Brèves symphoniques #11 – K-Drama SFFF (4) Démons et Esprits

Ce mois-ci, on va parler de trois séries (deux Drama et une anthologie) relevant du fantastique ou de l’urban fantasy, avec des démons et des esprits plutôt malveillants, donc pas pour les âmes sensibles : The Guest, The Possessed et Demon Catchers.

The Guest

Réalisateur : Kim Hong Seon

Scénaristes : Kwon So Ra, Seo Jae Won

1ère diffusion en 2018

Disponible sur Netflix

16 épisodes, possible film prévu

Thriller/Fantastique/Drame

TW : violence, sang, auto-mutilation (floutée, mais bon), suicide, contention, hopitaux, bruits aigus

De quoi ça parle ? Trois personnes se mettent en chasse d’un démon, responsable d’avoir brisé leurs enfances et leurs familles.

Une excellente surprise que ce drama ! La photographie est soignée, le suspense très efficace, et certaines scènes d’exorcisme ne feraient pas tâche dans un film d’horreur. J’avoue qu’au début, je craignais un peu un format 1épisode=1esprit, et c’est effectivement le cas au début, mais c’est surtout pour mettre en relation le trio de personnages principaux et montrer le rôle de chacun. On arrive donc assez vite sur la véritable intrigue, et je dois dire que je me suis faite avoir sur quelques points d’intrigue. Les histoires des personnages parasités par les démons sont plutôt intéressantes.

Les personnages sont également très attachants, le trio principal bien sûr, mais également certains personnages secondaires, je pense au collègue de Gang Gil Yeong ( la détective et protagoniste féminine), au grand-père et au meilleur ami de Yun Hwa Pyeong (le medium), ainsi qu’au mentor de Choi Yun (le prêtre). Les personnages principaux sont par ailleurs complémentaires dans leur caractère et leur rôle dans leur quête contre ce démon qui a brisé leurs vies, même si je regrette que Gil Yeong soit plus en retrait que les deux autres (et en même temps, c’est assez logique, puisque elle est la seule a ne rien pouvoir faire contre les démons. Son rôle est ailleurs, plus « politique », mais malheureusement cet arc est inachevé à la fin de la série). J’aime particulièrement la relation entre Hwa Pyeong et Yun (purement amicale), et je suis sûre qu’il y a des fanfics yaoi sur internet…

Seul « bémol » c’est que la fin est ouverte et donc relativement satisfaisante, puisque tous les arcs n’ont pas été refermés, et il reste un doute sur le sort de l’antagoniste. Un film semble être prévu pour clore tout ça, mais à l’heure actuelle aucune date n’est annoncée.

Attention également si vous souffrez d’hypersensibilité aux bruits : les scènes de chamanisme impliquent pas mal de clochettes, ça peut être pénible à écouter, même si les scènes sont très peu nombreuses.

The Possessed

Réalisateur : Hong Won Ki

1ère diffusion en 2020

Disponible sur Netflix

8 épisodes, terminé

Fantastique/Epouvante/Horreur

TW : gore, violence

De quoi ça parle ? Anthologie d’horreur revisitant des légendes urbaines

Il s’agit d’une anthologie de très courtes histoires d’horreur, puisque la plupart font 5 minutes, à l’exception du dernier qui est beaucoup plus long. Elles s’inspirent de légendes urbaines coréennes et se déroulent dans la même ville, de sorte que certains personnages peuvent faire des caméos dans d’autres histoires (à noter que l’anthologie n’est pas dans l’ordre, le 8e et dernier épisode semble être le premier). Comme pour toute anthologie, certains épisodes sont plus efficaces et/ou intéressants que d’autres, mais chacun prend le temps d’installer son ambiance malgré sa durée, ce que je trouve sympa. Je pense qu’on peut faire pire en matière de flipouille, mais je l’ai bien aimée 🙂 Puis bon, elle est ultra rapide à regarder.

Comme l’inspiration est coréenne, vous pouvez trouver => ici <= des explications en anglais sur chacune des histoires.

Demon Catchers

Réalisateur : Yu Seon Dong

Scénaristes : Yeo Ji Na

1ère diffusion en 2020

Disponible sur Netflix

16 épisodes, terminé ? saison 2 ?

Urban Fantasy/Drame/Thriller

TW : harcèlement scolaire, violence physique et psychologique, sang

De quoi ça parle ? Un groupe de personnes ayant vécu des évènements traumatisants, chassent les démons grâce à leurs pouvoirs.

Pour la plupart des drama que je regarde, je termine avec une impression de « c’était sympa », voire, avec de la chance, « c’était très sympa ». Et puis, de temps en temps, je tombe sur des perles, que j’apprécie d’autant plus que je ne m’y attendais pas.

Ce Drama, donc, je pensais que ça allait être une série d’action un peu fun et basta, surtout avec certains aspects assez cartoonesques du 1er épisode (qui ne reviennent pas ensuite, ouf). Eh beh. Je crois que j’ai pleuré à presque tous les épisodes. C’est d’ailleurs une série équilibrée et très complète, il y a de l’action, de l’humour, du surnaturel, de la tension, du suspense, et beaucoup d’émotions… (et pas un gramme de romance, ça fait du bien ! Deux des personnages se font un peu charrier par les autres, mais ils sont plus dans une relation amicale, voire frère-soeur). Il y a par contre beaucoup d’amour dans ce Drama, souvent teinté de tristesse. Amour familial, amour amical. Donc niveau émotionnel, ce Drama possède un joli score, d’autant que les personnages sont hyper attachants.

L’intrigue est très sympa et plus complexe qu’on ne pourrait croire au premier abord, ce qui donne aussi à la série un certain côté enquête policière, sans parler d’une certaine dimension sociale et écologique. Cette enquête est d’ailleurs directement liée à certains des personnages principaux, ce qui va leur permettre de travailler au passage sur certains de leurs traumatismes. L’un des points émouvants réside d’ailleurs dans ce soutien et cette empathie sans faille qui soudent l’équipe des catchers.

Pour finir, je ne peux pas ne pas parler de ce point : So Mun, le personnage principal est handicapé suite à un accident quand il était jeune, qui a rendu l’une de ses jambes extrêmement fragile. Si j’ai un peu regretté que ce handicap disparaisse quand le perso acquière ses pouvoirs (c’est pas un spoil, ça arrive vite dans la série, et c’était prévisible), cette mini déception s’est vite dissipée. Il y a certaines scènes ultra émouvantes qui y sont lié, le handicap et la guérison ne sont pas gratuits car les deux ont des intérêts à certains moments de l’histoire, et ça participe à la personnalité de So Mun, sans jamais être caricaturale ou cliché.

2 réflexions sur “Brèves symphoniques #11 – K-Drama SFFF (4) Démons et Esprits

  1. Pingback: Index : Mangas, Anime, Drama | L'Imaginaerum de Symphonie

  2. Pingback: Bilan 2021 | L'Imaginaerum de Symphonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s