L’outsider, Stephen King

l'outsider

L’outsider est un one-shot Thriller Fantastique de l’auteur américain Stephen King, publié en VO en 2018, et en France en 2019 aux éditions Albin Michel.

Attention : ce roman spoil la trilogie de Stephing King qui commence par M Mercedes.

TW : meurtres et viols d’enfants

Le Diable peut avoir de nombreux visages. Et s’il avait le vôtre ?

Le corps martyrisé d’un garçon de onze ans est retrouvé dans le parc de Flint City. Témoins et empreintes digitales désignent aussitôt le coupable : Terry Maitland, l’un des habitants les plus respectés de la ville, entraîneur de l’équipe locale de baseball, professeur d’anglais, marié et père de deux fillettes. Et les résultats des analyses d’ADN ne laissent aucun doute. Dossier classé. À un détail près : Terry Maitland a un alibi en béton. Et des preuves tout aussi irréfutables que les preuves qui l’accusent.
Qui se cache derrière ce citoyen au-dessus de tout soupçon ?

Le corps du petit Frankie Peterson a été retrouvé, assassiné dans des conditions abominables. Heureusement, le meurtrier est immédiatement arrêté : il s’agit de Terry Maitland « Coach T », l’entraîné très apprécié de l’équipe de baseball, que des gamins. Malgré son excellente réputation dans la ville, sa culpabilité ne laisse aucun doute : plusieurs témoins oculaires, des enregistrements vidéo, des empreintes, et surtout, de l’ADN. Aussi, Ralph, policier, n’hésite pas une seconde à l’arrêter en plein milieu d’un match dans un stade bondé : c’est que le Coach T a également entraîné son fils quand il était plus jeune…

Seulement, il s’avère bien vite qu’il y a un gros problème : Coach T n’était pas dans la ville pendant le meurtre, les preuves qui l’innocentent sont aussi nombreuses que celles qui l’accusent. Mais le mal est fait : la famille Pererson a volé en éclats, sombrant dans les ténèbres chapitre après chapitre, sa femme et ses deux filles essuient les foudres de la communauté… Car c’est un élément que j’apprécie beaucoup dans les livres de Stephen King : au delà du macabre, les drames humains, ces personnages qui tentent de survivre comme ils peuvent dans la tempête, ou bien qui se font emporter et broyer…

Et chez Stephen King, le surnaturel n’est jamais bien loin. Si la première partie, plutôt orientée policier/thriller « réaliste » est très prenante, l’enquête prend un tour particulier suite à un certain événement. Et Ralph, qui commençait déjà à avoir des doutes, doit bien admettre que l’enquête n’était pas aussi facile qu’il le pensait au départ, et qu’il a fait une grosse boulette en se précipitant. Présomption d’innocence ? Connait pas ! L’occasion d’ailleurs de brosser une petite critique du système judiciaire.

Lui aussi doit alors faire face à un drame personnel, puisqu’il sait à présent qu’il a condamné un innocent et qu’il est trop tard pour revenir en arrière. Dans une ville aussi petite où tout le monde se connaît, un crime touchant un enfant… inutile de dire que la folie populaire n’est pas loin. Et puis, comment l’expliquer un phénomène qu’il ne comprend pas lui-même ?

Ainsi, le surnaturel s’infiltre petit à petit dans le quotidien des personnes impliquées. De quoi ramener la pétillante mais inadaptée Holly, du livre M Mercedes, un personnage que j’apprécie beaucoup, optimiste, très ouverte, mais inadaptée socialement. Il n’empêche que son obstination va permettre à l’enquête de faire un bon en avant, même si dans une direction qui provoque scepticisme et peur chez ses coéquipiers.

La toute dernière partie, qui consiste à affronter le dernier antagoniste, est un peu plus faible que le reste du livre, avec un impression de « c’est tout ? ». Et puis, la conclusion qui suit est un peu trop longue. Elle est cohérente, mais je m’attendais à plus. Mais bon, les deux parties enquête sont très sympa.

 

Bilan

Je n’ai pas toujours été très convaincue par les derniers livres de l’auteur, mais j’ai lu ce livre avec le même plaisir que ses premiers romans^^ La tension est efficace, il m’a été difficile de lâcher le livre pour dormir. Les personnages attachants parce qu’humains, les drames personnels émouvants… La créature n’est pas hyper originale, elle m’a d’ailleurs rappelée un peu Gripsou, de Ça, mais elle reste efficace et inquiétante. Apparemment, une adaptation en série est prévue, je ne manquerai pas de la voir^^

 

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ? 

2 réflexions sur “L’outsider, Stephen King

  1. Pingback: Index : Oeuvres étrangères | L'Imaginaerum de Symphonie

  2. Pingback: Littérature de l’Imaginaire – Bilan 3ème trimestre – Ma Lecturothèque

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s