Brèves symphoniques #10 – K-Drama SFFF (3) Paranormal Romance

Pour ce nouveau trio de K-Drama, je vous propose trois Drama d’Urban Fantasy avec de la Paranormal Romance, des Dieux, et des Forces du Mal (tout un programme. OuiOui).

Laissez-moi donc vous parler de The Bride of Habaek, The Korean Odyssey, et Tale of the Nine Tailed.

The Bride of the Water God

Adapté du manwha de Yun Mi Gyeong

Réalisateur : Kim Byeong Su

Scénariste : Jeong Yun Jeong

1ère diffusion en 2017

Disponible sur Netflix

16 épisodes, terminé

Paranormal Romance/Humour/Drame

De quoi ça parle ? Habaek est un Dieu de l’Eau puissant mais arrogant et égoïste. En passe d’être promu, il doit retrouver des pierres magiques, sur Terre. Malheureusement, une fois sur Terre il réalise la disparition de ses pouvoirs, et devra donc demander de l’aide à So-Ah, une humaine issue d’une lignée destinée à servir les Dieux. Mais d’autres Dieux sont également sur Terre, ce qui pourrait bien lui compliquer la tâche.

Quand j’ai lu le résumé, avec cette quête divine, je m’attendais à une série avec un minimum d’aventures et d’enjeux.

Sauf qu’au final, malgré quelques effets spéciaux réussis, la fantasy est quasiment absente, puisque Habaek est dépourvu de ses pouvoirs… en dehors de certaines occasions. Après quelques tests, il découvrira pourquoi ses pouvoirs reviennent parfois, mais une fois le mystère éclairé… on n’en parlera plus jamais. Et puis l’explication de leur disparition est évidente, je ne comprends même pas pourquoi ce n’est confirmé qu’à la fin, alors que ça aurait pu être intégré dès le premier épisode.

Mais ça, ce n’est qu’un détail. Parce que le point de départ lui-même est vite mis de côté. Mais si, vous savez, la quête pour trouver les pierres et réclamer son trône de… de quoi, en fait ? j’avoue que certains points d’univers m’échappent un peu, la série passe assez vite sur le background. Assez vite, la série se concentre presque uniquement sur la Romance pour délaisser complètement la quête, et ce n’est pas le pseudo antagoniste qui va apporter de la tension.

D’ailleurs, parlons des personnages. Habaek, tout d’abord, antipathique au possible, et So-Ah, qui est plus ou moins un pot de fleurs (il y avait une tentative de caractérisation avec son passé dramatique, mais mbof). Du coup, en soi, ce n’était pas grave si la série préférait se concentrer sur la romance. Sauf que je n’ai pas adhéré aux protagonistes, ni à leur romance que je n’ai pas trouvé crédible ni attachante. Les personnages secondaires étaient plus intéressants… jusqu’à ce que eux aussi s’enlisent dans des intrigues amoureuses plus ou moins forcées.

Alors, pourquoi ai-je regardé jusqu’au bout ? Le pseudo antagoniste dont je tairai le nom pour ne pas spoil, plus ou moins assimilé à un Dieu du Mal. Le seul personnage que j’ai trouvé attachant, crédible, et touchant. Un personnage rejeté par les autres à cause de sa différence et des préjugés, qui a dû se débrouiller tout seul, ce qu’on finit par lui reprocher au final. Vraiment, j’aurais préféré une série centrée sur ce personnage, pour le coup.

The Korean Odyssey

The Korean Odyssey

Adaptation libre du roman chinois « Journey To The West » de Wu Cheng’en.

Réalisateurs : Kim Byeong Su, Kim Jeong Hyeon, Park Hong Gyun

Scénariste : Hong Jeong Eun

1ère diffusion en 2017

Disponible sur Netflix

20 épisodes, terminé

Paranormal Romance/Humour/Drame

mention ou présence de : morts violentes (soft, rien de gore), sang (soft) fantômes

De quoi ça parle ? Depuis son enfance, Jin Seon Mi a la capacité de voir les fantômes. Ces derniers la tourmentent, tandis que les humains la rejettent. Après un contrat avec le Dieu Déchu Son Oh Gong qui ne tourne pas comme espéré, on la retrouve à l’âge adulte. Ce contrat se rappellera à eux, et Son Oh Gong sera contraint de la protéger des esprits maléfiques qui cherchent à la tuer.

J’ai trouvé ce drama largement au-dessus du précédent, mais… ce n’est pas encore ça. (ouais, ça démarre mal)

J’ai bien accroché à la première partie de la série, principalement dédiée à nous présenter les nombreux personnages. J’étais un peu déçue du manque d’action (vu le résumé, je m’attendais à de la bagarre contre des démons/esprits, ben il n’y a pas grand chose). Du coup je m’attendais à un feu d’artifice pour la 2e partie. Sauf que plus on avance dans la série, moins on a d’éléments surnaturels ou de magie, alors qu’on aurait dû avoir une montée en puissance.

Concernant les personnages, j’ai beaucoup aimé Son Oh Gong, espiègle et insouciant à la surface, mais plus torturé en-dessous, sans parler des conséquences du fameux contrat. Il connaîtra une vraie évolution au fil de la série, et sa psychologie le rend attachant et crédible. Par contre, il est censé être un Dieu très puissant, mais on ne le verra jamais réellement combattre, dommage. Pour ce qui est des autres… J’aimais bien Seon-Mi dans la première partie, mais elle n’évolue pas, et l’actrice garde le même jeu lisse de bout en bout. De la même façon que Oh Gong, elle est censée être la réincarnation du Grand Sage Samjang et être une prêtresse puissante… on ne le verra pas non plus. Quant à la romance… son côté romance impossible est touchant (on nous dit assez vite que l’un est destiné à tuer l’autre, à eux de « choisir » qui tuera qui), mais ça tourne tellement en rond et les personnages ne communiquent tellement pas que ça finit par devenir chiant.

J’aime bien les personnages secondaires, mais je trouve le roi Woo trop caricatural la plupart du temps, même s’il est touchant dans les scènes d’émotion, PK est adorable mais c’est impressionnant qu’il se fasse avoir à chaque fois (mais curieusement, c’est aussi ce qui fait son charme). J’aime bien le Dragon de Jade, mais il ne sert à rien. Par contre, j’adore Nantie, peut-être mon personnage préféré de la série, une zombie qui essaie de continuer à vivre malgré tout, ainsi que le General Hiver et la Fée de l’Eté, joué’es par un seul acteur.

Mais passons à ce qui m’a vraiment déplu sur cette série : l’intrigue. Il faut attendre presque les 2/3 de la série pour que l’intrigue commence. En effet, on nous tease une fin du monde, mais jusque là, pas de réel antagoniste. Et une fois que l’intrigue commence ? Eh bien ça n’a aucun sens.

Pourquoi est-ce que les protagonistes aident la Prêtresse à accomplir son rituel ? Parcre que bon, pas de rituel = pas de fin du monde, donc pourquoi ? (bon, c’est pas exclu que j’ai loupé une info, parce que ça tirait pas mal en longueur, mais j’ai pourtant pas l’impression qu’il ait été dit que le machin à la fin pouvait venir sans rituel). Je ne comprends pas non plus les motivations de la Prêtresse, et même elle n’a pas l’air de les comprendre non plus, c’est vous dire. Quant au 2e antagoniste… C’est un humain ! Me dites pas que des Dieux pouvaient pas le maîtriser ? Et l’antagoniste final… la menace par delà les menaces…

Tout ça pour ça, sérieux ? Outre les effets spéciaux qui sont très moches (mais ça, c’est pas grave), un combat final de 30 secondes absolument épique (irony inside), qui aurait pu être évité de toute façon si les protagonistes n’avaient pas aidé à accomplir le foutu rituel ><. Sans parler que Samjang… n’a servi à rien. Mais vraiment à rien. Alors qu’elle était censée sauver le monde (alors, oui, en tordant le truc, on peut voir un intérêt à sa présence, mais c’est purement passif). Et la romance prétendument impossible ne l’était pas tant que ça, mais je n’en dirai pas plus pour ne pas spoil.

Bref, j’ai bien aimé certains aspects, en particulier les personnages, et même les romances qui ont leurs vrais moments touchants, mais je n’ai vraiment pas aimé le dernier tiers.

Tale of the Nine Tailed

Réalisateur : Kang Shin Hyo

Scénariste : Han Wu Ri

1ère diffusion en 2020

Disponible sur Viki Rakuten

16 épisodes, terminé

Paranormal Romance/Action/Drame/Thriller

mention ou présence de : violences physiques et psychologiques, y compris sur enfant (soft), sortes de zombies, blessures/sang

De quoi ça parle ? Depuis 600 ans, Lee Yeon, un gumiho (renard à 9 queues coréen), cherche la réincarnation de la femme qu’il aimait, et qui est morte tragiquement. Or, quand il la retrouve, les conditions sont réunies pour que le drame advienne à nouveau. Mais leurs vies ne sont pas les seules sur la balance.

Le 1er drama du jour, je ne l’ai pas aimé.

Le 2e drama du jour, je l’ai moyennement aimé.

Et celui-ci ? Eh bien j’ai adoré ! Et même si ce n’est pas objectif, je n’ai pas tellement de reproches à lui faire.

Du côté de l’univers, c’est déjà très sympa puisqu’on a plusieurs créatures issues du folklore coréen. Si vous ne connaissez pas trop, ce n’est pas gênant, vous comprendrez l’histoire quand même, mais pour ma part j’en ai profité pour faire quelques recherches.

Concernant les personnages, Lee Yeon, tout d’abord, un gumiho assez puissant car ancien dieu (et contrairement à Korean Odyssey, on sent sa puissance, et on le voit se battre). Je regrette un peu qu’on ne le voie pas sous une forme plus « renard » à l’exception de quelques mains griffues, mais on sent quand même le côté gumiho, que ce soit par ses pouvoirs ou sa ruse. Les autres gumiho du drama sont tous très attachants à leur manière. Que ce soit Lee Rang, frère de Lee Yeon, qui est bien plus sensible et bienveillant qu’on ne pourrait le croire de prime abord, Sin Ju, meilleur ami de Lee Yeon, qui est juste adorable tellement il est gentil et optimiste, et Yu Ri, qui apprend petit à petit à faire confiance malgré son passé difficile. Je ne parlerai pas de tous les personnages secondaires, mais tous sont attachants à leur manière (ou écœurants, c’est selon).

Du côté des humains, Ji Ah, la réincarnation de l’amour perdu de Lee Yeon, une femme qui arrive à s’accrocher malgré la douille qui lui tombe dessus, et déterminée à survivre et à retrouver ses parents disparus coûte que coûte. Ses amis ne sont pas hyper présents, mais j’aime bien leurs apparitions.

Quant à l’antagoniste… Eh bien on a un vrai antagoniste ! Il est vraiment très puissant et son pouvoir est terrifiant, et jusqu’au bout du drama je ne voyais pas trop comment les protagonistes allaient s’en sortir. Ici, on a une vraie tension qui fonctionne, et qui rehausse les moments d’émotions.

Les romances sont mignonnes et crédibles (et on a de nouveau une romance impossible, car l’un des 2 doit mourir pour que l’autre vive), mais ce ne sont pas les seules histoires d’amour. On nous parle notamment d’amour filial (ou de désamour filial… avec abandons et maltraitances), et la relation entre les deux frères est particulièrement réussie.

Quant à l’intrigue, elle se tient bien, et la ruse des gumiho introduit quelques retournements… pas forcément surprenants, parce qu’on se doute que quelque chose va arriver, mais on ne sait pas quoi exactement.

C’est riche en émotion, en suspense, il y a un peu d’action, du mignon, du drame… bref, c’est bien complet, je me suis régalée, et je reprendrai volontiers du même plat^^

Pour finir, un mot sur les dernières secondes du drama. Si vous ne connaissez pas les mythes coréens, la fin pourra sembler incohérente. Si c’est le cas, un lien (en anglais), vers une explication => ici. (attention, ça spoile les 2 derniers épisodes)

Publicité

13 réflexions sur “Brèves symphoniques #10 – K-Drama SFFF (3) Paranormal Romance

  1. J’ai passé un meilleur moment que toi avec les deux premiers dramas sans les trouver non plus sensationnels.
    Quant au dernier, j’avais adoré les premiers épisodes, puis je n’ai pas eu le temps de finir le drama et l’ai mis de côté. Ton article me donne très envie de la reprendre !

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Index : Mangas, Anime, Drama | L'Imaginaerum de Symphonie

  3. Pingback: Bilan 2021 | L'Imaginaerum de Symphonie

  4. Pingback: Peluches symphoniques : Renards | L'Imaginaerum de Symphonie

  5. Pingback: Peluches symphoniques : Dragon orientaux | L'Imaginaerum de Symphonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s