’il y a plus de dragons en Fantasy que de zombies dans l’Horreur ;  plus d’elfes que de beaux mecs ténébreux dans la romance. C’est possible, je n’ai pas comparé, et j’ai pas envie de le faire.  Et puis j’ai encore vu personne se plaindre des beaux mecs zombies, alors que les gens qui se plaignent des dragons et des elfes…

Parce que finalement, le cliché spécifique à la Fantasy qui m’insupporte le plus… c’est de dire qu’elle est cliché. 

La question serait donc plutôt : si on aime pas la Fantasy, est-il possible de lire autre chose que des dragons et des elfes ? Ou bien sont-ils tellement nombreux qu’on ne peut pas faire autrement que tomber dessus ?

Eh bien cette question, je me la suis posée, oui, parce que sincèrement, je n’ai pas l’impression d’en avoir rencontré tant que ça après 20 ans de lecture de Fantasy. Alors, je me suis amusée. J’ai réuni un certains nombre de romans relevant de la Fantasy, cycles ou one-shot, et j’ai listé un certain nombre de caractéristiques. Pourquoi que la Fantasy ? Ben je lis pas assez de SF et de Fantastique pour que ce soit intéressant…

Je n’ai pas forcément compilé tout ce que j’ai lu, car certaines lectures remontent un peu trop, mais disons que ça me permet d’avoir des tendances sur mes lectures. Extrapoler sur l’ensemble du genre est un pas que je ne franchirai pas, mais disons que ça donnera une petite idée 😉 Et puis je compte continuer à agrémenter mes statistiques de nouvelles entrées, pour peut-être proposer une mise à jour tous les ans et voir ce que ça donne.

(suite au prochain épisode !)

Quelques articles sur les clichés par Eleyna, histoire de décompresser un peu^^

torracat_by_chiakiro_damqfwp-fullview

Torracat, Chiakiro

10 réflexions sur “Fantasy et clichés : ces clichés qui m’insupportent

  1. J’aime bien ton article 🙂 y’a pas mal de clichés qui me font rouler des yeux aussi, surtout sur les personnages et comme tu le soulignes, c’est dangereux. Parce que ça véhicule une idée fausse. Par contre j’imagine parfaitement une romance sans mec ténébreux, ça me plairait de lire quelque chose de plus réaliste xD c’est la beauté des genres de l’imaginaire, tu peux faire tout ce sur tu veux ! Faut juste se donner la peine de réfléchir plus loin que le bout de son nez.
    Et les vieux c’est vachement classe. Voilà, je termine par ça 😁

    Aimé par 1 personne

  2. Les vieux, c’est mystérieux 😉 sinon voilà cest ça…. les dragon, les elfes… bon on peut se lasser, mais au final c’est pas grave. Sauf que je vois toutes les semaines des listes de cliches comme quoi la fantasy cest que des elfes et des dragons, et à force ça me gave^^

    Aimé par 1 personne

  3. je suis super heureuse de voir cet article, je partage 100% tes revulsions – je vais moi aussi vomir et je reviens … et même plus.
    C’est souvent ce que je reproche à la fantasy française cet agglomérat de clichés, même si cela semble prendre une meilleure voie, mais reste à confirmer.

    Aimé par 1 personne

  4. Super article bien complet (PS : la vidéo youtube avec l’elfe qui chante, ça va me hanter pour des semaines ça XD ). Bon après, je trouve qu’il y a quelques clichés un peu exagérés et certains qu’on retrouve essentiellement dans des Fantasy Young adult. Après, certains clichés sont tellement encrés dans notre imaginaire collectif qu’il est compliqué de s’en défaire (les films aident beaucoup en ce sens et maintenant les séries). Après, j’écris de la Fantasy et je reprends nos amis Elfes et Nains, mais j’essaie de leur insuffler des nouveautés (surtout chez les Elfes), mais difficile de changer les mœurs sans tombé dans de la caricature à la Pratchett. Mais je comprends tout à fait ton désarroi face au manque de créativité dans ce genre. Attention que quelques auteurs semblent suivre de nouvelles voies comme V. Fleury ou E. Chastellière.

    Aimé par 1 personne

  5. XD j’espérais bien qu’il y en a un ou deux qui cliqueraient :3 Le problème des elfes et des nains, c’est surtout quand l’auteur ne se les réapproprie pas pour en faire ses elfes et ses nains, sinon il n’y a pas vraiment de problème. Personnellement j’adore les elfes de Pratchett, je ne les ai jamais vu ailleurs et je les trouve super intéressants. En fait, les tropes (dragons, elfes, prophéties etc) ne sont pas du tout un problème à mon sens, ils font partie du paysage. En revanche, les facilités scénaristiques, les trucs « idiots et les clichés dangereux…

    Aimé par 1 personne

  6. Pingback: Fantasy et clichés : conclusion | L'Imaginaerum de Symphonie

  7. Tout à fait d’accord avec cet article même si je n’aime pas vraiment la fantasy même si j’en ai pas beaucoup lu, j’en ai pas mal vu!
    Et en tant que non-fan de la fantasy peut-on faire de la fantasy sans héros /héroine élue, sans guide, sans amis qui sont juste là pour aider le héros, sans guerre, sans méchant caricaturé, pour l’instant j’en ai pas trouvé! Et sans trop de créature fantastique aussi, sans guerre de clans, une intrigue nouvelle voir une intrigue d’injustice que j’aime SANS que le héros/héroine doit tuer le méchant par magie etc!
    Car tout ça je déteste, ah sans manichéisme aussi si c’est possible ou pas…
    Je déteste que les personnages sont réduits qu’à leur fonction et il y a beaucoup ça dans la fantasy, il y a un peu ça dans la romance mais pire selon moi dans la fantasy dans l’héroic fantasy que je déteste! Et c’est possible aussi sans guide vieux sage qui ne sert qu’à conseiller puis qui meurt lol car c’est sa fonction! Sans que la fonction du héros soit juste de tuer le méchant par destiné ou autre!
    Et ce n’est pas uniquement des préjugés que j’ai, c’est des clichés qu’on retrouve dans la fantasy que je déteste, pour tout genre quand un perso est réduit qu’à sa fonction = mal écrit!
    Et je préfère les policiers, les thrillers dont la majorité n’est pas de se faire justice soi-même même s’il y a des exceptions aussi surtout en cas de corruption, injustice etc, là je comprends mieux et dans la corruption thème que j’aime, les « gentils » comme les « méchants » peuvent y tomber dedans!
    Et ça m’avait faire rire quand une lectrice avait dit que « harry potter » devrait gagner le prix de la paix LOL quand la morale est de tuer le méchant par magie, sa fonction je vois pas où est la paix

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s