Aiden Jones T1 : La marque, Catherine Loiseau

couv45644927

La Marque est le premier tome de la trilogie de Fantasy jeunesse « Aiden Jones », de l’autrice française Catherine Loiseau. Il a été publié en 2019 aux éditions Au Loup.

Londres, 1880, quelques décennies après l’invasion de la ville par des elfes, dragons et fées. Ces êtres magiques ne furent vaincus qu’au prix d’une guerre dévastatrice menée par les Magiciens du Collegium.
Aiden Jones est chasseur de critters, ces lutins, gnomes et autres pixies qui infestent encore les quartiers de Londres. Doté de pouvoirs magiques latents, il rêve d’entrer à son tour au Collegium qui forme les magiciens de la Reine Victoria.
La possibilité d’activer ses pouvoirs semble enfin à portée de main lorsqu’il apprend qu’une prime exceptionnelle sera accordée pour la capture d’un essaim de critters.
Sa quête le mène alors dans les beaux quartiers où il croise la route de Grace Fairchild, une jeune noble qui va lui proposer un pacte inattendu. Une rencontre qui le mènera peut-être plus loin encore que ce qu’il avait prévu…

En premier lieu, je tiens à remercier les éditions Au Loup (que je découvre du même coup), pour m’avoir proposé de lire ce roman.

 

Univers

L’histoire se déroule à Londres, en 1880. Londres, son brouillard… et ses lutins. Car une trentaine d’années avant le début de l’histoire, des êtres féériques, appelés critters, ont déferlé sur le monde : dragons, fées, lutins, gnomes… Et pas toujours dans de bonnes intentions. Aussi, les humains se sont organisés, ils ont contraint les intrus à se planquer, et certains d’entre eux ont même vu se développer quelques pouvoirs. Afin d’éviter que de nouveaux drames se produisent, le Collegium forme les mages en devenir, tandis que foule de chasseurs débarrassent les rues de ses lutins comme des dératiseurs pour les rats.

Mais… on est dans de la Fantasy jeunesse, donc vous vous imaginez bien que la situation est un poil plus compliquée que ça 🙂

 

Personnages

L’histoire est racontée via le point de vue d’Aiden Jones, un garçon de quatorze ans à priori, plus ou moins livré à lui-même depuis la mort de son oncle, aussi survit-il en chassant les critters. (d’ailleurs, moi, j’ai cette image là pour les critters… cliquez pas les enfants !). Aiden Jones est du genre prudent, puisqu’il évite les conflits avec les autres bandes de chasseurs ou avec les négociants, plutôt solitaire, voire renfermé, et pense surtout à sa propre survie, ce qui n’est pas forcément étonnant. Il est toutefois aidé par Doreen, sa logeuse plus amène qu’elle ne le laisse croire, ancienne amie de son oncle.

Sa routine sera quelque peu ébranlée par sa rencontre avec Grace Fairchild, une demoiselle bien née éprise de liberté et fascinée par les critters. Mais n’allez pas la sous-estimer ! Même si elle est née une cuillère d’argent dans la bouche, elle est courageuse, volontaire (voire têtue), et sait parfaitement ce qu’elle veut. Bien qu’elle vive avec son père, des serviteurs et ses jeunes frère et soeur, elle semble souffrir de la solitude que lui impose sa vie de paillettes Les calculs sont p…

Les personnages sont plutôt crédibles, sont sympathiques, et connaissent une certaine évolution.

 

Intrigue

Aiden survit comme il peut en chassant les critters pour quelques shillings, mais il aspire à de plus grandes ambitions : intégrer le Collegium pour devenir un mage reconnu et fuir sa vie miséreuse. Ses projets vont toutefois devoir attendre, puisqu’une grosse récompense est enjeu compte tenu du nombre curieusement important de nuisibles dans la ville. Il va alors « tomber » sur une jeune fille bourgeoise fascinée par les critters, laquelle parvient à le convaincre de la prendre comme associée. Non seulement elle peut le payer, mais en plus elle lui apprend que les bestioles ne se conduisent pas tout à fait comme d’habitude…

L’intrigue n’est pas sans rappeler une autre oeuvre jeunesse (que je ne nommerai pas pour pas vous spoiler), mais ce n’est absolument dérangeant, Aiden Jones s’étant créé sa propre identité. Comme quoi, on peut proposer une bonne histoire sans qu’elle soit tout à fait originale.

 

Style

 

Le style est moderne, sans fioritures, mais parvient quand même à installer une certaine atmosphère. L’écriture est simple, accessible aux jeunes lecteurs cibles, mais n’est pas simpliste pour autant.

 

Bilan

J’avais prévu de lire ce livre, ayant déjà lu et apprécié d’autres oeuvres de Catherine Loiseau, mais ce n’était pas une de mes priorités. Je remercie d’autant plus les éditions Au Loup, car j’ai passé un excellent moment. Impossible de lâcher le roman une fois commencé. Alors oui, c’est un roman jeunesse, n’escomptez pas la complexité ou la noirceur d’un Livre des Martyrs. Mais franchement, ce livre m’a fait la même impression que lorsque j’ai lu Harry Potter ou Artémis Fowl pour la première fois. L’univers est chouette, les thématiques sont plus sérieuses qu’il n’y paraît, les personnages sont attachants… bref, ça se lit tout seul^^

 

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

 

5 réflexions sur “Aiden Jones T1 : La marque, Catherine Loiseau

  1. Pingback: Index : Oeuvres francophones | L'Imaginaerum de Symphonie

  2. Pingback: Bilan 2019 | L'Imaginaerum de Symphonie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s