Percy Jackson T1 : Le voleur de foudre, Rick Riordan

Couverture : John ROCCO

Le Voleur de Foudre est le premier tome du cycle de Fantasy Urbaine Percy Jackson, de l’auteur américain Rick Riordan. Il a été publié en Vo en 2005, et est paru en français en 2005 également, chez les éditions Albin Michel (traduction par Mona De Pracontal). Il a connu une adaptation au cinéma en 2010 (comme ça fait longtemps que je l’ai vu, je n’en ferai pas la chronique, mais on fera quelques parallèles avec le livre).

Etre un demi-dieu, ça peut être mortel… Attaqué par sa prof de maths qui est en fait un monstre mythologique, injustement renvoyé de son collège et poursuivi par un minotaure enragé, Percy Jackson se retrouve en plus accusé d’avoir dérobé l’éclair de Zeus ! Pour rester en vie, s’innocenter et découvrir l’identité du dieu qui l’a engendré, il devra accomplir sa quête au prix de mille dangers.

De quoi ça parle ?

Percy est un ado de douze ans dyslexique qui vit avec sa mère et un beau-père beauf au possible. Après s’être fait attaquer par un monstre mythologique lors d’une sortie scolaire, il découvre qu’il est un demi-Dieu et doit se rendre dans une colonie consacrée aux demi-Dieux. Sur le chemin, il perd malheureusement sa mère. Au sein de la colonie, il va découvrir l’identité de son père, et qu’il fait l’objet d’une prophétie. Après que des dieux se soient fait voler certains artéfacts, il va partir en quête avec deux compagnons, et va rencontrer d’autres figures emblématiques de la mythologie grecque.

Mon avis

Comme beaucoup sans doute, j’ai découvert l’univers de Percy Jackson gràce aux films. Et à l’époque, j’avoue que je n’avais pas vraiment été convaincue (je crois que je n’ai même pas regardé le 2e en entier). Mais je continuais à être intriguée, principalement parce que le fandom est toujours assez actif, et qu’un certain nombre de fans ont affirmé que le livre était mieux. Et comme je voulais faire un mois à thème jeunesse, je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais de redonner une chance à Percy.

Commençons déjà par les points qui m’ont chafouinée. En premier, l’âge des personnages. Dans les films, ils ont dans les 16 ans, mais dans le livre, Percy en a 12, et Annabeth (qui va l’accompagner dans sa quête), a dans ces eaux-là aussi. Pourquoi ça me chafouine ? Parce qu’un gamin affronte un Minotaure sans sourciller et qu’on envoie deux gamins sous la seule protection d’un faune traverser le pays pour empêcher une guerre divine. Bon, ce n’est pas l’apanage de Percy Jackson, et ce sont des demi-dieux, mais j’ai toujours un peu de mal avec ça (après, le livre a pour public cible des jeunes à partir de 11-12 ans, donc je comprends aussi ce choix de la part de l’auteur). Ensuite, comme dans le film, j’ai trouvé que Percy n’était pas plus perturbé que ça par la disparition de sa mère. D’accord, ça lui fait beaucoup à encaisser, mais la narration est à la première personne, et j’aurais apprécié de sentir plus d’émotions à ce moment-là.

Sinon, c’est plutôt sympa, même si j’ai eu un peu de mal à accrocher. La prophétie qui conduit Percy à se lancer dans sa première quête est intéressante, puisqu’elle va induire quelles fausses pistes et craintes dans l’esprit du lecteur. Lecteur et personnages ne savent pas immédiatement qui est le père de Percy, contrairement au film. Le déroulé de l’intrigue est par ailleurs plus logique et moins téléphoné (notamment pas de quête pour aller récupérer les perles qui doivent leur permettre de sortir des enfers, ils les auront par un autre moyen. Ils visiteront les lieux du film, mais globalement parce que c’est sur leur trajet). Autre point plus intéressant que le film : l’antagoniste officiel du premier film manquait un peu de saveur et n’ouvrait pas sur la suite, tandis que dans le livre on apprend le véritable antagoniste du cycle.

Le style est très direct, avec des touches d’humour pas trop présentes et généralement efficaces, et même s’il était trop simple à mon goût, il est bien adapté à son public cible, sans prendre celui-ci pour des idiots.

En réalité, je n’ai pas grand chose à reprocher au livre, qui efface en effet la majeure partie des problèmes du film, mais ce qui ne m’a pas empêchée de passer un peu à côté du titre.

Bilan

Même si je n’ai pas accroché plus que ça à ce premier tome, j’aime bien l’idée de moderniser la mythologie grecque pour la faire découvrir aux plus jeunes (et je pense que je l’aurais beaucoup plus apprécié si je l’avais lu plus jeune). Cela étant, je pense lire quand même la suite, ne serait-ce parce que le premier tome d’un cycle n’est pas toujours le meilleur 🙂

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

Beaucoup trop d’avis pour tous les citer, donc je vous redirige vers Livraddict et Babelio 🙂

8 réflexions sur “Percy Jackson T1 : Le voleur de foudre, Rick Riordan

  1. C’était une de mes sagas préférées quand j’étais au début-collège :3 Ça rappelle de bons souvenirs !
    Après c’est sûr que si je revenais dessus maintenant je trouverais certainement beaucoup de défauts, mais sans y regarder de trop près c’est une saga avec laquelle on passe un bon moment.
    Dommage que tu n’ai pas autant accroché, mais effectivement c’est plus facile quand on s’identifie aux personnages et qu’on a à peu près leur age ^^

    Aimé par 1 personne

    • C’est ça, je pense que j’aurais davantage accroché si je l’avais découverte quand j’étais ado. Mais je compte lire quand même le tome 2 à l’occasion pour voir comment ça évolue 🙂

      J'aime

  2. Pingback: Index : Oeuvres étrangères | L'Imaginaerum de Symphonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s