Brèves symphoniques #7 – K-Drama liés à la littérature

Nouveau mois, nouveaux drama, cette fois-ci avec trois séries (romantiques) qui ont un lien avec le monde des livres : Romance is a bonus book, W : Two worlds apart et Extraordinary you.

Romance is a bonus book

Réalisateur : Lee Jeong-hyo

1ère diffusion : 2019

Disponible sur Netflix

Comédie/Romance

Statut : 16 épisodes, terminé

« Un auteur talentueux, le plus jeune rédacteur en chef de sa maison d’édition, se retrouve mêlé à la vie d’une ancienne rédactrice prête à tout pour retrouver un travail. »

Un feel-good tout mignon, mais pas que. Du côté feel-good : les personnages principaux sont adorables et fonctionnent bien ensemble (ça compense les personnages secondaires agaçants… voire très agaçants, comme les 2 recrues pour lesquelles je me suis demandé par quel miracle iels avaient eu le job), la romance principale fonctionne bien (la romance secondaire ça va, la tertiaire entre les 2 fameuses recrues est sans intérêt par contre).

Ensuite, le drama est aussi une critique du monde du travail. Dan-i est une femme talentueuse… mais jugée trop âgée, trop diplômée, sans parler du trou dans son CV suite à sa vie de famille. Dans ces conditions, difficile de retrouver un emploi, aussi travailleuse et talentueuse soit-elle, si bien qu’elle va devoir un peu tout accepter pour essayer de survivre et de payer les études de sa fille. Dan-i a par ailleurs du mal à demander de l’aide, de crainte d’inquiéter et d’attiser la pitié.

Autre thème intéressant : l’histoire se passe dans une (grande) maison d’édition. Alors, oui, c’est en Corée, mais je pense que ça donne une bonne idée de comment ça se passe en France (les invendus mis au pilon, l’importance du travail éditorial, l’importance du marketing, la ligne éditoriale, l’impératif de « ventabilité » du livre etc…). Je regrette juste que l’auteur soit finalement un peu oublié dans tout ça, on a surtout l’aspect éditorial, et même pas tout l’aspect. Par exemple, on évoque bien les corrections, mais le drama laisse penser qu’il s’agit juste de corrections orthographiques, on ne voit pas du tout les discussions entre auteur et éditeur pour l’amélioration du manuscrit, ni le va et vient des versions.

Bref, c’est mignon, et il n’y a pas d’enjeu de fin du monde, au sens littéral comme figuré, mais il y a des thématiques intéressantes.

W – Two Worlds Apart

Réalisateur : Jeong Dae Yun

1ère diffusion : 2016

Disponible sur Netflix

Fantastique/Romance/Suspense /Drame

Statut : 16 épisodes, terminé

« Oh Yeon-joo est une interne en chirurgie cardiaque au sein de l’hôpital Myung Se, mais aussi la fille d’un célèbre dessinateur de Webtoon. Un jour, son père disparaît soudainement. Peu de temps après, elle se fait kidnapper par un homme couvert de sang nommé Kang Cheol, ancien tireur olympique et millionnaire. Celui-ci l’emmène alors dans une autre dimension : le monde créé par son père, le monde de Kang Cheol, personnage principal de l’histoire. »

Wow. Alors, j’ai pas tout aimé dans ce drama, mais sur ce que j’ai aimé, c’était vraiment très, très chouette.

Sur ce que je n’ai pas aimé : la romance. Les deux protagonistes partagent finalement peu de temps ensemble, ils n’ont pas d’alchimie romantique (qu’elle soit amoureuse de lui, je peux comprendre, elle avait déjà un crush sur lui quand elle le prenait pour un simple personnage… mais lui ? en plus on ne peut pas dire que leur relation soit hyper saine… je pense notamment à la scène dans la salle de bain), et les seuls vague moments de « romance » sont littéralement en forme de check-list à cocher ! Question romance, on repassera, hein. Autre point, je l’ai trouvé un peu trop long, notamment avec un nouvel antagoniste en fin de drama qui, à mon avis, n’était pas nécessaire (ou du moins, ça aurait pu être regroupé avec l’autre antagoniste à mon avis). Je me suis un peu ennuyée sur les 3 derniers épisodes.

Mais c’est pas grave, parce que le principal intérêt de ce drama n’est pas là. Pour rappeler l’histoire : le personnage d’un webtoon finit par acquérir une conscience, et le monde réel et le monde du webtoon se retrouvent connectés, avec possibilité de passer de l’un à l’autre et d’influencer le monde fictif via une tablette. L’auteur, qui se sent vampirisé par sa création, création qu’il ne contrôle même plus car ses personnages ne suivent pas le plan prévu, en vient à haïr l’œuvre qui l’a pourtant rendu célèbre. Je n’en dirai cependant pas plus pour ne pas spoiler, puisque l’intrigue prend un peu la forme d’une enquête.

Déjà, toute l’intrigue qui tourne autour de ça est très intéressante, avec ce personnage qui décide de prendre réellement son destin en mains et qui lui-même hait profondément son créateur de lui avoir donné une telle histoire tragique, au risque de faire s’écrouler son propre monde. Ensuite, certains thèmes m’ont parlé d’un point de vue plus personnel. La sensation que notre création nous échappe. Cette relation d’amour/haine que l’on peut ressentir quand nous n’arrivons pas à faire ce que nous voulons de notre propre univers. Cette interrogation plus humoristique, aussi « si je rencontrais mes personnages, me remercieraient-ils ou me feraient-ils vivre un enfer ? (de mon côté, définitivement un enfer. Je crois que 100% de mes persos voudraient me tuer).

Extraordinary you

Réalisateurs : Kim Sang Hyeop, Kim Sang Wu

1ère diffusion : 2019

Disponible sur Netflix

Comédie/Fantastique/Romance/Drame

Statut : 16 épisodes, terminé

« Une lycéenne cherche à modifier son destin après avoir réalisé qu’elle n’est qu’un personnage secondaire dans le monde fictif d’une bande dessinée. »

basé sur le webtoon « July Found by Chance » de Moo Ryuyee (source Wikipedia)

Avant de vous donner mon avis, un petit mot sur l’histoire : on suit donc Dan-o, lycéenne fiancée à un fils de riche mais malade du coeur… qui prend un jour conscience qu’elle n’est qu’un personnage de manwha. Jusque là, tout va bien. Mais lorsqu’elle découvre qu’elle n’est qu’un personnage secondaire, mais qu’en plus l’histoire de l’auteur est bourrée de clichés et qu’elle risque de mourir, elle décide de prendre son destin en main avec l’aide de numéro 13, un figurant anonyme. Tâche qui va se révéler plus difficile que prévu : pendant la scène (les passages dessinés par l’auteur), les personnages ne peuvent agir et parler par eux-mêmes, ils sont obligés de respecter le script ; mais dans l’ombre, ils sont libres de leurs mouvements et de leurs paroles. Problème, tout ce qui est fait ou dit dans l’ombre est effacé et les personnages non conscients de leur existence en perdent tout souvenir.

Pour tout avouer, je n’étais pas très emballée par ce drama à la base, et j’ai failli l’abandonner assez vite. Je pensais que c’était une romance feel-good, et puis j’avais beaucoup de mal avec le personnage féminin, Dan-o, très extravertie et volubile (clairement le genre de personnes que j’éviterais dans le monde réel, mais après quelques épisodes j’ai fini par l’apprécier). Eh ben c’est le drama tire-larmes que j’avais pas vu venir, hein. Oui, il y pas mal d’humour (les personnages désespérés par leurs répliques ou leurs actions ultra cliché), mais question émotion, ça se pose là aussi. On s’attache vite aux personnages, y compris aux personnages secondaires (j’ai un faible tout particulier pour Jin Min Chae, alias Calmar Séché Féérique, qui doit regarder les autres commettre les mêmes erreurs que lui), et surtout, c’est hyper frustrant de les voir se débattre contre une puissance à laquelle ils ne peuvent rien. Ils ont beau essayer de changer leur destin et retrouver un minimum de libre-arbitre, ils restent soumis à la volonté de l’auteur et paient régulièrement le prix de leur rébellion. Pire encore, on comprend assez vite qu’il ne peut pas y avoir de véritable fin heureuse, puisque les personnages, contrairement à ceux de W, ne peuvent pas s’échapper du manwha, ils sont donc condamnés à se perdre et, si l’auteur le veut, se retrouver, mais pas forcément comme ils le désireraient. (Je vous rassure quand même, on a un petit happy end à la fin. Mais ça reste un happy end un peu amer malgré tout). Mais il y a aussi beaucoup de satisfaction, notamment quand un personnage devient conscient de lui-même (mention spéciale à Ju-Da, l’héroine du manwha dessiné par l’auteur, je n’aimais pas ce personnage, mais alors quand elle devient consciente d’elle-même, mwhaha !), et/ou qu’il évolue (j’aime particulièrement l’évolution de Gyeong, alors que je n’aimais pas le personnage au début, ainsi que celle de Nam-Ju, le héros du manwha). Le côté « boucle » est aussi très sympa (avec de superbes costumes !).

Bref, beaucoup aimé ce drama, je regrette juste qu’on n’ait pas eu une seule scène « monde réel », parce que j’ai du mal à visualiser comment se déroulent les changements de scène en « vrai » (est-ce que les scènes modifiées par les personnages se dessinent toutes seules comme dans W ? est-ce que l’auteur a conscience que ses personnages partent en cacahuètes ? Sait-il que ses propres personnages trouvent que son histoire est complètement cliché ? Est-ce que son manwha se vend vraiment ? Que de questions sans réponses !). Il y a quand même quelques réflexions intéressantes en lien avec l’écriture : les personnages secondaires qui n’existent que par leurs rapports avec les protagonistes, les personnages/dialogues/situations clichés, la maladie du personnage secondaire utilisée uniquement comme ressort scénaristique pour éclairer la personnalité des protagonistes ou faire du pathos.

5 réflexions sur “Brèves symphoniques #7 – K-Drama liés à la littérature

  1. J’avais commencé les deux premiers dramas sans les finir (pas que je les aies abandonné mais j’ai la fâcheuse tendance d’oublier ou de ne pas prendre le temps de finir les séries que je commence ><), et dans mes souvenirs j'avais plutôt bien aimé.
    Le troisième a l'air sympa, je tenterai peut être 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Le 1er c’est vraiment une romance classique, par contre en terme d’univers et de thèmes les 2 autres sont effectivement intéressants à mon avis ^^
      Je m’y suis mise en début d’années, je commence à en avoir vu un certain nombre 😅

      Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Index : Mangas, Anime, Drama | L'Imaginaerum de Symphonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s