Six of crows T1 : Six of crows, Leigh Bardugo

couv24562789

Six of crows est un diptyque de Fantasy écrit par l’autrice Leigh Bardugo, américaine d’origine Israélienne. Le premier tome a été publié en VO en 2015, puis en VF en 2016 aux éditions Milan.

Ketterdam : une ville grouillante de malfrats où tout s’achète si on y met le prix. Ce principe, personne ne l’a fait autant sien que Kaz Bekker, dit « les Mains Sales ». Quand le voleur se voit offrir une mission impossible mais qui le rendra riche, il réunit son équipe : un soldat assoiffé de vengeance, un tireur d’élite accro au jeu, un jeune fugueur des beaux quartiers, une espionne défiant les lois de la gravité, et une Grisha aux puissants pouvoirs magiques. Six dangereux hors-la-loi seuls capables de sauver le monde – s’ils ne s’entretuent pas avant…

six_of_crows_by_lizalot_dcvmizh-pre

Six of Crows, by Lizalot – en partant du haut et dans le sens des aiguilles d’une montre : Kaz, Jesper, Wylan, Matthias, Mina, Inej

L’histoire commence à Ketterdam, une ville rongée par la pègre dans une époque qui rappelle un peu celle de l’ère industrielle. Ainsi, les gangs rivaux règlent leurs comptes aussi bien à coup d’épées que de flingues ou d’explosifs, avant d’aller se reposer un peu dans les multiples bordels…

Et c’est là que j’ai un petit soucis avec la classification jeunesse du bouquin. Ce n’est pas inaccessible à un jeune, mais attention à sa sensibilité quand même.

A Ketterdam, donc, il y a des gangs, et notamment les Corbeaux de Kaz dit « Les Mains sales » (seconde interrogation… Pourquoi le traducteur a laissé plein d’expressions en anglais alors que ça ne se passe pas en Angleterre ? Alors, oui, je sais, dans le Trône de Fer la moitié des noms n’ont pas été traduits, et c’est pas beaucoup plus logique). Kaz est un jeune homme charismatique qui n’hésite pas à se salir les mains pour atteindre ses objectifs, et malgré sa jambe malade, il ne viendrait à l’idée de personne de le considérer comme faible.

Il est notamment accompagné de Inez, une jeune espionne de grands talents, Jesper, passionné de jeux et de pistolets, Mina, une Grisha (magicienne) au lourd passé, et le petit nouveau, Wylan, expert en explosif et fuyant sa famille. Troisième interrogation : ils ont tous moins de 20 ans, et sincèrement, je leur en donnais au moins une dizaine de plus (sauf pour Wylan et dans une moindre mesure, Mina).

Un jour, on propose à Kaz la mission ultime, qui pourrait lui apporter assez d’argent pour accomplir ses rêves. Problème ? La mission est impossible. Il s’agit de pénétrer dans Fjerdan, la terrible forteresse des drüskelles, afin de libérer Bo Yul-Bayur. Celui-ci a en effet créer une drogue capable d’augmenter de façon exponentielle les pouvoirs des Grisha. Autant dire que si ça tombe entre de mauvaises mains, c’est la fin des haricots…

Kaz va quand même accepter la mission, parce que ça tombe bien, il y a justement un soldat druskelle, Matthias, qui n’attend que d’être libéré de la prison dans laquelle il moisit depuis un an.

Malgré ces quelques points qui m’ont interrogée, j’ai beaucoup aimé ce premier tome. Déjà, c’est la première fois que je vois un univers « gangster » associé à de la Fantasy, ce qui n’empêche pas le roman de faire preuve de variété : ainsi, le pays des druskelles évoque les pays nordiques, et certains personnages semblent provenir de pays « asiatiques » ou orientaux.

D’ailleurs, on est plutôt servis question représentation, puisqu’on a droit à deux types de handicaps, des personnages LGBT+, de couleurs… Ce que j’ai apprécié, c’est que ces caractéristiques ne sont pas forcément mises en avant. Elles font partie des personnages, certaines expliquent leur caractère ou leurs motivations, mais c’est tout, ce n’est pas montré comme quelque chose d’exceptionnel.

Il n’est pas nécessaire d’avoir lu l’autre cycle de cet univers, « Grisha », et même si les termes ne sont pas vraiment expliqués, on comprend assez vite dans le contexte de quoi il retourne. Le style est moderne sans être nerveux, les descriptions ne s’épanchent pas mais sont suffisantes. J’ai vu que certain.es avaient trouvé l’intrigue lente à se mettre en place, ce n’est pas mon cas : en effet, on nous explique assez rapidement le problème, et Kaz réunit assez vite son équipe. L’intrigue avançait même plus rapidement que je ne l’aurais cru vu qu’il y a deux tomes, mais j’ai compris pourquoi à la fin^^

Les romances sont un peu… Bon, il y en a une surtout avec laquelle j’ai eu du mal, parce qu’elle est en mode « je t’aime moi non plus » et qu’elle revient quand même souvent dans le livre. Mais bon, il y a suffisamment de bons trucs à côté pour que ça ne m’ait pas trop dérangée.

Ce qui m’a dérangée, en revanche, c’est Kaz, ou monsieur Deus Ex Machina. Je veux bien qu’il soit intelligent, mais tout ce qui arrive… il l’a déjà prévu, et les contre-attaques correspondantes aussi. Une fois qu’on a compris ça, on ne s’inquiète plus, puisque Kaz avait forcément compris/anticipé, donc bon… Une fois, je veux bien, mais au bout d’un moment, c’est trop.

 

Bilan

Malgré quelques bémols, j’ai beaucoup aimé ce premier tome. L’univers est original en Fantasy, les personnages globalement attachants, et le mélange action/humour fonctionne plutôt bien.

 

six_of_crows_fanart_by_norm27_dbgb8do-fullview

Six of crows, by Norm27

 

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

14 réflexions sur “Six of crows T1 : Six of crows, Leigh Bardugo

  1. Les personnages comme Kaz sont typiquement ceux que j’espère voir tout perdre lors d’un échec (mais vraiment tout, pas juste « oh, on a loupé le train, mais ce n’est pas grave, on prendra le prochain »). Histoire qu’ils se remettent bien en question (oui, je suis cruelle). ^^

    Aimé par 2 personnes

  2. Là ça frôle les deus machina quand même tellement c’est à chaque fois et que ça sort de nulle part. Mais bon, à côté de ça, le livre est vraiment sympa.

    J'aime

  3. J’ai adoré les 2 tomes et j’ai pas du tout eu tes interrogations, alors qu’en vrai, t’as totalement raison ! XD
    Je suis d’accord sur la romance… y en a une des 3 que j’ai trouvé sympa, mais celle dont tu parles m’a agacée aussi (mais bon, de façon générale j’accroche rarement aux romances)

    Aimé par 1 personne

  4. Pingback: Index : Oeuvres étrangères | L'Imaginaerum de Symphonie

  5. Pingback: [Challenge] Bilan 2019 Challenge Littérature de l’Imaginaire | L'Imaginaerum de Symphonie

  6. Pingback: [Challenge] Bilan 2019 Challenge Diversité en Litté | L'Imaginaerum de Symphonie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s