Les Aînés T1: Les cycles corrompus, Serenya Howell

CVT_Les-Aines-tome-1--Les-Cycles-corrompus_5878

Les Cycles Corrompus est le premier tome de la trilogie de High Fantasy de l’autrice française Serenya Howell. Il a été publié en 2020 par les éditions Plume Blanche (collection Plume d’Argent).

Et la superbe couverture a été réalisée par Chane.

Depuis la Tour, leur demeure, les Aînés et leurs Maîtres veillent sur les Sept-Royaumes. Être appelé à les servir est un honneur, se lier à l’un de ces dieux est le rêve. Il en existe toutefois un pour lequel personne ne nourrit la moindre ambition : Asroth, l’incarnation de la Mort, qui entraîne l’esprit de ses Maîtres, l’un après l’autre, vers les ténèbres et nourrit leur âme du sang de la guerre…

De quoi ça parle ?

 

Huit dragons, appelés Aînés par les humains, sont considérés par ces derniers comme des dieux. Si bien qu’entendre l’Appel qui permet de devenir apprenti à la Tour est vu comme une bénédiction : en effet, les apprentis auront peut-être un jour l’insigne honneur d’être choisi par l’un des huit, ce qui le liera à lui et lui donnera le titre de Maître.

Enfin, insigne honneur, c’est peut-être vite dit. Car des huit dragons, il en est un auquel personne n’a envie de se retrouver lier. Il s’agit d’Asroth, le dragon incarnation de la Mort qui est en guerre contre ses frères et soeurs depuis l’aube des temps.

Or, lorsqu’un Maître meurt, le dragon qui lui est lié Mue (c’est à dire qu’il retourne à l’état d’oeuf le temps de choisir un nouveau maître et de démarrer un nouveau Cycle de vie). Le roman démarre donc à l’aube d’un nouveau cycle d’Asroth.

 

Mon avis

 

Une fois n’est pas coutume, mon œil avait été attiré par la superbe couverture. Et puis en jetant mes deux yeux de manière un peu plus approfondie, il est apparu qu’il y avait quelques points communs avec mes propres romans, donc j’étais bien obligée de le lire^^

 

Le roman est en réalité divisé en trois parties :

  • Le cycle damné : Asroth a choisi le jeune Denorh comme nouveau Maître, et celui-ci est un chouia… décontenancé. Car devenir le Maître de la Mort équivaut à être haï de tous et à devenir le complice des crimes de son dragon. Mais les personnalités du dragon et de son Maître ont tendance à s’influer l’une l’autre, donc peut-être que…
  • Le cycle insoumis : il se déroule en même temps que le cycle damné. Il suit Aymerick, ami de Denorh à la Tour, et qui est l’un des rares qui souhaite voir son retour et celui d’Asroth parmi ses frères et soeurs.
  •  Le cycle primordial : il répond aux questions que l’on pourrait se poser à la lecture des deux autres parties, puisqu’il traite du tout premier cycle des dragons, c’est à dire de leur naissance jusqu’à ce qu’ils se lient avec des humains et que la guerre entre eux ne commence.

 

L’univers proposé, s’il n’est pas hyper original en Fantasy puisqu’il tourne autour de divinités associées à des « éléments », est tout à fait cohérent et propose quelques « subtilités » bienvenues qui changent un peu. (Remarquez que ce n’est pas un défaut ou quoi, personnellement j’adore ce type de cosmogonies). Si jamais vous êtes effrayés à l’idée de devoir retenir les noms des huit dragons, il y a un petit dessin résumé au début du livre pour vous y référer si vous ne savez plus qui est qui^^

Du côté des personnages, difficile de trop vous en dire sans spoiler, donc on va rester général. Les dragons ont des personnalités très distinctes, et les plus attachants ne sont pas forcément ceux auxquels ont pourrait penser (j’ai beaucoup apprécié Asroth, surtout dans le dernier cycle, ainsi que les dragons représentant la Nature et l’Eau, en revanche j’ai moins apprécié les dragons de la Vie et du Feu). Il y a peu d’humains qui sortent du lot. Je n’ai pas tellement accroché avec le personnage en lui-même, mais j’ai bien aimé le cheminement de Denorh. J’ai davantage apprécié Aymerick et sa loyauté sans bornes pour son ami malgré ce qui lui arrive… mais je n’ai pas trop accroché au cycle qui le concerne. J’ai bien apprécié l’identité et les motivations des antagonistes… mais je vous dirai pas pourquoi pour vous laisser la surprise^^

Si j’ai aimé l’univers et les personnages, j’ai en revanche été moins emballée par les histoires, principalement à cause du découpage.

Les chapitres sont très courts, 3-4 pages à chaque fois, et pour les deux premiers cycles, ils sont précédés par une ou deux pages issues des carnets d’écriture des différents maîtres s’étant succédé au fil des années. Les carnets d’écriture apportent des informations ou des anecdotes intéressantes, mais du coup j’ai eu l’impression de sortir du texte toutes les 5 minutes. De manière générale, j’ai du mal avec les chapitres trop courts car je ne peux pas m’immerger convenablement, et là en plus avec les coupures…

Le second point de découpage qui m’a gênée concerne la fragmentation en 3 parties.

Le premier cycle est très sympa, même s’il m’a paru un peu trop rapide. Il est toutefois bien équilibré et garde suffisamment de mystères et d’enjeux pour pousser à continuer la lecture.

Le deuxième cycle, pour moitié, se situe dans le même laps de temps que le premier, et traite des mêmes événements mais via le point de vue d’un autre personnage. Personnage que j’aime bien, mais comme on sait déjà ce qui s’est passé et qu’on pouvait deviner le reste, j’ai eu du mal à le lire. Seuls les derniers chapitres apportent quelque chose puisqu’ils reprennent là où le premier cycle s’était arrêté, mais je pense que j’aurais plus accroché avec un montage alterné afin de donner plus d’intérêt au deuxième cycle.

Quant au troisième cycle, pris tout seul, je pense que c’est mon préféré, puisque j’aime beaucoup tout ce qui tourne autour de la création d’univers. Mais ce que je trouve dommage, c’est qu’il vienne clôturer ce roman. Ce cycle répond en effet à toutes les questions qu’on pouvait se poser, les raisons de la guerre, les motivations des uns et des autres… Sauf qu’il y a deux autres romans prévus derrière. Répondre aux questions a l’avantage de rendre le roman lisible seul… ce qui est aussi un inconvénient.

De manière générale, j’ai trouvé que chaque partie atténuait les enjeux de la partie suivante, car ce qui précède donne trop d’informations sur ce qui suit. Et le roman lui-même donne peut-être trop d’informations sur le fonctionnement de l’univers, sachant qu’il y a des suites.

 

Bilan

Même si j’ai des réserves sur le découpage, il s’agit d’un premier tome prometteur et qui conviendra surtout à un jeune public. Son univers est peu original mais sympathique, et ses personnages principaux plutôt attachants. (A commencer par le Dragon de la mort^^ Poissons ?)

 

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ? 

 

Printemps de l’imaginaire francophone 2020

5 réflexions sur “Les Aînés T1: Les cycles corrompus, Serenya Howell

  1. Mouais… pas pour moi, je pense. Surtout avec ce type de découpage. Déjà que je soupire quand l’auteur répète via un dialogue ce qui a précédé dans une scène active, alors relire toute la première partie, mais d’un autre point de vue… Non. ^^
    Mais bon, ça doit sûrement plaire aux lecteurs qui n’aiment pas lire plusieurs intrigues de front. 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Index : Oeuvres francophones | L'Imaginaerum de Symphonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s