Brèves symphoniques # 01

Bien que je sorte 1 chronique par semaine, je lis plus que ce que je chronique. Et je ne chronique pas tout, pour plusieurs raisons : 1/ Je lis surtout de l’imaginaire… mais pas que, 2/Je n’ai pas toujours grand chose à dire sur un livre, 3/ Je n’ai pas l’énergie suffisante pour tout chroniquer.

Mais je me suis dit que je pouvais quand même brièvement vous parler de ces livres, même sans faire une chronique complète, un peu comme je le fais pour les recueils de nouvelles.

éclosioninfestationdestruction-livre

La Trilogie des Araignées (Eclosion, Infestation, Destruction)

  • Auteur : Ezekiel Boone (Américain)
  • Genre : Catastrophe/Horreur à huit pattes
  • Parution : depuis 2017 en VO ; Actes Sud depuis 2018 (3 tomes, fini)

Vous êtes peut-être déjà tombés sur ces films de série B avec des bestioles en image de synthèse qui bouffent des gens complètement clichés ? J’ai toujours été fascinée par les animaux, réels ou imaginaires, mais comme Hagrid, j’ai une fascination particulière pour les créatures qui mordent, qui piquent, qui empoisonnent. Autant dire que ces films-là, j’en ai vus quelques uns.

Eh bien il y a complètement de ça dans cette trilogie impliquant des araignées anthropophages. L’intrigue est complètement improbable, les personnages et leurs relations stéréotypés (surtout dans le tome 1, ça devient plus intéressant ensuite), et les ficelles sont ultra connues (la résolution ne surprendra personne, tant c’est habituel dans les films avec beaucoup de monstres/bestioles), et il y a un fort côté invasion zombie, puisque les humains peuvent se faire infecter par les araignées.

Pourtant, cette trilogie fait bien le job.  Elle nous promet des araignées et du gore, eh bien elle assure (bon, par contre c’est tellement improbable qu’elle n’effraiera sûrement que les arachnophobes… qui ne liront probablement pas la série de toute façon… en tout cas je leur déconseille).

Petit détail sympa, on sent bien que l’auteur s’y connaît un minimum en araignées, ce dont j’avais un peu peur au début. C’est ainsi assez prenant de suivre les scientifiques dans leur compréhension du comportement de ces petites et moins petites bestioles. J’ai quand même été déçue par la fin, un peu trop « facile ».

 

Cycle Pendergast Tome 1 : Relic ; Tome 2 : Le grenier des enfers – Douglas Preston et Lincoln Child

  • Auteurs : Preston Douglas et Lincoln Child (Américains)
  • Genre : Thriller surnaturel
  • Parution : depuis 1995 en VO ; Pocket (1997) puis J’ai Lu (2010) (une vingtaine d’enquêtes)

Je ne sais pas encore si je lirai les autres enquêtes du cycle, j’étais surtout intriguée par ces deux tomes après avoir appris que Relic, un film que j’aimais bien quand j’étais « petite », en était adapté (du livre du même nom, je veux dire, Le grenier des enfers en est la suite directe mais n’a pas été adapté).

Pour résumer vite fait : prenez un musée avec plein de gens dedans, lâchez une grosse bestiole reptilienne issue d’une « malédiction », fermez tout, et observez. Dans le tome 2, on va plutôt dans les égouts, avec un problème légèrement différent.

Je ne me rappelle plus de tous les détails du film, mais l’une des différences majeure avec le livre, c’est l’inspecteur Pendergast (oui, il donne son nom à la série, mais il n’est pas dans le film…), un inspecteur atypique auquel on s’attache vite.  J’ai beaucoup apprécié de me replonger dans cette histoire, surtout qu’elle est plus étoffée que dans le film, dans laquelle les superstitions, la génétique et l’évolution sont presque des personnages à part entière (même si bon, ça reste plutôt improbable là aussi^^).

Même si je connaissais déjà le twist vu qu’il est dans le film, je trouve un peu dommage qu’il soit révélé à la fin du tome 1 : le tome 2 repose beaucoup dessus, du coup pendant la première partie on voit les personnages comprendre petit à petit ce que l’épilogue du tome 1 nous apprenais, donc pas beaucoup d’intérêt. La 2e partie est plus intéressante, mais je ne suis pas fan de la révélation de l’antagoniste, à la fois surprennante et un peu facile, mais le tome 2 est un prolongement à la fois logique et intéressant du tome 1, donc pour moi ils sont vraiment à considérer comme un tout malgré la différence de temps et de lieu.

 

kitsune

Chroniques d’un Shinigami ordinaire Tome 1 : Le kitsune

  • Auteur : Rohan Lockhart (Français)
  • Genre : Paranormal Romance
  • Parution : 2019, MxM Bookmark (précédemment auto-édité)

Après 5 livres d’horreur, drôle de changement d’ambiance… A vrai dire, quand je l’ai pris, j’avais surtout fait attention au kitsune de la couverture, et pas trop au reste… Même si je ne suis pas fan de romance, j’ai quand même été jusqu’au bout de ce premier roman assez facilement, d’autant qu’il m’a un peu rappelé un anime que j’avais bien aimé (Fukigen na Mononokean).

Pour résumer vite fait : un ado découvre qu’il a été choisi pour devenir un shinigami, et doit être formé à sa nouvelle fonction avant que ça ne devienne le bazar à Tokyo, tout en gérant les problèmes ordinaires du quotidien

L’aspect surnaturel est assez peu présent, servant surtout de toile de fond aux intrigues amoureuses et au cheminement des personnages (d’ailleurs, je commençais un peu à désespérer d’entendre parler de ce fichu kitsune, qui est un détail dans le livre). Dans ce premier tome, il y a aussi des sujets sérieux, voire sombres : le personnage principal va devoir gérer la maladie de son père, la fatalité d’une route qu’on a décidé pour lui sans qu’il n’en sache rien, son homosexualité (et potentiellement un futur polyamour) dans un Japon moyennement ouvert, et son rapport avec son meilleur ami, de qui il est amoureux, mais à qui il ne peut rien dire au risque de perdre son amitié. Il y a quelques scènes érotiques, mais il n’y a rien de vulgaire, et surtout dans ce tome 1, c’est safe (pas de forçage, toussa, c’est même plutôt mignon).

Du coup, même si c’est pas forcément mon truc, j’ai eu envie de poursuivre avec le tome 2 (vu que de toute façon je l’avais déjà… Faut vraiment que je lise les résumés…). Et… j’ai abandonné au bout de 80 pages. Le premier tome évoquait des sujets intéressants au-delà de la romance et du sexe, mais 80 pages de persos qui ne pensent qu’à ça… ça change peut être dans la suite du tome, mais ça m’a vite soulée ^^ (bon, j’ai lu une page par ci par là pour voir, et ça a l’air quand même de prendre une énorme place dans ce tome 2) Du coup je ne sais pas si l’histoire est finie ou s’il y a un tome 3 à suivre).

(Printemps de l’imaginaire francophone 2020)

 

Publicité

11 réflexions sur “Brèves symphoniques # 01

  1. Ce n’est pas vraiment ce que j’appelle « n’avoir pas grand chose à dire », du coup tu aurais presque pu faire un article pour chaque série. ^^

    Perso, pas spécialement fan des histoires avec de grosses bêbêtes dévoreuses d’humains sauf cas précis (comme Alien), peut-être précisément à cause des films en images de synthèse dégueulasses. Cela ne viendrait donc pas à l’esprit de lire sur le genre, mais je comprends qu’il y ai un côté nostalgique qui rend les clichés plutôt jouissifs. ^^

    Pour ce qui est des couvertures, comme j’ai pris l’habitude de les commenter depuis que je chronique mes lectures, je fais quand même pas mal attention avant de choisir car je trouve qu’il y a énormément de subjectivité (et un poil de malhonnêteté dans quelques rares cas) dans l’interprétation visuelle. Mais bon, je vois pourquoi celle-ci t’a conquise d’emblée. 😉

    Aimé par 2 personnes

    • C’est ce que je me suis dit en écrivant l’article, mais je trouvais que c’était un peu juste quand même^^

      moi un truc avec des bébêtes, je prends XD (même si j’ai de plus en plus du mal avec les images de synthèse dégueu. Ca passait quand j’étais petite, mais quand même…).

      Autant une fois j’avais râlé parce que le résumé ne laissait pas entendre que le roman tournait autour de la romance, autant là c’est ma faute ^^ normalement je regarde un minimum de quoi ça parle, les avis… là j’ai craqué XD

      Aimé par 2 personnes

  2. Pour moi, les résumés peuvent aussi être trompeurs car sont écrits à base de phrases d’accroche. C’est de la publicité (comme la couverture, mais là, il y a une intention artistique de la part de l’illustrateur, donc pour moi ça passe tout seul). Pour peu que tu te penches sur la question, tu perçois facilement les ficelles qui cherchent à t’attraper, au risque parfois conscient et mesuré de tromper ton attente. Genre, combien de fois vois-tu « Machin saura-t-il venir à bout de telle situation ? » Parce que ça paraît être un enjeu génial, et tu t’aperçois que ce n’est même pas une intrigue secondaire, juste un rebondissement pour pimenter, je ne sais pas, une romance par exemple (vu qu’on est sur le sujet). Et je ne parle pas des avis totalement subjectifs d’éditeurs qui semblent vouloir orienter le sens de lecture alors que le livre peut être si ambigu qu’il peut s’interpréter différemment (pour ça d’ailleurs que je n’aime pas les livres qui ont une préface ou une interview en début de livre, généralement ça t’impose un point de vue sur la lecture à venir). Bref, je préfère lire plusieurs avis avant de choisir, ça donne une meilleure idée du contenu. 🙂

    Aimé par 2 personnes

  3. Moi non plus je ne lis pas toujours les résumés… Et moi aussi je me suis fait la promesse de le faire plusieurs fois… ^^ (Surtout après le dieu oiseau, même si au final j’ai beaucoup aimé. Mais il y a quand même des images mentales qui restes… ^^).

    « comme Hagrid, j’ai une fascination particulière pour les créatures qui mordent, qui piquent, qui empoisonnent. » Je le savais !!! En tout cas, les livres d’horreur, je passe ; la romance… aussi. ça m’a gâché une superbe lecture il y a peu : j’étais à fond dans l’histoire, mais les amourettes se sont mises à prendre toute la place et à avoir raison de moi :/

    Aimé par 1 personne

    • Je m’identifie beaucoup à hagrid et Norbert dragonneau, oui ^^ je suis la première à m’extasier devant une bestiole, surtout si elle est dangereuse ou étrange ^^

      L’avantage de se faire surprendre… c’est que ça peut parfois permettre de faire des découvertes qu’on aurait pas du tout faites autrement ^^ (mais on va pas se mentir, le risque de déconvenues est élevé aussi ^^)

      Aimé par 1 personne

  4. Je ne chronique pas tout non plus, même si c’est vrai qu’en roman, je chronique quand même 99% de mes lectures ^^ C’est surtout les BD qui passent (largement) à la trappe.
    La couverture du shinigami est belle, mais la romance très peu pour moi.
    Pendergast, j’en ai lu 2 tomes, mais au milieu de la série, mais ça ne m’a pas convaincue.
    Et les araignées… brr!!

    Aimé par 1 personne

    • Pendergast je ne pense pas poursuivre la série non plus, j’étais surtout intéressée par les 2 premiers vu que j’avais gardé un bon souvenir du film. (Et pareil, niveau mangas, je prends pas le temps, tout passe à la trappe 😅)

      J’aime

  5. Pingback: Printemps de l’imaginaire francophone 2020 : Bilan | L'Imaginaerum de Symphonie

  6. Pingback: Focus sur… Actes Sud | L'Imaginaerum de Symphonie

  7. Pingback: Peluches symphoniques : Renards | L'Imaginaerum de Symphonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s