La Roue du Temps, Robert Jordan (2/2)

wheel-of-time-covers

 

Danse avec elle, et elle pardonnera beaucoup ; danse bien, et elle pardonnera tout.

Ce dont tu as besoin n’est pas toujours ce que tu veux.

Le Seigneur du Chaos (T6 – Intégrale)

Lors d’un précédent article, je vous ai présenté la Roue du Temps (The Wheel of Time), l’une des oeuvres majeures de la High Fantasy. Maintenant, je vais vous dire ce que j’en ai pensé.

L’univers

saidin_vs__saidar_by_spiritofthewillow

Saidin VS Saidar, by spiritofthewillow

  • Carte :

La Carte est assez basique et n’offre pas tellement de surprises, mais elle est efficace. L’univers en lui-même tient la route, on n’a aucun problème à croire que ce monde ait pu exister.

  • Système de magie :

Le système de magie repose sur l’utilisation du Pouvoir Unique, accessible par un certain nombre de personnages dans les romans (la magie est donc omniprésente). Ces utilisateurs de pouvoirs peuvent puiser à la Source pour produire un certain nombre d’effets, en tissant des pouvoirs liés à l’eau, le feu, la terre, l’air et l’esprit. Cette Source comporte deux « réservoirs » : la Saidar, réservée aux femmes, et le Saidin, réservé aux hommes, chacun des deux induisant une affinité différente avec les différents éléments.

Là où ça devient intéressant, c’est que le Saidin est corrompu : leurs utilisateurs sont voués à devenir fous. Vous sentez venir le truc ?

  • Faune et Flore :

Rien de spécial à signaler. Le bestiaire n’est pas très important, il n’y a pas de plantes vraiment notables, et la plupart des peuples sont humains.

Les personnages :

Ta'veren

Perrin, Rand et Mat : source

 

  • Les personnages principaux :

Un trio de personnages aux caractères et destinées bien différentiées, qui va être tiré de sa douce vie campagnarde avec pertes et fracas. Chacun d’eux sera amené à évoluer et à suivre leurs propres chemins. Plus ou moins naïfs et patauds au commencement, ils vont devenir des leaders chacun dans leur domaine.

  • Les personnages secondaires : 

Une galerie très importante de personnages. Beaucoup. C’est probablement l’un des cycles où il y a le plus de personnages secondaires. Pour autant, ils sont travaillés, leur personnalité complexe, et eux aussi sont amenés à évoluer au fil de l’intrigue. On pourra quand même regretter quelques personnages stéréotypés.

  • Les antagonistes :

Un grand méchant Ténèbreux suivi de ses principaux serviteurs, les dangereux Réprouvés. Assez classique, mais ça fonctionne bien. Le Ténèbreux ne reste pas planquer dans son coin à se tourner les pouces, et les Réprouvés sont des individus que l’on ne souhaite pas rencontrer. Ils seront aidés par diverses créatures, comme les Myrddraals ou les Trollocs.

Mais ce n’est pas tout ! Car divers antagonistes vont s’ajouter. Entre les Aes Sedai, les Séanchans et les luttes de pouvoirs, et le personnage principal (si, si) les protagonistes n’ont pas le temps de s’ennuyer !

L’intrigue :

Là encore, scénario de High Fantasy classique au premier abord. Rand, Perrin et Mat devront fuir leur village natal suite à une attaque de Trollocs, guidés par une magicienne et son Lige, poursuivis par d’infâmes créatures en formes d’ombres. En effet, l’un d’eux est le Dragon Réincarné, censé combattre et détruire le Ténèbreux avant qu’il ne détruise le monde.

Si l’intrigue vous rappelle quelque chose, c’est normal. Toutefois, la ressemblance avec le Seigneur des Anneaux va très vite s’estomper.

Car pour avoir une chance de vaincre lors de la Tarmon Gai’don, la dernière bataille, il va falloir réunir des alliés et maîtriser ses pouvoirs. Pas évident, avec les luttes de pouvoirs et les inimitiés qui opposent les différents peuples.

Pire encore, le Dragon Réincarné, utilisateur du Saidin, ne risque-t-il pas de détruire le monde lui-même en devenant fou ?

Le style :

Je pense qu’il s’agit du point noir de ce cycle, celui qui aura fait lâcher un certain nombre de lecteurs.

Le style en lui-même est plutôt bon : c’est facile à lire sans que l’écriture ne soit simpliste, il y a de l’action, de l’émotion, de la description… Beaucoup de descriptions. Sans doute trop. Et même pour les amateurs, il faut bien avouer qu’on frôle l’indigestion après l’énième description de jupe ou de tirage de tresse. Car Jordan adoooooore décrire les vêtements et les manies des personnages. Du coup, je dois bien admettre que ce cycle est entaché par pas mal de longueurs…

 

BILAN

Malgré ses quelques défauts (longueurs, personnages stéréotypés), je pense qu’il s’agit d’un incontournable de la High Fantasy. C’est un cycle épique, plus complexe qu’il n’y paraît (à propos, le tome 1 n’est pas vraiment représentatif de la qualité du cycle, car on y sent trop l’hommage au Seigneur des Anneaux). Si vous aimez la High Fantasy, difficile de passer à côté.

Pour aller plus loin, vous pouvez faire un tour sur la Pierre de Tear, encyclopédie française du cycle.

Bonne lecture !

moiraine_banner_by_arcanghell-d5egequ

Moiraine Damodred, by ArcangHell

 

 

6 réflexions sur “La Roue du Temps, Robert Jordan (2/2)

  1. J’avoue n’avoir jamais lu un seul tome de la saga, donc je peux difficilement discuter sur le sujet avec toi. Quand tu parles du style, ça s’applique à l’original et la traduction ?

    Sinon, je ne t’étonnerai pas en disant que même si la base semble convenue, on peut toujours réussir à faire original et intéressant. Tout dépend de ce que l’on souhaite transmettre au lecteur. 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Pour ce que je dis sur le style, c’est valable en français et en VO, oui (d’ailleurs, malgré la richesse de l’univers, je trouve qu’il est assez facile à lire en anglais – ce que je préconiserais, à la fois pour les soucis des traductions successives que j’évoquais dans la première partie de ce double article, mais aussi parce qu’on n’aura pas la traduction du dernier tome tout de suite…).

    C’est vraiment ce cycle qui m’a fait tomber dans la High Fantasy (beaucoup de jeunes auteurs de SFFF parlent de Tolkien, moi c’est Jordan^^).

    J'aime

  3. Pingback: Liste des œuvres chroniquées sur le blog | L'Imaginaerum de Symphonie

  4. Pingback: Mes 6 sagas de Fantasy préférées | L'Imaginaerum de Symphonie

  5. Pingback: Throwback Thursday #2 – Les Blablas de Tachan

  6. Pingback: Index : Oeuvres étrangères | L'Imaginaerum de Symphonie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s