Les Archives de Roshar (Cosmere) T3 : Justicière, Brandon Sanderson

 

Justicière est le 3e volume du cycle de High Fantasy Les Archives de Roshar, par l’auteur américain Brandon Sanderson. Paru en VO en 2017, il est paru en 2019 aux éditions Le Livre de Poche, scindé en deux en raison de sa taille conséquente. La traduction est toujours signée Mélanie Fazi.

Attention ! Je considère les deux volumes comme un seul tome, donc la chronique traite de l’ensemble. Je considère également que vous avez déjà lu les 2 premiers tomes.

La Tempête Éternelle s’abat de nouveau sur Roshar, balayant sans répit la terre de ses éclairs rouges, et réveillant sur son passage la véritable nature des serviteurs parshes. Les Néantifères sont de retour, et leur soif de vengeance n’a d’égal que la grandeur de l’armée qu’ils constituent.
Réfugié au-dessus de la tempête dans la mystérieuse et immense cité-tour d’Urithiru, le peuple aléthi se prépare à combattre les Néantifères. Mais, peu à peu, Dalinar Kholin réalise que son rêve d’un royaume unifié ne sera pas une tâche aisée, car les adversaires d’hier ont encore à l’esprit son passé sanglant, lui dont le surnom est toujours l’ Épine Noire, et ils n’ont pas l’intention de lui prêter allégeance si facilement.

Univers

 

Après deux mille pages de texte à vue de nez, on aurait pu croire qu’il n’y avait plus rien à découvrir. Et pourtant… Ce tome introduit notamment un « nouveau » type de sprènes liées à Abjection, à la fois inquiétantes et intrigantes. Et maintenant que les personnages ont accès à des portails de téléportation, ils vont pouvoir sortir un peu des Plaines Brisées.

Plusieurs visites guidées sont ainsi à prévoir : Urithiru, la Cité des Radieux, qui n’a pas fini de livrer ses secrets ; la capitale alethie, Kholinar, même si ça ne ressemblera pas trop à des vacances, et surtout retour à Shadesmar, le Royaume Cognitif, qui ne fait pas tellement rêver non plus…

Les thèmes sont toujours là : traditions, sexisme, patriarcat, racisme… Eh oui, la Fantasy, c’est pas que du divertissement.

 

Personnages

 

Après Kaladin puis Shallan, c’est au tour de Dalinar de dévoiler son passé, de quoi apprendre enfin tout le mystère qui tournait autour de sa défunte épouse et son oubli de celle-ci. Eh beh… Il a bien changé notre Dalinar, et on comprends mieux pourquoi ses confrères le prenaient de haut depuis le premier tome. Mais très sincèrement, je préfère le nouveau Dalinar. Je me demande d’ailleurs comment il va encaisser le retour de ses souvenirs…

En tout cas, c’est Shallan qui encaisse comme elle peut le retour de ses anciennes blessures qu’elle avait si bien refoulées jusqu’ici. Compte tenu de son traumatisme, son pouvoir d’illusion n’était peut-être pas le meilleur pour elle. En tout cas, dans un esprit déjà fragilisé, ça va pas forcément l’aider à se remettre. Et alors qu’elle avait commencé à s’émanciper, le retour de sa préceptrice Jasnah va lui mettre encore plus de bâtons dans les pinceaux.

Kaladin, en revanche, est un peu moins intéressant dans ce tome. Il se promène, il s’interroge sur ses sentiments envers Shallan et le prince Adolin… Même s’il ne prend pas tant de place que ça, le triangle amoureux qu’on pressentait est bien arrivé. Enfin, heureusement, ça ne va pas durer 😉 Mais en attendant, ça tourne un peu en rond.

Bien qu’ils soient parmi les personnages que je trouve les plus intéressants, Renarin et Jasnah n’ont que peu de pages, même s’ils se rattrapent dans le super climax. Normalement, Venli (la soeur de la Parshendi Eshonai) et l’Assassin en Blanc devraient apparaître un peu plus dans les prochains. Mention spéciale à Lift, toujours aussi vive et amusante, qui contribue à alléger l’atmosphère dans un tome relativement sombre.

Si jusqu’ici vous n’aviez pas encore lu Warbreaker… eh bien c’est peut-être l’occasion, puisque plusieurs personnages se baladent à Roshar. Avoir lu Warbreaker n’est pas obligatoire, mais disons que vous comprendrez mieux certains dialogues et allusions. (Quand un personnage que je ne nommerai pas est apparu, j’ai eu un doute… ça m’a bien fait marrer d’avoir la confirmation plus loin dans le livre^^).

 

Intrigue

 

Dans le Tome 2, nos amis réussissaient à rallier la Cité des Radieux in extremis, alors que la Tempête Eternelle s’éveille pour tout balayer sur son passage, laissant derrière elle des hordes de Néantifères. Néantifères qui sont curieusement peu vindicatifs pour l’instant, d’ailleurs, compte tenu de tout ce qu’on nous raconte sur eux depuis le début, je m’attendais à une menace un peu plus évidente. Mais bon, connaissant Sanderson, ça ne m’inquiète pas trop.

Après avoir découvert qu’ils peuvent atteindre différents endroits du monde grâce aux Portails d’Urithiru, Dalinar et les autres décident de s’y rendre afin de prévenir les monarques du danger, et aussi les unir pour faire front commun contre Abjection et ses Néantifères. Mais évidemment, ça ne va pas se révéler si simple. D’autant qu’il se passe des choses pas très claires dans la Cité des Radieux…Et c’est pas mieux à Kholinar. Si Elhokhar et les autres sont d’abord ravis de retourner dans leur cité, ils vont se rendre compte qu’elle n’est plus du tout comme ils l’ont laissée 6 ans plus tôt… (d’ailleurs, on en apprend toujours un peu plus sur ce qui a déclenché l’assassinat du précédent roi).

 

Style

 

Beaucoup d’intrigues secondaires dans ce tome, notamment dans la première partie. Du coup, les personnages se baladent un peu chacun dans son coin, et l’intrigue principale peine à démarrer. J’aime tellement l’univers et les personnages que ça ne m’a pas dérangée de faire du tourisme, mais je pense que d’autres lecteurs pourraient trouver le temps un peu long.

Comme toujours chez Sanderson, le climax est de toute beautay.

 

Bilan

J’aime toujours autant ce cycle, mais je conçois tout à fait que d’autres seront dérangés par le rythme lent et les sous intrigues en pagaïe, surtout que pour l’instant, l’indicible menace des Néantifères n’est pas vraiment au rendez-vous. L’univers est toujours aussi fascinant, gardant des mystères tout en continuant à se dévoiler, et surtout un grand soin a été apporté à la psychologie des personnages et à leur évolution, changeant également notre regard sur eux.

 

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ? 

3 réflexions sur “Les Archives de Roshar (Cosmere) T3 : Justicière, Brandon Sanderson

  1. Pingback: Index : Oeuvres étrangères | L'Imaginaerum de Symphonie

  2. Pingback: Bilan 2019 | L'Imaginaerum de Symphonie

  3. Pingback: [Challenge] Bilan 2019 Challenge Littérature de l’Imaginaire | L'Imaginaerum de Symphonie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s