Shining in the dark, Collectif

Shining in the Dark est une anthologie d’Epouvante dont les textes ont été rassemblés par Hans-Ake Lilja en l’honneur des vingt ans du site Lilja’s library, dédié à Stephen King. Il est paru en VO en 2017, puis en VF chez ActuSF en 2020

Le Compresseur bleu, Stephen King

Je ne pensais pas avoir à dire ça, mais c’est la pire nouvelle de l’anthologie, et je crois l’une des pires nouvelles de Stephen King que j’ai lue (pas étonnant qu’elle soit restée inédite jusqu’ici, mais c’est quand même dommage pour une anthologie en l’honneur de Stephen King d’avoir choisie celle-ci…). L’intrigue n’est pas très intéressante, ça ne fait pas peur, et même si le style de l’auteur n’est pas toujours très fin, le style est ici quand même très grossier et écœurant plus qu’autre chose. (attention : grossophobie carabinée)

Le Réseau, Jack Ketchum et P.D. Cacek

Une histoire pas très originale, sur les dangers des rencontres en ligne (même si la personne avec qui vous chattez a l’air sympathique, vous ne pouvez pas savoir à qui vous avez réellement affaire). J’ai quand même bien aimé le double twist de fin, même s’il est trop exagéré pour vraiment y croire. La narration est toutefois intéressante, puisqu’elle est principalement sous la forme d’un échange de messages numériques, de sorte que même si on se doute qu’il se passe un truc, on ne comprend qu’à la fin la véritable identité des personnages.

Le Roman de l’Holocauste, Stewart O’Nan

Je vais avoir du mal à parler de cette nouvelle, parce que j’avoue ne pas avoir compris ce qu’elle faisait dans le recueil. Elle traite d’un sujet grave, et la façon dont elle le traite est à la fois originale et poignante : un survivant de l’holocauste qui a écrit un roman sur ce qu’il a vécu, mais qui a modifié certains éléments. J’aime bien cette nouvelle, très triste… mais je ne comprends pas pourquoi elle a été intégrée à une anthologie horrifique.

Aeliana, Bev Vincent

La seule nouvelle Fantasy du recueil est, logiquement, une nouvelle d’Urban, genre qui se rapproche le plus du Fantastique. On y suis Aeliana, sorte de félin-garou, qui se retrouve à aider une inspectrice à propos de meurtres. J’ai apprécié cette nouvelle, mais elle m’a laissé un goût de trop peu. Il y a trop d’idées esquissées, dans un format trop court, je pense que cette histoire ne se prêtait pas forcément à un format nouvelle, mais qu’elle avait le potentiel pour être davantage approfondie. Puis un félin-garou, quoi. Au passage, c’est la seule nouvelle réellement centrée sur des personnages féminins…

Charabia et Theresa, Clive Barker

Clive Barker est, avec Stephen King, l’un de mes écrivains d’épouvante préférés. Et, comme pour la nouvelle de Stephen King, celle-ci fait partie de celles que je n’ai pas aimées. C’est ballo. Pourtant, l’idée de base était intéressante (deux animaux qui se voient transformés en humains suite à l’erreur d’un ange), mais une nouvelle sur la pédophilie, je trouve ça plus écœurant qu’autre chose, d’autant que le ton est humoristique, donc j’avoue avoir eu du mal. Et la fin scato, c’était vraiment obligé ?

La fin de toutes choses, Brian Keen

Après la mort de son fils, qu’il revit encore et encore, un homme aspire à la fin du monde. Une nouvelle plus triste qu’inquiétante, mais efficace, et la thématique assez horrible justifie pleinement son intégration au recueil. Je n’ai pas grand chose à dire dessus, si ce n’est qu’elle fait partie des rares nouvelles que j’ai vraiment appréciées dans cette anthologie.

La Danse du cimetière, Richard Chizmar

Meh. Cette nouvelle n’est pas mauvaise, mais je ne l’ai pas trouvé très intéressante, il ne s’y passe pas grand chose. Elle se lit, quoi.

L’attraction des Flammes, Kevin Quigley

Wow ! C’est que je commençais à désespérer de lire une vraie nouvelle d’épouvante dans ce recueil ! Non seulement la meilleure de l’anthologie, mais une excellente nouvelle d’épouvante tout court. Le principe de base n’est pas très original, puisqu’assez proche du Ca de Stephen King, avec un clown qui terrorise des enfants. Il n’empêche que la nouvelle est très efficace, qu’on a vraiment peur pour les gamins, et nul doute qu’après lecture vous ne regarderez plus les papillons de nuit de la même façon.

Le compagnon, Ramsay Campbell

De nouveau, une nouvelle pas forcément mauvaise, mais pas très intéressante et trop longue pour ce qu’elle a à dire.

Le coeur révélateur, Edgar Allan Poe

Après le fiasco des nouvelles de King et de Barker, j’avais un peu peur pour celle-ci. Une nouvelle un peu trop proche de son fameux Chat Noir à mon goût, mais elle reste très chouette à lire.

L’amour d’une mère, Brian James Freeman

Un fils aimant, une mère vieillissante et malade, une décision à prendre. Ce n’est pas la première fois que cette thématique a été explorée, mais j’ai bien apprécié le retournement, très cynique, même si on le voit venir très rapidement.

Le Manuel du Gardien, John Ajvide Lindqvist

Wow ! Une 2e vraie nouvelle d’épouvante, youhou ! Et une très bonne en plus ! Elle est efficace et le twist de fin est vraiment chouette, j’avoue que je ne l’avais pas deviné tant j’étais prise dedans. Un gamin passionné de jeu de rôle sur table dédiés à Lovecraft, devient maître du jeu. Au cours d’une partie, il invoque une sorte de démon, qui décide de lui coller aux basques. Pour le protéger… ou autre chose ?

Bilan

Seulement deux nouvelles réellement intéressantes, assorties de quelques nouvelles sympathiques et/ou réussies mais pas tout à fait dans le thème. Mouais, on arrive tout juste à la moitié. Pour une anthologie en l’honneur de Stephen King j’avoue que c’est quand même assez décevant. A noter aussi un vrai manque de diversité, puisque sur 12 nouvelles, on en a 2 avec des protagonistes féminins et masculins, et 1 seule centrée sur des personnages féminins. Et je ne vous parle même pas des autres « minorités ». Et une seule autrice au programme, sur une nouvelle écrite à deux… Enfin bref, L’attraction des flammes et le Manuel du Gardien étaient excellentes.

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

11 réflexions sur “Shining in the dark, Collectif

  1. Je vois que nous avons exactement le même ressenti sur tous les textes, ça fait plaisir ! 🙂 J’ai eu du mal aussi avec « Charabia et Theresa », de même qu’avec la nouvelle de King mais j’ai adoré les deux qui t’ont plu également.

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Shining in the dark | Stephen King brille-t-il dans le noir ? – Le dragon galactique

  3. Pingback: Index : Oeuvres étrangères | L'Imaginaerum de Symphonie

  4. Pingback: Shining in the Dark (anthologie) – Les Lectures de Xapur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s