Le phare au corbeau, Rozenn Illiano

Le phare au corbeau

Autrice : Rozenn Illiano, Française

Fantastique, Peut se lire comme un one-shot mais fait partie du Grand Projet

2019, Critic ; 2022, Folio SF

Illustration : Xavier Collette (2019) ; Anouck Faure pour la présente édition (2022)

Diversité : pp potentiellement neuroatypique et bi/pan, pp Noir et Gay, ps Marocaine

Isaïah et Agathe officient comme exorcistes à Paris. Lui pratique la magie hoodoo, elle possède un don de double vue. Ensemble, ils chassent les fantômes qui hantent des maisons habitées, et leur affaire connaît un succès grandissant. Lorsqu’un jeune couple les engage pour effectuer un exorcisme dans un vieux domaine breton sur le point d’être transformé en maison d’hôtes, ils se préparent à une banale intervention. Mais le cas se révèle bien plus épineux que prévu. D’inquiétantes légendes entourent le mystérieux manoir de Ker ar Bran et son phare délabré, les voisins sont sur le qui-vive. Pour comprendre et conjurer les origines du Mal, le duo devra se plonger dans le sombre passé de ce village du bout du monde…

(Note : j’avais pas de corbeau pour illustrer, mais ça reste un oiseau, donc on va dire que ça marche -_-)

Mon avis

Si j’aime le Fantastique et l’Epouvante, j’avoue ne pas être fan des histoires d’exorcisme. Mais ayant déjà apprécié un roman de l’autrice, et suite à la sortie du Phare en poche, je me suis dis « why not ? ». Et j’ai eu raison.

Le premier point qui m’a plu, ce sont les personnages, j’ai même envie de dire qu’ils ont été le point fort en ce qui me concerne, même si je conçois que Agathe ne fasse pas l’unanimité. C’est extrêmement rare que je tombe sur un livre avec un personnage auquel je peux m’identifier, et j’avoue que c’est très appréciable. Agathe, c’est une jeune femme peu sûre d’elle (et c’est un euphémisme), anxieuse, qui a un peu de mal avec les gens, et qui ne s’est jamais sentie à sa place. Même après être entrée dans le monde du surnaturel (son monde, en quelque sorte, compte tenu de sa capacité à voir les fantômes), elle reste en décalage avec les autres et n’a jamais réussi à vraiment s’intégrer dans un milieu ou un autre. Et ça, ben, ça me parle. J’ai aussi bien aimé Isaïah et globalement les interactions entre les personnages, mais j’avoue avoir eu une affinité particulière avec Agathe. Et à côté de cette identification, il faut bien avouer que ce genre de personnages est encore assez rare, donc mine de rien, ça apporte une originalité à une intrigue plus classique. Et puis ça les rend très humains et vivants aussi, surtout que même si le duo est complémentaire pour les exorcismes, ils sont loin d’être surpuissants.

L’intrigue, donc, est bien menée, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde grâce au rythme et à la narration moderne et vive, mais ça reste une intrigue assez classique et prévisible dans le genre. Les scènes de tension sont bien rendu et j’avais hâte de découvrir le pourquoi du comment. L’ambiance n’est pas spécialement angoissante en revanche, ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose car le roman est plus accessible du coup à mon avis. Mais j’ai bien aimé voir les personnages galérer un peu contre les fantômes^^ A vrai dire j’ai plus été portée par les personnages que par l’intrigue elle-même.

Je suis un peu plus mitigée sur la fin en revanche, dont j’ai trouvé la résolution un peu trop rapide et facile à mon goût.

Bilan

De la même façon que l’autrice a réussi à me faire apprécier une histoire de vampires, Le Phare au corbeau m’a fait apprécier une histoire de fantômes et d’exorcismes. L’intrigue ne révolutionnera pas le genre, mais elle reste maîtrisée et propose un duo atypique et très humain d’enquêteurs surnaturels.

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

Publicité

6 réflexions sur “Le phare au corbeau, Rozenn Illiano

  1. Comme toi, j’ai beaucoup apprécié les personnages ! Agathe était vraiment intéressante et ça fait du bien de croiser de temps à autre des personnages un peu paumés, pas très bien dans leurs bottes, à qui il est plus facile de s’identifier. Effectivement, ça ne fait pas peur et l’intrigue reste peut-être simple, mais j’ai vraiment aimé l’atmosphère de ce roman.

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Index : Oeuvres francophones | L'Imaginaerum de Symphonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s