Fairy Tail, Hiro Mashima

Fairy Tail est un manga de High Fantasy de l’auteur japonais Hiro Mashima, publié de 2006 à 2017 en version originale, de 2008 à 2018 en français (éditions Pika). En ce qui concerne le manga principal, puisqu’il bénéficie d’une suite « 100 years quest » depuis 2018 en VO, et 2019 chez nous. Fairy tail, c’est aussi un anime, des films, des spin-off sur les personnages secondaires, des jeux etc…

Dans cet article, on va essentiellement parler du manga principal en 63 tomes et de l’anime.

De quoi ça parle ?

Fairy Tail, c’est une guilde pour magiciens paumés, en gros, qui leur sert donc de famille de substitution. Elle est dirigée par Makaroff, un vieil homme bienveillant même s’il désespère parfois devant les bêtises de ses enfants, et chaque membre de la guilde possède un passé relativement pesant. Les mots d’ordre : amitié, bonne humeur, soutien sans faille… destruction de villes, problèmes avec le conseil des mages. Ahem.

Le manga tourne principalement autour d’un duo de personnages, auquel vont s’ajouter quelques autres personnages principaux au fil des épisodes. Natsu, un magicien « tueur de dragon » élevé par un dragon comme les autres tueurs de dragons, membre émérite de la guilde, et Lucy, une constellationniste qui va se retrouver dans la guilde sans trop savoir dans quoi elle a mis les pieds.

Les premiers arcs sont « gentillets », les personnages font quelques quêtes sans gros enjeu, histoire de faire découvrir en douceur l’univers, le fonctionnement des guildes , la magie, les deux protagonistes et la ribambelle d’autres personnages. Les arcs se complexifient assez vite, et on comprend que la bonne humeur cache pas mal de blessures (dans l’un des arcs, il est quand même question d’enfants esclaves maltraités physiquement et moralement, youpi). Et petit à petit se dessine la ligne rouge de ce manga :

Zeref, un mage noir extrêmement puissant et immortel, est sur le point de revenir, tandis qu’un dragon non moins puissant fait des siennes. 7 ans avant le début de l’histoire, les dragons ont disparu, y compris les parents des tueurs de dragons, et la mère de Lucy est morte dans des circonstances mystérieuses. Evidemment, tout ceci va trouver ses explications à la fin du manga.

Erza Scarlet, par cglas

Mon avis

On va pas se mentir, des mangas, il y en a des mieux. De beaucoup mieux, je veux dire. Hiro Mashima a écrit son manga en mode jardinier, avouant parfois n’avoir qu’une vague idée de la suite, du coup l’intrigue principale et les différents arcs sont pas toujours bien raccord ou traînent en longueur. Les personnages triomphent de tous leurs combats grâce au pouvoir de l’amitié, on n’a jamais réellement peur pour eux puisqu’ils sont encore plus résistants que John McClane. C’est pas toujours bien profond, certaines blagues sont lourdes, et surtout le fanservice est de plus en plus omniprésent (comprendre que l’auteur plonge sur toute occasion pour déchirer les vêtements de ses personnages, surtout les filles, qu’il les met dans des positions parfois ambiguës, et il y a même une scène dans l’un des derniers arcs qui fait franchement penser à un hentaï). Yep, en terme de qualité, il y a largement mieux.

Et pourtant, même en ayant conscience de ses très nombreux défauts… j’adore ce manga (et l’anime). Pour tout vous dire, il fait même partie de ce que j’appelle mes doudous : ces séries, ces livres, ces films… vers lesquels je retourne immanquablement quand je ne vais pas bien ou que je suis fatiguée, ces doudous qui n’échouent jamais à me remonter le moral.

Fairy Tail, c’est surtout du feel-good. Les personnages se soutiennent, ils se pardonnent leurs erreurs et leurs défauts, ils se remotivent les uns les autres, se protègent, voient le bien dans les autres. Alors oui, c’est gentillet, mais de temps en temps, qu’est-ce que ça fait du bien ! Le dark, c’est bien, mais des fois on a juste envie de savoir « qu’il y a du bon en ce monde », comme disait le sage Sam Gamegie.

On sait qu’ils vont réussir, on sait que les méchants vont morfler, on sait que la plupart ne sont pas vraiment méchants, en fin de compte. On rit avec eux, on pleure avec eux, parce que même si on sait qu’ils vont rester en vie, leur passé est loin d’être rose (mention spéciale à Fairy Tail Zero, qui raconte comment la guilde a été fondée. J’avais pas vu la fin venir parce que « bisounours, toussa », et j’ai pleuré comme une madeleine.) Il y a des couples qui se forment, mais les romances demeurent assez discrètes, et les couples sont assez logiques, avec des personnages qui vont bien ensemble ou qui se complètent, je n’en ai trouvé aucun qui sortait de nulle part.

Le seul défaut avec lequel j’ai vraiment du mal, c’est le fan service. C’est relativement discret sur les premiers arcs, mais je trouve que c’est de pire en pire, sans parler du chara design très sexualisé des personnages féminins.

Pose of victory, by CelestialRayna avec les 7 Tueurs de dragons

Mon avis sur l’anime

L’anime compte 328 épisodes, sans compter les OAV (alors, je vous l’avoue, j’ai pas tout vu). Il y a assez peu d’épisodes filler, car le studio a préféré choisir les pauses pour laisser au manga le temps d’avancer. Je trouve que c’est une bonne adaptation, l’esprit du manga est bien conservé, et les scènes d’action sont plutôt cool, même si je les trouve trop statiques (surtout des successions d’images plutôt que des combats fluides). J’ai aussi l’impression que l’anime est plus soft en terme de fan service.

Par contre, mention spéciale à la musique, que j’adore, et que je réécoute régulièrement, que ce soit la musique instrumentale ou les opening/ending. Je vous laisse juger avec quelques morceaux choisis 😉

Bilan

Il arrive que l’on n’accroche pas à des œuvres que l’on trouve bonnes, et à l’inverse que des œuvres nous parlent et nous touchent malgré leurs défauts, voire deviennent ce qu’on appelle des plaisirs coupables. C’est précisément le cas en ce qui concerne Fairy Tail. Les goûts et les couleurs, comme on dit 😉

Publicité

7 réflexions sur “Fairy Tail, Hiro Mashima

  1. J’avais testé l’anime, mais je n’ai pas réussi à tenir la durée, mais je me dis que si ça se trouve, c’est vraiment parce que je suis restée dans la partie « gentillet ». ^^

    Aimé par 1 personne

  2. Fairy Tail, c’est totalement un plaisir coupable pour moi. C’est vrai que l’intrigue est bourrée d’incohérences, et de clichés super prévisibles (et l’humour n’est pas spécialement fin non plus)…
    Mais d’un autre côté, il y a quand même une atmosphère unique, avec un monde pseudo-médiéval, la magie omniprésente et des personnages super attachants. C’est une ambiance que j’ai retrouvé nulle part ailleurs pour l’instant.

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: Index : Mangas et Anime | L'Imaginaerum de Symphonie

  4. Pingback: Index : Mangas, Anime, Drama | L'Imaginaerum de Symphonie

  5. Pingback: Tori Dawson T1 : Trois mages et une margarita, Annette Marie | L'Imaginaerum de Symphonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s