Cemetery Boys, Aiden Thomas

Cemetery Boys

Auteurice : Aiden Thomas, Américain

One-Shot, Urban Fantasy YA

VO : 2020

VF : 2022, Actu SF (Naos)

Traduction : Patrick Marcel
Illustration : Mars Lauderbaugh

Diversité : pp trans + latinx + gay, pp latinx + gay, ps latinx

Yadriel est un brujo. Pas une bruja. Si les femmes peuvent guérir, les hommes, eux, savent rappeler les esprits. Parce qu’il tient à prouver à sa famille qu’il possède bien les pouvoirs de son genre, il se rend dans l’église du cimetière afin d’invoquer un fantôme. Arme magique au poing et meilleure amie pour l’aider, il fait alors de son mieux pour convoquer l’âme de son cousin décédé, afin de comprendre les raisons de sa mort.
Alors qu’il pense avoir réussi, il découvre que le fantôme qu’il vient de ramener au milieu de l’église familiale n’est pas tout à fait le bon…

Mon avis

Alors que Yadriel et Maritza exécutent un rite pour prouver qu’il est bien un brujo, et pas une bruja, Miguel disparaît mais son corps est introuvable. Dans le même temps, ils rencontrent Juilian, lycéen décédé sans qu’il ne parvienne à s’en souvenir. Les trois jeunes gens vont donc enquêter de leur côté pour découvrir ce qui leur est arrivé. L’intrigue ne pas m’a emballée plus que ça, mais c’est sans doute que j’avais vu le truc venir assez tôt (ce qui n’est pas un problème, c’est juste que je me suis davantage investie dans les personnages, du coup).

Parmi les brujx, les pouvoirs dont on bénéficie dépendent de son genre. Mais comment ça se passe, quand notre genre ne correspond pas à celui par lequel les gens nous voient ?

La thématique de l’identité de genre est ici particulièrement pertinente et au cœur de l’intrigue elle-même, puisqu’elle en marque le point de départ : c’est en voulant prouver à sa famille qu’il est un garçon qu’il va appeler l’esprit de Julian. Mais c’est même l’identité en général qui est ici explorée.

On a donc Yadriel, pour commencer, assigné fille à sa naissance, et même si sa famille ne le rejette pas à proprement parler, elle n’accepte pas non plus l’idée que Yadriel soit un garçon. Ce qui est déjà difficile à vivre en tant que tel, mais aussi par rapport à ses futures attributions parmi les brujx. Il y a par contre beaucoup de bienveillance avec Maritza, sa meilleure amie, et Julian, duquel il va tomber amoureux, et c’est peut-être parce que eux-mêmes ne font pas partie de « la norme » (je mets de gros guillemets à cette expression). Maritza est en effet végane, le problème c’est que les pouvoirs des brujas induisent des sacrifices animaux, ce qui est bien entendu hors de question pour elle. Elle accepte d’être à part et ne renie pas ses convictions, mais ce faisant, elle doit se couper de sa place et de ses pouvoirs. Julian, lui, souffre d’une fracture familiale et de sa réputation de mauvais garçon, quand bien même il est tout à fait adorable. Les personnages sont donc le premier point fort de ce roman, j’ai beaucoup aimer les suivre et les voir prendre en assurance et en force. Je regrette juste qu’on ne voie pas davantage Maritza, mais bon^^

L’autre point fort, c’est son univers, puisque l’histoire nous introduit à la Santa Muerte et aux commémorations des morts telles qu’on en peut en voir dans la culture latine. Bon, avec une touche de surnaturel puisqu’on y croise les esprits des défunts, mais c’est une culture que je ne connais pas spécialement et le livre m’a donné envie d’en découvrir davantage.

Bilan

Vraiment une bonne surprise que ce roman. Si l’intrigue est un peu secondaire, les personnages sont très attachants, et c’est vraiment intéressant de découvrir cet aspect de la culture latinx, sans parler des thématiques sur les pressions familiales, l’identité et le respect des différences.

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

Publicité

5 réflexions sur “Cemetery Boys, Aiden Thomas

  1. Pingback: Index : Oeuvres étrangères | L'Imaginaerum de Symphonie

  2. Pareil pour Maritza, j’aurais adoré la voir d’avantage ! Mais qui sait ? Une saga sur les aventures de brujo de Yadriel (abordant d’autres thématiques modernes, comme les conflits éthiques de Maritza par exemple) verra peut-être le jour ? ^^

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: [Roman] Cemetery boys, transidentité et traditions mexicaines – Asturn

  4. Pingback: Cemetery Boys, Aiden Thomas – Les histoires de Lullaby – Magali Lefebvre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s