Les ruines, Scott Smith

ruines

Les Ruines est un roman Fantastique-Horreur de l’auteur américain Scott Smith. Paru en VO en 2006, il a été publié en France aux éditions Lafon en 2007, avant de se voir adapter en film en 2008.

Deux couples d’étudiants s’aventurent au cœur du Yucatàn à la recherche d’un touriste mystérieusement disparu sur un site archéologique maya.
Munis d’une carte griffonnée sur un bout de papier et de quelques bouteilles de tequila, ces jeunes gens en quête d’émotions fortes délaissent les plages de Cancun et débarquent dans une jungle hostile.
« N’y allez pas « , les supplie un chauffeur de taxi ;
« N’y allez pas « , leur répète un jeune villageois;
« N’y allez pas « , leur martèle un inquiétant cavalier.
Bravant les avertissements de tous, ils progressent dans ces territoires inconnus.
Au péril de leur vie…

Le Livre

Les amateurs d’horreur le savent, mieux vaut éviter les cimetières indiens et les sites maya. Pourtant, 6 jeunes gens vont s’aventurer sur des ruines archéologiques dans le but de retrouver le frère de l’un d’eux.

Une fois arrivé sur place, un lieu magnifique : une clairière cerclant une colline tapissée de ronces aux jolies fleurs rouges. Et ils vont avoir tout le loisir de l’explorer puisqu’ils seront contraints d’y grimper, pour ne plus pouvoir en descendre au risque de se faire tirer dessus par les gardiens du lieu.

Mais que pourrait-il arriver de mal, hein ? Après tout, on va venir les chercher…

En haut de la colline, des tentes abandonnées et un puits très profond, dans les profondeurs duquel un téléphone portable résonne. Mais en tenant d’aller le récupérer, d’eux d’entre eux vont se blesser.

Et les secours qui n’arrivent toujours pas.

Résumons donc la situation : deux blessés, dont un grièvement, une chaleur accablante, et peu de rations de nourriture et d’eau à se partager. Les ronces sont parcourues d’une sève pareille à un acide et leurs spores germent extrêmement vite, y compris sur leurs vêtements.

Et comme si ça ne suffisait pas, les plantes sont capables de se mouvoir… et sont affamées.

Si le roman est assez gore, les attaques des ronces ne sont pas la principale source d’angoisse à mon sens.

Pour commencer, que va-t-il arriver aux blessés s’ils n’ont pas rapidement accès à des soins ? Comment se nourrir alors qu’aucun animal ne s’approche du monticule et que les plantes sont gorgées d’acide ? Comment boire alors qu’il n’y a pas un nuage à l’horizon ? De quoi rapidement créer des tensions entre les personnages, entre ceux qui y voient l’occasion de briller par leurs compétence de survie, au point de perdre toute empathie, ceux qui sont persuadés que les secours vont venir et que ça ne sert à rien de se rationner, ceux qui perdent peu à peu l’esprit, de plus en plus parano, convaincus que les plantes courent dans leur chair pour les manger de l’intérieur.

J’ai aussi bien apprécié le fait que le roman n’offre que peu de réponses : est-ce que ce sont vraiment des plantes (à un moment, il y a de quoi commencer à douter) ? Que se cache-t-il exactement dans les profondeurs de ce puits ? Depuis combien de temps ça dure ? On ne sait pas exactement, même si on a quelques éléments de réponse, et ça contribue bien à l’atmosphère angoissante.

En bref, un roman que j’ai beaucoup apprécié, addictif tant les coups durs s’enchaînent pour les personnages, et avec une tension psychologique qui fonctionne bien.

Mais malheureusement, dans le film…

Le Film

Les décors sont pas mal, il y a quelques scènes gore plutôt efficaces (mais pas effrayantes, ce qui n’est pas forcément un problème sur un film d’horreur popcorn), et la trame respecte globalement le livre. Mais le film ressemble malheureusement à n’importe quel film d’horreur pour ados, avec des acteurices bien joli’es à regarder, comme ça le film peut en profiter pour les montrer dans des tenues avantageuses, quand bien même iels sont couvert’es de sang. Et ça tombe bien, parce qu’iels ne brillent pas forcément par leur esprit (qui n’a jamais eu envie de se facepalmer devant un film d’horreur, hein, sérieux ?).

Par contre, pour le côté anxiogène du livre… c’est raté. Et ce n’est pas uniquement la faute du réalisateur, mais également celle du concept. Des plantes qui tuent des gens coincés sur une pyramide inversée en plein soleil, ça fonctionne très bien dans le livre, mais ça ne marche pas terrible en format film, c’est même plus rigolo qu’autre chose. Déjà à cause de l’aspect des plantes, mais également parce que l’angoisse du livre repose surtout sur l’incertitude et la durée de leur isolement. Or, sur la durée d’un livre, on a le temps de compatir, de s’inquiéter, d’anticiper les prochains problèmes, mais sur 1h30, c’est beaucoup plus dur.

Le film se regarde, mais bon, si le concept vous intrigue, lisez plutôt le livre.

Publicité

7 réflexions sur “Les ruines, Scott Smith

  1. C’est un peu le problème avec les romans à ambiance, ça s’adapte assez mal au format visuel (mais il y en a toujours pour s’y essayer, des fois que…).
    En tout cas, j’aime bien ce type d’article comparant le livre au film, c’est une bonne idée. 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Quand j’ai lu le livre, je m’y attendais un peu, au fait que les plantes passeraient mal à l’écran. Mais même du côté des personnages, ça ne fonctionne pas. On sent la tension monter peu à peu, et pour de bonnes raisons, on comprend les réactions de chacun. Dans le film… les personnages sont têtes à claques plus qu’autre chose. J’avais espéré que cet aspect là serait plus réussi (mais en même temps, je pense que sur 1h30, c’était difficile de faire mieux).

      Merci, j’avais envie de faire un mois à thème cette année^^ Je pense que je referai le même principe l’année prochaine^^

      Aimé par 2 personnes

  2. Pingback: Index : Films et séries | L'Imaginaerum de Symphonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s