Fragmentations T1 : Fissures, Charlotte Valentin

Fragmentations

Tome 1 : Fissures

Autrice : Charlotte Valentin, francophone

Tome 1/2

Post-apocalyptique, Anticipation, Critique sociétale

Publication : 2021, Autoédition (via la plateforme d’autoédition Librinova)

Ce roman a été lu dans le cadre d’un Service-Presse. Je remercie Librinova de m’avoir proposé cette lecture.

Septembre 2034. Voilà maintenant plusieurs années que le monde s’est effondré. Le réchauffement climatique, dont on ne s’inquiétait plus, a tout détruit.

Élise fait partie des rares survivants. Brisée, elle a l’impression lancinante de n’être plus qu’une coquille vide. Elle et une poignée d’autres se sont réfugiés près de la montagne, posant les fondations d’une nouvelle vie. Alors qu’ils commençaient seulement à oublier la peur qui rythmait leur quotidien, une découverte stupéfiante est mise au jour : le climat s’adoucit, l’eau revient. Ils pourraient peut-être s’aventurer à nouveau au-delà des lignes, et comprendre ce qu’il se passe. Mais le groupe est divisé : cela vaut-il la peine de prendre un tel risque ?

L’inertie pesante d’Élise s’ébranle. Un espoir, un avenir les attend peut-être… ou des événements pires encore que la fin du monde.

Avec un premier tome incisif, cette saga d’anticipation intimiste et viscérale nous plonge au cœur d’une tempête intérieure puissante qui bouleverse et interroge.

Mon avis

Malheureusement, je n’ai pas du tout accroché à ce roman. Alors avant d’aborder les choses qui fâchent, on va déjà parler des points positifs, parce qu’il y en a.

J’ai beaucoup apprécié l’ouverture du roman, même si la suite n’a pas suivi. Il y a également eu un travail sérieux, de correction, car en terme de style ou d’écriture, je n’ai pas spécialement de remarques à faire. Du côté des personnages, aucun ne m’a spécialement marquée, je ne me suis attachée à aucun, mais sur le principe, j’ai bien aimé le personnage principal, Elise, car je trouve que ce type de personnages (femme, anxieuse chronique, TDAH, Stress post traumatique etc…) est assez peu fréquent en « héros » de l’histoire.

En point neutre, les thématiques. Elles sont intéressantes, actuelles, mais peut-être trop nombreuses à mon goût, ce qui fait que leur traitement m’a paru un peu trop superficiel et surtout sans subtilité. On y aborde, pas forcément dans l’ordre : le réchauffement climatique et l’insouciance des gens sur cette problématique, la surconsommation, le sexisme, la différence, les discriminations, le stress post traumatique, les pandémies, la violence de l’humain, la masculinité toxique etc… D’ailleurs, attention, rien de graphique mais : mention et menace de viol et de pédophilie.

Et donc, c’est le premier point que je n’ai pas aimé : je n’ai pas eu l’impression de lire un roman post-apo. Alors, oui, il y a eu un moment où la société est partie en cacahuètes, ce qui a poussé les habitants à quitter les villes et à devoir vivre sans confort ni technologie. Sauf que les thématiques prennent complètement le pas sur l’histoire, les enjeux etc… Par exemple, à la fin du roman, je n’avais aucune idée de ce qu’il s’était passé. L’apocalypse a-t-elle eu lieu à cause d’une insurrection ? D’une pandémie ? D’une catastrophe ? Un peu tout ? Eh bien j’avoue ne pas avoir vraiment compris, on n’en parle quasiment pas. En fait, le roman ne porte absolument pas là-dessus, c’est surtout un prétexte pour aborder les thématiques dont je parlais.

Le livre est principalement du point de vue d’Elise, à la première personne, et de temps en temps, on a des passages à la 3e personne via l’oeil d’un autre personnage. Par contre, j’ai eu des problèmes de compréhension sur ces passages, car l’autrice est avare en noms et utilise surtout des il/elle, donc j’avais du mal à suivre par moments. Les dialogues ne servent pas à créer des liens entre les personnages, ni à nous les rendre attachants ou au moins sympathiques, ils servent surtout à parler des thématiques, donc.

La narration n’est pas chronologique, puisqu’on suit en réalité trois lignes temporelles : le présent, l’avant catastrophe, l’après catastrophe. Pas de soucis, ça peut très bien fonctionner. Sauf que dans la ligne du présent, il n’y a pas d’obstacle ni d’enjeu, les personnages semblent s’être adaptés et ne pas avoir de problème pour vivre, il n’y a pas de nouvel problème à l’horizon… sauf que c’est quand même ça qui nous intéresse. Si encore on avait eu les raisons de la catastrophe… Mais non, parce que l’avant catastrophe s’intéresse surtout à la vie d’Elise, et surtout ses amours et ses difficultés sociales et son anxiété. Si encore la romance avait été mignonne, j’aurais pu m’intéresser à ce qui arrive au couple, sauf que la romance m’a souvent parue plus toxique qu’autre chose. Les seuls obstacles et enjeux qu’on a arrivent dans la ligne post catastrophe, sauf que bah… on sait quels personnages sont vivants ou pas, on sait qu’ils s’en sont parfaitement sortis et vivent sans aucun soucis, donc bon…

Bref, en résumé, il ne se passe pas forcément grand chose, et les réflexions proposées ne m’ont personnellement pas appris grand-chose. Honnêtement, si ce roman ne m’avait pas été proposé dans le cadre d’un SP, je n’aurais pas été jusqu’au bout. Pas forcément en raison d’un manque de qualité intrinsèque, mais il n’y avait rien pour me pousser à tourner les pages. Ce n’est pas une mauvaise chose de proposer un livre porté sur la réflexion, mais ce ne sera pas forcément pour tout le monde.

Bilan

Au terme de ma lecture, j’ai presque eu davantage la sensation d’un essai sur les problèmes de notre société actuelle plutôt qu’un roman. Les thématiques restent intéressantes, mais les personnages ont manqué de « présence » à mon goût, et surtout il m’a manqué la présence d’un enjeu.

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

3 réflexions sur “Fragmentations T1 : Fissures, Charlotte Valentin

    • Il y a clairement de bonnes choses dedans, ne serait-ce que les thématiques et le personnage principal qui sont intéressants, mais pour ma part ça ne m’a pas suffi pour tourner les pages. Après, je pense que d’autres personnes peuvent y trouver leur compte 🙂

      J'aime

  1. Pingback: Index : Oeuvres francophones | L'Imaginaerum de Symphonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s