Scorpi, Roxane Dambre (intégrale)

Scorpi

Autrice : Roxane Dambre, Française

Urban Fantasy/Romance, 3 tomes + 4 nouvelles

2016, Calmann-Levy ; 2018 Livre de Poche

Illustrations pour la présente édition : Mia Takahara (T1), Yolande De Kort (T2), S. Borisov (T3)

TW : harcèlement sexuel dans le T1, courte scène de sexe safe dans le T1, expérimentations et cadavres dans le T2, meurtres tout le cycle (rien de trash)

Par un de ces orages d’été dont Paris a le secret, Charlotte, 23 ans, découvre un petit garçon blotti au pied de son immeuble, ses cheveux sombres ruisselant d’eau, son T-shirt plaqué par la pluie.
Charlotte, qui est la gentillesse même, lui propose de s’abriter chez elle. L’enfant la suit sans un mot. D’ailleurs, il parle très peu, mais quand il parle c’est pour dire des choses ahurissantes : ses parents et son grand frère seraient des tueurs à gages aux pouvoirs mystérieux, baptisés les Scorpi. Lui-même, Élias, serait en apprentissage. Et sa phrase fétiche semble être : « Tu veux que je le tue ? »
Charlotte n’en croit pas un mot, d’abord. Mais bientôt elle découvre dans son salon une version 25 ans d’Elias, un grand brun aux yeux bleu outremer qui a l’air de débarquer d’un autre monde. Adam, le fameux frère, vient d’entrer dans sa vie, et celle-ci va tourner à la cavalcade.

Mon avis

Je ne vais pas détailler mon avis tome par tome car ce serait assez redondant, je vais plutôt vous donner mon avis global sur le cycle :

Tome 1 – Ceux qui marchent dans les ombres
Tome 2 – Ceux qui vivent cachés
Tome 3 – Ceux qui tombent les masques

Hors série : Les origines (3 nouvelles)

Hors série : Un mariage fantastique (1 nouvelle)

Univers

L’histoire se déroule dans un monde identique au nôtre, à ceci près que les créatures « magiques » existent mais qu’elles se cachent après avoir été décimées par les humains. Celles-ci (trolls, fées, nymphes, sirènes etc.) vivent donc sous la protection des créatures de l’ombre, des êtres très semblables aux humains mais dotées de pouvoirs dangereux, réparties en un certain nombre de familles, alliées, rivales voire franchement ennemies. Ces créatures de l’ombre officient comme tueurs à gage (parce qu’il faut bien manger, hein), et si certains ont des principes… d’autres beaucoup moins.

L’essentiel du récit se passe dans des lieux « connus », que ce soit Paris, Belfort ou Venise. Il n’y a pas de monde secondaire, puisque les créatures magiques vivent dans le même monde que nous, c’est juste qu’elles prennent des apparences humaines et évitent de se mêler aux gens. Malheureusement, il reste des humains déterminés à leur faire du mal, et toutes les créatures ne sont pas bienveillantes non plus.

Intrigue et thématiques

L’histoire suit Charlotte, jeune femme française de 23 ans, comptable, qui a des problèmes ordinaires de jeune femme, entre problèmes d’emploi, inquiétude quant à son avenir… et harcèlement sexuel d’un de ses supérieurs, avec la hiérarchie qui ne la croit pas/s’en fout (ordinaires, donc, j’ai bien dit). Mais son quotidien ordinaire va être chamboulé quand elle va recueillir Elias, un gamin de 10 ans tout mignon… et fleuron d’une famille de tueurs à gage surnaturels. Au fil du cycle, elle devra donc composer avec cet étrange univers (d’autant qu’elle va s’engager en couple avec Adam, le grand frère d’Elias, l’un des meilleurs tueurs à gage des créatures de l’ombre), la belle-famille, les humains qui leur veulent du mal, et les créatures qui lui veulent du mal à elle. Tout un programme^^

Si le cycle se veut avant tout une œuvre de divertissement, il n’est pas que ça. Je l’ai déjà mentionné, mais le premier tome tourne pas mal autour du harcèlement, avec les difficultés d’une plainte, ses conséquences pour la victime par rapport à son travail et son entourage, le non-appui de la police et de la hiérarchie. Il est aussi pas mal question de l’environnement et des dégâts provoqués par l’humain sur la nature, les autres espèces, et les autres humains que ce soit par négligence, cupidité ou cruauté. On aura aussi toute une thématique autour de la parentalité toxique, notamment via le personnage de Julia (la nouvelle femme de Lazare, père d’Elias et Adam), toxicité qu’elle a subi et qu’elle inflige en retour. Sans oublier les expérimentations subies par les créatures magiques, que l’on peut mettre en parallèle avec une certaine exploitation animale, à travers le tome 2.

En bref, c’est marrant, c’est surnaturel… mais quand même, ça parle pas mal de notre monde à nous, et ce n’est pas que du divertissement.

Un petit mot au sujet de la romance. Elle est un peu rapide, mais ça ne m’a pas dérangée tellement l’alchimie entre Charlotte et Adam fonctionne. Et en plus… elle est super safe ! Consentement, attention portée à l’autre, protection, respect des limites… Que ça fait du bien de lire ça !

Personnages

Je les ai déjà un peu mentionnés, on va surtout graviter autour de Charlotte, la protagoniste humaine, Adam, créature de l’ombre qui lui est fiancé, et Elias, le petit frère (tout choupi) de celui-ci (choupi mais avec un air de Kirua de Hunter X Hunter, pour celleux qui connaissent^^). Parmi les personnages notables, on aura également Balard, flic (adorable) qui rêve de coincer Adam sans savoir sa nature, Lazare, le père de Adam et Elias, Julia, sa nouvelle femme, qui vient d’une famille ennemie, et toute une myriade de domestiques.

Je ne vais pas détailler tout le monde, mais il n’y a pas un personnage que je n’ai pas aimé (oui, même Julia, on finit par la comprendre et l’apprécier malgré son côté peau de vache). Ils sont tous très attachants et constituent l’un des points forts du cycle.

Narration et Ambiance

A l’exception des nouvelles et du dernier chapitre de chaque tome, l’histoire est racontée à la première personne par Charlotte. On aura donc droit en direct à tous ses questionnements et commentaires à propos de ce qui lui arrive, commentaires toujours très drôles, parfois un peu cyniques ou désabusés. Ca participe pas mal à l’immersion, puisqu’on peut assez facilement s’attacher et s’identifier à Charlotte, en tant qu’humaine normale qui découvre un monde extraordinaire, fascinant et dangereux à la fois. L’humour est aussi très présent via le décalage entre les créatures surnaturelles et nous, que ce soit par leur nature même (Elias qui pense que la meilleure preuve d’amour envers Charlotte consiste à… lui proposer de tuer des gens toutes les 5 minutes) ou par une différence de classe (les créatures de l’ombre sont très riches, elles ont des domestiques etc.). Je me suis réellement beaucoup amusée lors de cette lecture, j’ai même passé la fin du tome 3 quasiment les larmes aux yeux tellement je ne pouvais pas m’empêcher de rire !

Je l’ai évoqué dans les thématiques, mais s’il y a beaucoup d’humour, il y a aussi une certaine noirceur. Mais elle reste assez peu visible en terme d’ambiance, que ce soit parce qu’elle est tournée en dérision (pauvre Régis XD), ou parce qu’elle n’est pas présente longtemps. Du coup on est quand même globalement sur une ambiance feel-good.

A propos des Nouvelles

Le tome 1 propose quelques nouvelles en bonus pour évoquer le passé de Firmin et Nicolette, ou des nymphes Clématite et Myosotis. Il n’est pas indispensable de les lire pour la compréhension du cycle, mais c’est très sympa de découvrir la « jeunesse » de ces personnages hauts en couleur. On a aussi une nouvelle évoquant un certain évènement majeur dans la vie de Adam, Lazare et Elias. Celle-ci est bien entendu triste et pas drôle du tout, mais elle est intéressante à lire.

Il y a également une nouvelle a priori uniquement au format numérique, racontant le mariage de Charlotte et Adam. Cette nouvelle a l’avantage d’officialiser leur statut, mais elle est aussi très drôle, puisque le mariage mêle créatures surnaturelles et proches de Charlotte. (Elle propose aussi un pitit bonus à la fin, mais je n’en parlerai évidemment pas 😉

Bilan

Je sais que l’expression est très galvaudée mais… ce cycle est vraiment un coup de cœur, je ne m’y attendais pas quand j’ai rencontré l’autrice au salon ImaJn’ère de 2022. Les personnages sont très attachants, autant les protagonistes que les seconds rôles, l’univers tient bien la route, c’est vraiment très drôle, et même s’il y a des moments tendus ou plus sombres, globalement c’est quand même bien feel good 🙂 C’est en tout cas l’un de mes nouveaux cycles doudou ❤

Et ailleurs, qu’en pense-t-on ?

3 réflexions sur “Scorpi, Roxane Dambre (intégrale)

  1. Pingback: Index : Oeuvres francophones | L'Imaginaerum de Symphonie

  2. j’avais rencontré l’autrice dans la file d’attente des toilettes des imaginales il y a quelques années et elle était si chou que j’avais décidé de tenter la série. Au final, c’était pas un carton XD, j’aime pas trop les histoires d’amour et là c’est un peu trop central. C’était bien écrit pourtant mais c’est pas pour moi ^^
    Kin

    Aimé par 1 personne

    • J’avoue que la romance ça me passe un peu au-dessus, c’est surtout le feel-good et l’humour qui ont bien fonctionné sur moi, mais oui, je comprends tout à fait que ça ne puisse pas marcher pour tout le monde^^

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s