Monstrueuse féérie, Laurent Pépin

Monstrueuse féérie

Auteur : Laurent Pépin, Français

One Shot Novella

Fantastique

2020, Flatland

TW : Maltraitance physique et psychologique par les parents

Cette chronique s’inscrit dans le cadre d’un Service-Presse. Je remercie l’auteur de m’avoir fait confiance et de m’avoir proposé de lire son livre.

Depuis toujours, j’ai du mal à établir des contacts avec les gens « normaux ». Quand je suis dans le trou noir, la tronche à l’envers, avec l’envie d’engueuler le vent et les oiseaux, je me dis parfois que ce sont des modèles en série, des ersatz, des brumes floues, sans consistance.

Alors que les bizarres, c’est plus noble. Eux, ce sont des modèles uniques qui sont nés sans mode d’emploi et en kit et qui ont dû se fabriquer seuls. Alors, bien sûr, ça donne des constructions très personnelles. Les idées ne sont pas au bon endroit, ou bien elles sont morcelées ou trop vastes, sans limites. Et parfois, il manque des pièces. C’est le problème des trucs en kit.

Je suis devenu psychologue et je travaille dans ce centre.
Souvent mon boulanger me demande si ce n’est pas trop dur de travailler avec les « fous ». Moi j’ai envie de lui répondre que ce qui est vraiment dur, c’est plutôt ce genre de dialogue, mais je me tais.

Et je ne peux pas répondre que parmi les monuments, on peut trouver des elfes.

Mon avis

Avant de donner mon avis sur ce livre atypique, un « détail » qui à mon sens est important : l’auteur est psychologue clinicien. Or, si j’étais intriguée par cette novella et ses thématiques, je dois concéder une certaine méfiance de ma part, n’ayant pas toujours eu de bons contacts avec des psy (chologues et chiatres). Pour la plupart, ils essayaient de me faire rentrer dans le moule de la normalité, alors que je n’avais pas besoin d’être réparée, j’avais surtout besoin qu’on me file le mode d’emploi que je n’avais jamais eu. J’ai cependant vite été rassurée au cours de ma lecture, avec des réflexions qui m’ont vraiment touchée en tant que personne « pas normale ». Pour tout dire, j’en ai même photographiée une ou deux.

Mais ce livre, de quoi il parle, en fait ? Comme je le disais, il est atypique, voire étrange. Il n’a pas vraiment d’intrigue, on est plus sur un témoignage chaotique où le narrateur, lui aussi psychologue, nous parle alternativement des Monuments (les personnes du Centre où il travaille), de l’Elfe qui le protègeait des monstres (une Monument ? Une vraie Elfe ?), et de son passé traumatique lié à la fois au père et à la mère, qui les maltraitaient psychologiquement et physiquement, lui et ses frères.

Les différents sujets et lignes temporelles s’entremêlent et s’alternent sans logique apparente, ce qui est paradoxalement cohérent avec les thèmes de la santé mentale, de la dépression et des traumatismes. Le narrateur est quasiment le seul « vrai » personnage, puisque les scènes liées à l’Elfe ou à ses parents sont du passé, et qu’on n’assiste pas à de vraies interactions entre lui et d’autres personnes.

Quand il parle des Monuments ou de son Elfe, la prose se fait douce et poétique, mais elle devient beaucoup plus glauque quand il nous parle de son passé, avec des scènes visuellement dérangeantes. Parce que l’Elfe tient les Monstres a distance, mais l’Elfe, elle ne peut pas rester. Alors, les Monstres deviennent plus difficile à combattre. Il est difficile de saisir la frontière entre le conte cauchemardesque qu’il se raconte et nous raconte, et le réel. Est-ce que les scènes horribles liées au père et à la mère sont uniquement des métaphores ? Est-ce que c’est l’esprit traumatisé du narrateur qui a transformé de vrais souvenirs en un conte cauchemardesque ? Y a-t-il un peu de vrai dans tout ça ? Un peu des trois, je crois. On est vraiment dans du Fantastique, pour le coup, puisque jamais le narrateur ou un autre personnage viendra trancher la question.

Un tel texte est assez difficile à conseiller, mais je ne regrette absolument pas d’avoir tenté l’expérience.

Bilan

A la fois dérangeant et poétique, ce livre atypique est finalement assez compliqué à décrire, tant son intérêt passe par la prose et les réflexions du narrateur. C’est une expérience qu’il faut lire pour comprendre, fascinante et déroutante, que j’ai vraiment bien appréciée. Pour lecteurice averti, certains passages sont très doux mais d’autres assez glauques.

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

4 réflexions sur “Monstrueuse féérie, Laurent Pépin

  1. Pingback: Index : Oeuvres francophones | L'Imaginaerum de Symphonie

  2. Pingback: Monstrueuse Féerie, de Laurent Pépin – Les Chroniques du Chroniqueur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s