Eternelle Odyssée, AF Lune

417+XrZm-sL._SX350_BO1,204,203,200_

Eternelle Odyssée est un one-shot de Space-Opera écrit par l’auteur français AF Lune, et publié en 2019 par les éditions Noir d’Absinthe.

Harms Moyser est un soldat Lycaon engagé sur le Prétorien, vaisseau spatial amiral de la flotte humaine. Au cours d’une bataille contre les Enkidous, l’ennemi héréditaire de l’humanité, le vaisseau est happé par une tempête stellaire et doit se poser en catastrophe sur une planète inconnue. L’équipage y découvre des hommes, au stade de civilisation antique, qui les prennent pour des dieux. Et si ces derniers n’avaient pas tort ? Un texte unique, au carrefour entre Planet Opera et Tragédie grecque, véritable relecture des mythes antiques où dieux et hommes sont les jouets d’un Destin implacable.

De quoi ça parle ?

 

Le résumé correspond bien au roman, donc je ne vais pas ajouter grand chose. Par contre, si vous vous attendiez à un récit bourré d’actions, ce n’est pas le cas (il y en a, mais pas que, loin de là).

 

Mon avis

 

Après vérification sur mon ami google, l’auteur semble avoir une carrière militaire. Et ça se sent : l’auteur a su profité de son expérience pour enrichir sa prose et son univers, avec un premier tiers militaire excellent, que ce soit par ses combats, les stratégies mises en place, ou les relations entre personnages. Alors que je ne suis pas fan de ce genre d’aspect habituellement 🙂

Et puis vient le 2e tiers. Lors d’un combat contre les Enkidous, leurs ennemis, deux vaisseaux s’écrasent sur une planète inconnue. Les habitants sont humains et ont un niveau technologique rudimentaire, et donc c’est sans grande surprise qu’ils prennent nos amis pour des dieux. Je ne peux pas trop détailler pour ne pas gâcher la surprise, mais si je trouvais le « principe » très sympa quand il est apparu dans le roman, j’ai vite décroché.

« L’introduction » de la mythologie grecque dans ce roman est intéressante, mais je n’ai pas réussi à y adhérer, surtout quand le côté Fantasy se met de la partie (puisque les « dieux » ont de vrais pouvoirs magiques et ont une durée de vie très, très, très longue. Sur le principe, ça ne me gêne pas, mais je n’ai pas compris pourquoi ça arrive dans cet univers. Enfin, je crois avoir compris pourquoi, mais je n’accroche pas à l’explication. C’est peut être parce que je m’étais attendue à autre chose pour expliquer l’aspect mythologique du roman, mais voilà, je n’ai pas adhéré à ce gros morceau de l’univers, et à partir de là, j’ai eu beaucoup de mal pour finir ce roman, que j’ai même dû mettre en pause plusieurs fois.

J’ai mieux aimé le dernier tiers, car on retrouve la maîtrise militaire de la première partie, même si là encore, je n’ai pas réussi à adhérer à sa frange mythologique (c’est un comble pour moi qui préfère la Fantasy^^).

 

Le dernier point qui m’a gênée, c’est la narration. Le roman se déroule sur une période de temps très longue, et donc les ellipses sont fatalement nécessaires, avec une narration que j’ai trouvée très racontée dans ces moments-là (surtout dans le 2e tiers, pour le coup). Et j’ai besoin de temps pour accrocher aux personnages, temps qui m’a manqué ici.

Bref, si je n’ai malheureusement pas accroché à ce roman, ce n’est pas pour un problème de qualité, mais surtout de goût personnel.

 

Bilan

J’avoue être un peu embêtée pour cette chronique, car malgré ses qualités, je suis complètement passée à côté de ce livre. Et c’est d’autant plus frustrant que j’aurais bien voulu l’aimer vu l’alliance originale de  SF et de Mythologie Grecque, mais voilà, je n’ai pas accroché, ce sont des choses qui arrivent^^

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ? 

 

 

Printemps de l’Imaginaire Francophone 2020

7 réflexions sur “Eternelle Odyssée, AF Lune

  1. Un livre ne peut pas plaire à tout le monde, et parfois, l’absence d’accroche ne s’explique pas. ^^

    Personnellement, j’avais bien aimé le mélange des genres (même s’il faut accepter les brutaux changements de rythme par exemple) et j’avais au contraire trouvé que l’idée de l’auteur donnait un tout cohérent à l’ensemble des mythes et mythologies de notre monde. Car ça ne touche pas seulement aux mythologies antiques, mais aussi à nos théories du complot actuelles. Le fait d’avoir pu inclure plusieurs millénaires d’histoires fantaisistes dans un seul roman, c’est déjà un petit exploit en soi.
    Le revers de la médaille, c’est que ça donne un roman vraiment particulier, et que si comme toi, on n’accroche pas dès la première incursion des mythes ou qu’on n’arrive pas à se rattraper avec les personnages, le reste doit certainement devenir difficile à lire.

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: [Chronique Littéraire] Éternelle Odyssée, A.F. Lune – La Bulle d'Eleyna

  3. Je me souviens que j’avais décroché au milieu aussi, mais la fin, dans mon cas, m’a vraiment réconcilié avec l’histoire. Comme quoi, un livre ne peut pas plaire à tout le monde. 😉 (Mais quand même, cette couverture, je ne m’en lasse pas ! ^^)

    Aimé par 1 personne

  4. Pingback: Printemps de l’imaginaire francophone 2020 : Bilan | L'Imaginaerum de Symphonie

  5. Pingback: Index : Oeuvres francophones | L'Imaginaerum de Symphonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s