Le Dernier Magicien T1 : L’Ars Arcana, Lisa Maxwell

M02203157275-large

L’Ars Arcana est le 1er tome de la trilogie d’Urban Fantasy Le Dernier Magicien, de l’autrice américaine Lisa Maxwell. Il est paru en VO en 2017 et en 2018 en français aux éditions Castermann.

Stoppe le magicien
Vole le Livre
Sauve le futur
De nos jours à New-York : les magiciens vivent terrés dans Manhattan, qu’ils ne peuvent quitter sous peine de mort. Esta, une magicienne à l’affinité hors-norme, a le don de voyager à travers les époques et de figer le temps. Elle seule peut se rendre en 1902. Là où tout a commencé. Là où le Magicien s est jeté du haut du pont de Brooklyn avec l’Ars Arcana, le Livre ancien contenant tous les secrets, condamnant la magie a des lendemains sans espoir…

De quoi ça parle ?

 

De nos jours, Manhattan est encerclée par une Barrière magique dont les humains ordinaires n’ont pas conscience. Et pour cause, elle a été édifiée par l’Ordre (un groupe qui déteste la magie et souhaite annihiler les magiciens) afin de bloquer les mages à l’intérieur (s’ils essaient de traverser la Barrière pour sortir, ils risquent au mieux de perdre leurs pouvoirs, au pire de mourir. Apparemment, le passage est safe dans l’autre sens).

Un groupe de magiciens souhaite abattre cette Barrière. Le problème, c’est qu’ils ont besoin de l’Ars Arcana, un livre mystérieux, livre qui a disparu une centaine d’années avant. Esta, une ado capable de jouer avec le temps, est la solution : grâce à un artefact qui catalyse ses pouvoirs, le plan consiste à l’envoyer en 1902 pour qu’elle récupère le bouquin avant qu’il ne disparaisse, puis qu’elle revienne dans son présent. Elle devra pour cela se rapprocher du groupe de magiciens voleurs de l’époque, qui avaient déjà essayé de le voler pour détruire la Barrière, mais qui avaient été trahis par Haste, un autre magicien.

Sauf qu’une fois arrivée sur place, l’Artéfact qui lui permet de voyager dans le temps se brise. Il lui faudra donc voler l’Artéfact à cette époque en plus du livre.

 

Mon avis

 

C’est assez rare que j’achète un livre pour sa couverture, et quand je le fais… je suis généralement déçue.  Mais comment je pouvais résister, il y a des serpents sur la couverture T_T (vous voulez me faire lire un livre ? mettez sur la couv des chats, des serpents, des renards ou des dragons. Succès garanti).

Bref.

On va commencer par les points positifs. Il y a de bonnes idées, ne serait-ce que le pitch de base, avec des complots, des trahisons, des secrets… et de la magie. Les pouvoirs des personnages, ici appelés affinités, sont aussi très sympa, chacun possédant sa capacité propre (un peu à la façon des X-Men, si vous voulez). J’adore les X-Men, j’aime bien quand il y a des secrets, donc ça partait bien.

Pourtant, j’ai vraiment galéré à le lire, pour en venir à bout, j’ai dû intercaler d’autres livres. La faute à quatre soucis principaux.

Le premier, c’est le rythme. J’ai trouvé le livre très long, l’intrigue peine à progresser, des scènes se répètent (notamment Haste et Etsa qui se tournent vaguement autour mais font 10 pas en arrière pour 2 en avant) et il n’y a pas d’action. Paradoxalement, il est aussi trop rapide. Esta était bloquée dans le passé, je m’attendais à ce qu’on y passe un certain temps à explorer cette époque et à s’attacher aux personnages, histoire de rendre plus triste la séparation. Or les chapitres s’enchaînent très vite, avec des ellipses sans arrêt, ne nous laissant pas l’opportunité de se promener ou d’en savoir plus sur les personnages.

Comme on n’a pas le temps de se promener, le voyage dans le temps n’est pas tellement exploité. Les descriptions sont très rares, donc à part une ou deux mentions de fiacres, on n’a pas grand chose pour se situer. Il n’y a aucune mention à un événement de notre Histoire ou une figure connue, pas de lapsus de la part d’Esta alors qu’elle n’était pas censée rester longtemps, et que donc elle ne connaissait pas plus que ça cette époque, pas réelle différence de moeurs (il y a bien un personnage qui fait mollement remarquer que les femmes ne sont pas censées se mettre en avant, mais en fait ça ne semble gêner personne donc bah… Il y a par ailleurs un couple de femmes, mais ça ne semble pas les perturber que Esta ait compris qu’elles ne soient pas juste des amies). On ne saurait pas qu’on a voyagé dans le temps, on aurait du mal à s’en rendre compte.

Troisième point, les personnages. A l’exception d’Haste, le magicien qui a volé le livre et qui a entraîné sa disparition, tous les personnages sont fades. Y comprit Esta, la protagoniste. Les personnages ne laissent filtrer aucune émotion, et comme on n’apprend guère à les connaître, on ne perçoit pas grand chose de leur personnalité. Ils m’ont paru davantage comme des personnages fonction que comme des personnages vivants. A noter aussi leur âge, qui ne correspond pas à leur façon de se comporter : Esta est censée avoir 16 ans, Haste 18 ans, mais j’ai eu l’impression qu’ils en avaient en réalité 15 de plus.

Dernier point, les révélations. L’une des raisons qui m’ont rendu difficile la lecture concerne son univers, et spécialement les incohérences que j’y voyais. Au final, ce ne sont pas des incohérences, c’est expliqué à la fin. Sauf que rien dans le déroulé ne m’a laissé supposer que c’était fait exprès, j’avais juste l’impression d’un univers bancal. Les personnages ne remarquent rien, aucun ne remet en question ce qu’on lui a appris, aucun ne relève les incohérences. D’autres révélations concernent Esta et l’antagoniste, mais comme pour les révélations sur l’univers, rien ne les prépare. Personne ne se dit « tiens, c’est rigolo, untel me rappelle vaguement quelqu’un ». Les révélations en elles-mêmes sont sympa, mais sans set-up, elles tombent complètement comme un cheveu dans la soupe. Vous pouvez mentir à votre lecteur, mais faites lui-comprendre que vous savez ce que vous faites et qu’il a raison de se poser des questions.

 

Bilan

Le pitch me paraissait intéressant – et il y a effectivement de bonnes idées dans le roman, notamment les affinités des personnages -, mais entre la narration peu rythmée et les personnages sans émotions, je n’ai pas réussi à rentrer dedans, sans parler des révélations WTF, faute de set up. Je ne pense pas poursuivre l’aventure pour ma part, mais si vous aimez l’Urban Fantasy et les intrigues à secret, n’hésitez pas à lire d’autres chroniques voire à vous faire votre propre avis de lecture^^

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ? 

 

Publicité

Une réflexion sur “Le Dernier Magicien T1 : L’Ars Arcana, Lisa Maxwell

  1. Pingback: Index : Oeuvres étrangères | L'Imaginaerum de Symphonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s