Ceux qui vivent du sang versé, Crazy

Ceux qui vivent du sang versé

Autrice : Crazy, Française

One-Shot, Urban Fantasy

2019, Les Editions du 38

TW : sang, mort, violence, addiction (physique et mentale)

Février 2012, Chicago.
Paul, employé modèle, ne vit que pour son travail : assassin au service d’une agence internationale. Lorsque, démasqué par sa cible, il s’allie à sa voisine de cellule afin de s’échapper, il ne s’attend pas à découvrir que les vampires existent et que Carmilla, cette jeune femme sensible et pacifiste, est la dernière d’entre eux.
Juillet 2012, Pontoise.
Mortellement blessé, renié par ses employeurs, Paul se réfugie chez Carmilla, seule capable de le sauver. L’enquête qu’ils vont mener pour laver son nom bouleversera leur vie à tous les deux.

Mon avis

Vous le savez peut-être si vous êtes déjà venus ici, mais je ne suis pas le lectorat cible des récits de vampires, et même si j’aime bien les Drama de Romance, j’apprécie rarement d’en lire. Mais quand je croise régulièrement quelqu’un sur les réseaux, les forums etc., j’ai envie d’avoir une idée de ce qu’iels écrivent. Ainsi, le récit de Crazy m’attendait depuis belle lurette dans ma Pile à Lire, et je l’en ai enfin sorti. (Pour le meilleur, ou le pire ? Ta Ta Ta)

Paul, tueur à gages de son état, est persuadé dans un premier temps que la douce jeune femme qui partage son sort de cellule va vite se révéler un boulet. Sauf qu’il va bien vite se rendre à l’évidence, et les lecteurices avec lui : ce ne sera non seulement pas le cas, mais en plus, la frêle jeune femme est ce qu’on pourrait appeler… un monstre.

C’est, je trouve, le premier point fort du roman : on n’ergote pas pendant des plombes sur la nature de Camilla et sur l’existence des vampires. Même Paul accepte ce qu’il se passe dès lors qu’on lui fourre des preuves indéniables sous le nez. Seulement, à peine a-t-on le temps d’apprendre que les vampires existent, et que nous apprenons aussi que nous arrivons après la bataille. Les vampires (et les loups-garous) sont tous morts, Camilla est la dernière. Nous n’avons donc sous les yeux qu’un fragment d’univers, le dernier fragment qui demeure suite à son extinction. Il n’est pas nécessaire pour la compréhension d’en savoir plus, et je ne sais pas si ça aurait un réel intérêt, mais cela nous permet immédiatement de nous attacher à Camilla et de ressentir sa tristesse et sa solitude, d’autant que même si elle est une vampire, elle s’efforce autant que possible de préserver sa sensibilité et son humanité. Petit détail que j’ai bien aimé et que j’ai trouvé plutôt original pour le genre, c’est que Camilla est… une hackeuse un peu geek sur les bords^^

D’un autre côté, nous avons Paul, donc (pas son vrai nom), qui est comme qui dirait humain à l’extérieur, mais un monstre à l’intérieur. C’est un tueur à gages, certes, mais pour des raisons qui sont expliquées dans le livre, c’est une machine à tuer qui ne ressent pas grand-chose pour les autres.

Ainsi, même si le roman est en partie un thriller, son intérêt ne réside pas du tout dans son action ou son suspense. Il y a d’ailleurs peu de scènes d’action, et l’intrigue n’offrira pas de grandes surprises, pas plus que son dénouement. Mais en fait, ça n’a pas d’importance, car le roman est plutôt intimiste, centré sur ces deux personnages principaux qui vont devoir apprendre à se faire confiance et à composer avec leurs personnalités opposées. Il est bien sûr question de romance, romance qui est d’ailleurs plutôt intéressante vu que Paul est vraisemblablement sur les spectres de l’aromantisme et de l’asexualité, mais c’est leur relation au sens large et leur évolution qui vont marquer le récit, et que j’ai trouvé plutôt crédibles. Malgré leur passé et leur nature, les personnages sont touchants et j’avais vraiment envie qu’ils connaissent une fin heureuse et qu’on leur fiche la paix.

Bilan

Les récits de vampires et de loups-garous, c’est pas mon truc. Pourtant, je vais commencer à perdre en crédibilité vu que j’ai pensé beaucoup de bien de mes dernières lectures avec ces créatures. Concernant Ceux qui vivent du sang versé, j’ai particulièrement aimé la modernité du récit, et surtout ses deux personnages principaux, tant dans leur caractérisation, que dans leur relation.

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

Publicité

4 réflexions sur “Ceux qui vivent du sang versé, Crazy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s