Le Sorceleur T1 : Le Dernier Voeu, Andrej Sapkowski

Le-dernier-voeu

Le Sorceleur est un cycle de Dark Fantasy de l’auteur polonais Andrej Sapkowski, et qui a été décliné en jeux vidéo à partir de 2007 et plus récemment en série par Netflix. Le Dernier Voeu a été publié en VO en 1993 (mais n’est pas le 1er écrit dans cet univers), et a connu plusieurs rééditions en France : Bragelonne en 2003 ; Pocket en 2005, Bragelonne en 2008 et Milady en 2011. 

Geralt de Riv est un homme inquiétant, un mutant devenu le parfait assassin grâce à la magie et à un long entraînement. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur, et Geralt est plus qu’un guerrier ou un mage. C’est un sorceleur.
Au cours de ses aventures, il rencontrera une magicienne capricieuse aux charmes vénéneux, un troubadour paillard au grand coeur… et, au terme de sa quête, peut-être réalisera-t-il son dernier voeu : retrouver son humanité perdue.

De quoi ça parle ? 

Geralt de Riv et un Sorceleur est une sorte d’humain modifié de façon à le rendre capable d’affronter toutes sortes de monstres, grâce aux épées mais aussi à la magie. L’ennui, c’est que cette transformation s’accompagne d’une certaine perte de ses émotions, et donc de son humanité.

Ce premier tome est en réalité un regroupement de plusieurs nouvelles se déroulant dans le même univers, ainsi que d’une sorte de fil rouge. Les nouvelles et les chapitres « fil rouge » sont en alternance, ce qui fait que la chronologie du livre n’est pas linéaire (le fil rouge est sur la même temporalité, mais pas les nouvelles, donc, qui se passent avant).

 

Mon avis

J’avais bien entendu parler du « Witcher », mais sans avoir franchement envie d’aller regarder de plus près. Mais comme on m’a offert les 2 premiers volumes pour Noël, c’était bien entendu l’occasion de découvrir cet univers.

L’univers en lui-même est plutôt chouette, avec de la magie et des bestioles, des sorcières ambitieuses et des malédictions. Et pour le coup, ça m’a donné envie de découvrir les jeux, parce qu’effectivement, il y a un côté « missions » dans ce premier volume.

Car chacune des nouvelles qui le compose est une « quête » dans laquelle Geralt doit occire un monstre, découvrir les sources d’une malédiction, ou bien aider tel ou tel personnage. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié de rencontrer des créatures que je ne connaissais pas du tout, issues des mythologies slaves. Certaines des nouvelles évoquent aussi des contes connues telles que Blanche Neige ou La Belle et la Bête, mais bien entendu largement revisitées. Autre bon point.

En revanche, je n’ai pas trop accroché au fil rouge, qui suit pourtant davantage la psychologie de Geralt (si je puis dire, la narration ne rentre pas tellement dans la tête des personnages). Sans doute justement parce que si j’ai apprécié le côté « quêtes », les personnages m’ont laissée de glace. J’ai bien compris que la froideur de Geralt vient de son passé, de son origine, mais les autres personnages ne m’ont pas paru plus vivants, pas plus que ses relations avec les autres. Je n’ai pas accroché à sa relation amicale avec le troubadour Jaskier, et sa relation avec la sorcière Yennefer m’a fait lever les yeux au ciel (super, encore un coup de foudre sorti de nulle part…). Quant à la narration, elle est surtout factuelle : les personnages font des actions et parlent, mais je n’ai pas senti d’émotions se dégager de tout ça, d’autant que les dialogues m’ont paru peu naturels, voire poussifs.

Ah oui, et parlons-en, de Yennefer… Tout son arc et ce qui la concerne m’a fait lever les yeux au ciel, en fait. Le côté « le destin des femmes est de se marier, mais seules les femmes belles peuvent se marier. Les moches et les handicapées peuvent aller se faire empapouater… ou devenir des sorcières, comme ça elles apprendront des sortilèges pour appliquer une illusion sur leur apparence. Et du coup, c’est pour ça que les sorcières elles sont pas très gentilles ». Supeeeer. Puis la romance qui arrive comme un cheveu sur la soupe… Je crois que c’est la nouvelle que j’ai le moins aimé.

Bilan

En résumé, il y a des éléments intéressants, et comme je le possède de toute façon, je lirai le tome 2. Mais pour l’instant, je ne suis pas hyper emballée et je ne suis donc pas convaincue que je perdurerai plus longtemps dans le cycle du Sorceleur. Après, je sais que le livre a été écrit il y a pas loin de 30 ans, mais comme je le lis avec mes yeux d’aujourd’hui, ben…

 

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

 

17 réflexions sur “Le Sorceleur T1 : Le Dernier Voeu, Andrej Sapkowski

  1. Pingback: Le dernier vœu – Andrzej Sapkowski | Le culte d'Apophis

  2. Je l’ai sur ma table de chevet depuis un moment celui-ci (j’ai un livre qui regroupe les deux premiers tomes.) et je n’arrive pas à en venir à bout. Le côté « missions » me séduit moins, le manque d’émotion ne m’aide absolument pas. ^^

    Aimé par 1 personne

  3. Comme toi j’avais pas super accroché. Je l’ai lu pour regarder la série, que j’ai d’ailleurs largement préféré parce que le traitement des personnages est bien meilleur. D’ailleurs je détestais aussi Yennefer dans le roman, j’ai roulé des yeux tout du long mais dans la série je l’adore. L’aspect désir de maternité est beaucoup mieux amené ainsi que ce qui touche à son apparence. Enfin j’ai trouvé !

    Aimé par 2 personnes

  4. J’ai adoré, mais j’ai vu la série avant, je pense que ça m’a aidé. Le 3e tome qui est le début de la « vraie » saga est mieux je trouve 😀 Ma nouvelle préférée reste celle de la rencontre avec Ciri, mais je crois qu’elle est dans le 2e tome. Bonne semaine.

    Aimé par 1 personne

  5. Je l’ai lu y a pas mal d’années, et tout ce que j’en retiens c’est l’aspect conte qui m’avait bien plu. J’avais acheté le tome 2, mais il est toujours dans ma pal !

    Aimé par 1 personne

  6. Pingback: Index : Oeuvres étrangères | L'Imaginaerum de Symphonie

  7. Pingback: Littérature de l’Imaginaire – Bilan 1er trimestre – Ma Lecturothèque

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s